COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

NOTE

Le Groupe de la Banque mondiale et l’éducation des adolescentes



Accès des adolescentes à l’éducation

  • Le quatrième Objectif de développement durable (ODD 4) vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ; l’ODD 5 consiste à parvenir à l’égalité des sexes et à autonomiser toutes les femmes et les filles. Il est essentiel d’éduquer les adolescentes dans les pays qui s’efforcent d’atteindre ces objectifs.
  • Selon les estimations, à l’échelle mondiale, 62 millions de filles ne sont pas scolarisées (a) ; la moitié d’entre elles sont des adolescentes. Soixante millions de filles âgées de six ans n’iront jamais à l’école, contre 8 millions de garçons.
  • Au niveau du primaire, 23 % des pays à faible revenu ont atteint la parité des sexes, mais 15 % seulement y sont parvenus au niveau du secondaire.
  • Les deux régions en développement comptant le nombre le plus élevé d’adolescentes non scolarisées sont l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne. En Asie du Sud, 12,6 millions de filles en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire n’étaient pas scolarisées en 2012 ; en Afrique subsaharienne, elles étaient 11,8 millions. 
  • Durant la période 2011-2020, plus de 140 millions d’enfants seront mariées, selon le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Un grand nombre d’entre elles quitteront l’école.
  • Les travaux d’analyse actuellement consacrés par le Groupe de la Banque mondiale et le Centre international de recherche sur les femmes (ICRW) sur le coût du mariage d’enfants montre qu’il a des impacts négatifs très importants, notamment sur la fécondité, l’éducation et les revenus, ainsi que sur la santé des enfants.
  • En Amérique latine, où le taux d’activité des femmes a augmenté de 15 % en seulement 10 ans, le taux de pauvreté a diminué de 30 %.

Engagement du Groupe de la Banque mondiale à l’appui de l’éducation des adolescentes

  • Éduquer les adolescentes procure d’importants avantages à leurs familles, aux sociétés et aux pays. Étant donné les opportunités offertes par le marché du travail, une augmentation de seulement 1 % de la proportion de femmes ayant achevé leurs études secondaires peut accroître la croissance du revenu par habitant de 0,3 %.
  • Le Groupe de la Banque mondiale investira 2,5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans des projets d’éducation qui bénéficieront directement aux adolescentes (âgées de 12 à 17 ans).
  • Environ 75 % de ces investissements seront réalisés dans des pays à faible revenu, essentiellement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, qui peuvent bénéficier de financements de l’IDA, le fonds du Groupe de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres du monde.
  • Le Groupe de la Banque mondiale effectue des financements et poursuit des analyses pour soutenir les adolescentes, qui visent notamment à retarder le mariage des enfants, à éliminer les obstacles financiers à la scolarisation des filles, à améliorer l’accès à des services de santé reproductive et à renforcer les qualifications et les possibilités d’emploi des adolescentes et des jeunes femmes.
  • L’analyse montre que mettre un terme au mariage d’enfants a d’importants avantages économiques. Ne serait-ce qu’au Niger, les avantages résultant simplement de la réduction de la fécondité pourraient atteindre 19 milliards de dollars, à la parité du pouvoir d’achat, entre 2014 et 2030. À l’échelle mondiale, ces avantages seraient considérables et reviendraient essentiellement aux populations pauvres.
  • L’approche globale et multidimensionnelle du Groupe de la Banque mondiale est exposée dans sa nouvelle stratégie pour le genre et l’égalité des sexes (a).

Exemples de résultats obtenus par le Groupe de la Banque mondiale dans le domaine de l’éducation des adolescentes :

  • Au Bangladesh (a), les projets I et II de versement d’allocations aux filles scolarisées dans le secondaire (1994-2008) ont aidé le pays à atteindre et à dépasser la parité entre les filles et les garçons dans le secondaire. L’indice de parité des sexes a considérablement augmenté pour passer de 0,83 en 1994 à 1,13 en 2008. Les investissements financent le versement d’allocations aux filles inscrites dans le secondaire (sous réserve qu’elles poursuivent leurs études et obtiennent de bons résultats), l’installation de toilettes séparées pour les filles et l’accès à l’eau potable dans les établissements scolaires.
  • En Inde (a), un projet de 500 millions de dollars (Rashtriya Madhyamik Shiksha Abhiyan) mené à l’échelle nationale avec l’appui de l’IDA a contribué à accroître la scolarisation dans le secondaire et a débouché sur l’inscription de 4,3 millions de filles de plus depuis 2012-13. Les filles sont maintenant mieux représentées que les garçons, et l’indice de parité des sexes est passé de 0,88 en 2009/10 à 1,01 en 2014/15. Les mesures menées à l’échelle nationale comprennent l’offre d’incitations financières pour les filles venant de communautés défavorisées, l’installation de toilettes séparées pour les filles dans les établissements scolaires et la construction de centres d’accueil pour les filles dans les zones isolées. Les États ont également poursuivi d’autres innovations.
  • Dans l’État de Kaduna, au Nigéria (a), le taux d’achèvement par les filles du premier cycle du secondaire cycle a quintuplé pour passer de 7 % en 2007 à 30 % en 2011, c’est-à-dire durant la période couverte par le projet pour le secteur de l’éducation de l’État. Ce projet visait les filles des communautés à faible revenu des zones rurales de l’État de Kaduna.
  • Au Yémen (a), un projet de développement de l’enseignement secondaire pour assurer l’accès des filles à l’éducation a contribué à la réalisation de progrès considérables dans cinq gouvernorats. L’indice de parité des sexes établi sur la base des taux de scolarisation bruts dans le secondaire est passé de 0,43 à 0,63 ; le taux de persévérance scolaire des filles de la 10e à la 12e année d’étude est passé de 78 % à 85 %.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://www.worldbank.org/girlseducation

Rejoignez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/worldbank

Suivez notre actualité sur Twitter : https://twitter.com/worldbank

#letgirlslearn