COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité


Virus Ebola : son impact économique, déjà grave, pourrait devenir « catastrophique »

17 septembre 2014

Selon une analyse de l’épidémie de fièvre Ebola publiée aujourd’hui par le Groupe de la Banque mondiale, la poursuite de la propagation du virus dans les trois pays les plus durement touchés, à savoir la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, risque d’infliger, au-delà des souffrances humaines, un coup économique catastrophique à ces États déjà fragilisés. Le président Jim Yong Kim souligne ici que les principaux effets économiques de la crise ne sont pas dus à des coûts directs liés à la mortalité, à la morbidité, au temps consacré aux malades et aux pertes de jours ouvrés qui en résultent, mais plutôt à des coûts induits par le comportement d’aversion lié à la peur de la contagion. Les auteurs de l’analyse observent toutefois qu’il est possible de limiter ces conséquences, à condition de lancer sans délai une action tant nationale qu’internationale qui réussisse à endiguer l’épidémie.