COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Un nouveau programme d’appui de 250 millions de dollars à la Tunisie pour promouvoir la croissance et améliorer la gouvernance économique

29 avril 2014


WASHINGTON, 29 avril 2014 – Le Groupe de la Banque mondiale a annoncé aujourd’hui l’octroi d’un prêt de 250 millions de dollars à la Tunisie pour appuyer un important programme de réformes économiques et sociales. Le deuxième Prêt à l’appui des politiques de développement pour la gouvernance, les opportunités et l’emploi vise à jeter les bases d’une économie compétitive pour offrir davantage d’emplois qualifiés aux Tunisiens et aider à financer la stabilisation macroéconomique.

La croissance et la gouvernance économique seront essentielles pour relever les défis de la transition et pour maintenir l’élan imprimé par la nouvelle constitution. Après avoir privilégié les réformes de la gouvernance au lendemain de la révolution de 2011, la Banque mondiale recentre son appui sur les réformes nécessaires à mettre sur la voie d’une croissance plus forte et plus inclusive.

« Ce prêt démontre la volonté de la Banque mondiale d’aider la Tunisie à créer des conditions propices aux changements sociaux et économiques pour lesquels les Tunisiens sont descendus dans la rue », note Simon Gray, Directeur des opérations pour le Maghreb. « Si elles sont poursuivies, ces réformes ne permettront pas seulement de répondre aux problèmes immédiats, elles contribueront aussi à la croissance et à la création d’emplois à moyen terme. »

Ce prêt—le deuxième d’une série de trois prêts à l’appui des politiques de développement, ou DPL—vise à financer les réformes urgentes à mettre en œuvre pour stimuler l’investissement, surtout dans le secteur privé, afin d’enrayer  le ralentissement économique accusé après la révolution. Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • Promouvoir l’investissement privé et créer un environnement plus compétitif
  • Restructurer le secteur financier
  • Améliorer la qualité des services sociaux par la promotion de la responsabilisation
  • Accroître la transparence des politiques et des finances publiques

Dans le cadre du programme de réformes soutenu par le DPL, le gouvernement tunisien  a pris des mesures pour libéraliser le secteur critique des télécommunications, qui est considéré comme l’un des moteurs de la croissance et l’une des chevilles ouvrières de la reprise économique. Les réformes dans ce secteur contribueront à offrir des services de télécommunications plus abordables, plus compétitifs et plus accessibles à la population et aux entreprises du pays.

Le programme a également appuyé des réformes importantes dans la gouvernance des banques publiques pour faciliter leur restructuration et stabiliser le secteur bancaire, tout en améliorant l’accès des entreprises tunisiennes au crédit. Les réformes appuyées par le DPL permettront aux citoyens de participer systématiquement à l’évaluation des services publics dans l’ensemble du pays.  

Dans le cadre d'une Tunisie nouvelle, de larges consultations ont été menées avec un éventail de représentants de l’Administration, de la société civile et du secteur privé tunisiens dans le cadre de l’élaboration du DPL. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’assistance à la transition en Tunisie menée en coordination avec d’autres grands partenaires de développement tels que la Banque de développement africaine (BAD) et l’Union européenne (UE).

Le premier Prêt à l’appui des politiques de développement pour la gouvernance, les opportunités et l’emploi —approuvé en novembre 2012—visait à améliorer le climat des affaires en allégeant les lourdeurs bureaucratiques, en luttant contre les passe-droits et en améliorant la transparence des décisions d’investissement. Il a aidé à renforcer la stabilité du secteur financier par des audits stratégiques et une meilleure réglementation, ainsi qu’à réformer les services essentiels tels que  les programmes d’aide à l’entrée sur le marché du travail pour les jeunes  et les dispositifs de certification et d’accréditation pour les établissements et le personnel de l’enseignement supérieur et du secteur de la santé. Enfin, il a permis d’améliorer l’accès du public à l’information et d’accroître la transparence dans l’élaboration et le suivi du budget.

Parallèlement à cet appui budgétaire, le Groupe de la Banque mondiale finance dix projets en Tunisie, d’un montant total de 435 millions de dollars, dans des secteurs tels que l’alimentation en eau et l’assainissement, le traitement des eaux usées, le financement des microentreprises et des PME, l’enseignement supérieur et le développement rural dans les régions sous-développés. Au début du mois, le Président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim,  a annoncé que l’institution lancerait en 2014 un programme d’appui de 1,2 milliard de dollars à la Tunisie, soit quatre fois plus que le montant accordé au pays avant la révolution et deux fois plus que celui octroyé depuis.

Contacts médias
À Tunis
Sadok Ayari
Téléphone : +216 71 96 71 97
sayari@worldbank.org
À Washington
William Stebbins
Téléphone : +1 (202) 458-7883
wstebbins@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/469/MENA

Api
Api