COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation
Déclaration 17 avril 2020

Le Groupe de la Banque mondiale lance un nouveau fonds fiduciaire multidonateur pour anticiper la survenue d’épidémies

WASHINGTON, 17 avril 2020 — Face à l’impératif de renforcer la sécurité sanitaire dans le monde et d’aider les pays en développement à mieux anticiper les épidémies, (le HEPRF, selon l’acronyme anglais). Ce nouveau dispositif viendra compléter et renforcer l’enveloppe de 160 milliards de dollars de financements que le Groupe de la Banque mondiale va déployer au cours des 15 prochains mois en vue de soutenir l’adoption de mesures qui aideront les pays à affronter les conséquences immédiates de la pandémie de COVID-19 et favoriser le redressement de l’économie.

Le nouveau fonds fiduciaire entend inciter les pays à faible revenu à accroître leurs investissements dans les mesures de préparation aux urgences sanitaires et à soutenir la riposte immédiate au coronavirus. Il permettra ainsi d’orienter, aujourd’hui et demain, les investissements essentiels dans la sécurité sanitaire. Le HEPRF cherchera plus précisément à :

  • encourager les pays éligibles à l’aide de l’IDA à investir davantage dans l’anticipation, à travers notamment des dons de cofinancement qui les conduiront à allouer ces ressources à l’amélioration des mesures de prévention, détection et réponse aux urgences sanitaires ;
  • permettre aux pays à faible revenu de réagir vite et efficacement dès les premiers signes d’une nouvelle épidémie majeure, en complément de l’aide apportée via le mécanisme de réponse aux crises de l’IDA. Le fonds fiduciaire soutiendra également les pays et territoires privés d’accès aux financements, comme les pays IDA ayant des arriérés de remboursement ou les pays empruntant à la BIRD non solvables.

Le Japon a exprimé son intention d’être le membre fondateur du Fonds fiduciaire multidonateurs pour la préparation et la réponse aux situations sanitaires d’urgence, désormais ouvert aux contributions de tous les bailleurs de fonds. La Banque mondiale et le Japon invitent les autres pays à abonder ce fonds pour aider les pays à faible revenu où les besoins sont les plus importants à se préparer et répondre aux grandes épidémies.

« Le nouveau Fonds fiduciaire multidonateurs pour la préparation et la réponse aux situations sanitaires d’urgence vient étoffer la panoplie d’instruments mobilisés par la Banque mondiale face à la pandémie de COVID-19. Il s’inscrit dans ses priorités à plus long terme visant à améliorer l’anticipation des urgences sanitaires pour aider les pays à faible revenu mais également les communautés les plus vulnérables, y compris les réfugiés, indique Annette Dixon, vice-présidente de la Banque mondiale pour le Développement humain. Nous remercions le gouvernement du Japon pour son rôle de chef de file en matière de sécurité sanitaire et invitons les autres bailleurs de fonds à nous rejoindre. »

Dans le cadre de la réforme des fonds fiduciaires engagée par la Banque mondiale, , une agrégation de fonds ayant pour objectif d’aider les pays à se doter de capacités de santé publique solides en matière de préparation, de surveillance épidémiologique, de diagnostic, de ressources humaines et d’intervention d’urgence.