NOTE

Notre nouvelle stratégie

05 novembre 2015


Image
Shutterstock l Ryan Rodrick Beiler

Étant donné la situation de conflit et de fragilité qui caractérise aujourd’hui le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, le Groupe de la Banque mondiale a élaboré une nouvelle stratégie régionale qui, au lieu de seulement tenir compte de l’existence de ces violences de manière incidente, fait de la promotion de la paix et de la stabilité sociale un élément central. Cette nouvelle stratégie repose sur quatre piliers qui s’attachent à traiter les causes sous-jacentes des conflits et des violences et à s’attaquer à leurs conséquences immédiates par le biais d’interventions de développement qui favorisent l’inclusion économique et sociale et le partage de la prospérité. Ces piliers sont les suivants :

  • la rénovation du contrat social, qui consiste à créer un nouveau modèle de développement reposant sur une plus grande confiance des citoyens, une protection plus efficace des personnes pauvres et vulnérables, une offre de services publics plus inclusive et responsable et le renforcement du secteur privé afin de créer des emplois et des opportunités pour les jeunes de la région ;
  • la coopération régionale, en particulier autour de biens publics et de secteurs qui sont communs aux pays de la région (éducation, eau et énergie), avec l’objectif de favoriser une confiance et une collaboration accrues entre eux ;
  • la résilience aux chocs provoqués par les chocs migratoires :il s’agit ici de soutenir le bien-être des réfugiés, des personnes déplacées internes et des communautés d’accueil en s’efforçant d’instaurer la confiance et de développer leurs ressources ;
  • la reconstruction et la reprise, grâce à une approche dynamique qui associe les partenaires extérieurs, mobilise des financements massifs et anticipe le retour de la paix en appuyant un développement de long terme au-delà de la réponse humanitaire.

S’agissant de la mise en œuvre de cette stratégie, le Groupe de la Banque mondiale entend approfondir et étendre sa collaboration avec des acteurs nationaux, régionaux et mondiaux, et notamment avec la Banque islamique de développement. En ce qui concerne les financements, il continuera d’amplifier ses investissements dans la région, tout en s’attachant prioritairement à mobiliser des ressources à l’échelle mondiale afin de mettre en place les dispositifs innovants qui permettront de répondre aux immenses besoins de financement de la région. Enfin, ses travaux d’analyse (dans le cadre notamment de services de conseil remboursables, actuellement en essor dans la région) devront permettre d’éclairer la stratégie et de mobiliser les soutiens en sa faveur, mais aussi de guider son programme d’investissements (plutôt que d’intervenir a posteriori).