COMMUNIQUÉS DE PRESSE 01 mars 2019

Madagascar : 90 millions de dollars de la Banque mondiale pour renforcer les programmes nationaux de protection sociale

WASHINGTON, 1er mars 2019 – La Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un don additionnel de 90 millions de dollars pour le projet de filets sociaux de sécurité (FSS) afin d'aider davantage le gouvernement à accroître l'accès des ménages extrêmement pauvres aux services de protection sociale et à renforcer les bases du système national de protection sociale.

Depuis 2015, avec le soutien du projet FSS en cours, le gouvernement de Madagascar a établi les bases d'un système de filets sociaux de sécurité. Le projet FSS a lancé trois programmes de transferts monétaires pour les ménages pauvres et vulnérables : le programme Argent Contre Travail Productif (ACTP), le Transfert Monétaire pour le Développement Humain (TMDH), et le programme de transferts monétaires FIAVOTA en faveur des ménages du Sud touchés par la sécheresse. À ce jour, le projet a touché plus de 140 000 ménages bénéficiaires dans sept régions et 17 districts.

« Les résultats des évaluations d'impact à mi-parcours de ces programmes de protection sociale montrent qu’ils contribuent à lutter contre la pauvreté multidimensionnelle et à renforcer le capital humain. Ces résultats encourageants serviront de guide pour les prochaines étapes de mise en place d'un filet de sécurité solide », a déclaré Laura Rawlings, chef de l'équipe de la Banque mondiale pour l'opération. « Ce financement additionnel contribuera à renforcer le système de protection sociale naissant de Madagascar, à la fois pour répondre aux besoins des ménages extrêmement pauvres et pour faire face aux catastrophes.

La couverture et le financement des filets sociaux de sécurité augmentent mais restent extrêmement limités. Les programmes de filets de sécurité ne sont opérationnels que dans 10% des districts les plus pauvres et ne touchent que 3% des ménages en extrême pauvreté.

« Un système national de protection sociale durable et à long terme est nécessaire pour réduire la pauvreté structurelle », a déclaré Coralie Gevers, Représentante de la Banque mondiale à Madagascar. « La Banque mondiale s'est engagée à accompagner le gouvernement dans sa volonté de faire du secteur de la protection sociale une priorité absolue afin de sortir plus de Malgaches de leur situation d’extrême pauvreté. »

Ce deuxième financement additionnel assurera la continuité des transferts monétaires aux ménages et bénéficiaires actuels, tout en améliorant et en étendant géographiquement les programmes : à Manandriana (Amoron'I Mania) et Arivonimamo (Itasy) pour les programmes de transferts monétaires et à Toliara II (Atsimo-Andrefana) pour le TMDH. Le projet renforcera en outre les mesures d'accompagnement destinées à permettre aux ménages bénéficiaires de développer leur capital humain et de leur offrir la possibilité d’améliorer leurs conditions de vie de façon durable. Grâce à ce financement additionnel, le nombre total de bénéficiaires du projet FSS est porté à 750 000 personnes vulnérables.

La Banque mondiale a appuyé Madagascar à mettre en place son système de protection sociale depuis 2015 avec le premier projet financé par l'IDA d'un montant de 40 millions USD, suivi d'un premier crédit additionnel d'un montant de 35 millions USD en octobre 2016 afin de répondre à une grave sécheresse provoquée par El Niño dans le sud de Madagascar.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2019/056/AFR

Contacts

Madagascar
Dia Styvanley
+261 32 05 001 27
dstyvanley@worldbank.org
Api
Api