COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation
Déclaration 15 avril 2020

Allocution du président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, à l’adresse des ministres des Finances du G20

WASHINGTON, 15 avril 2020 — Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a rendu publique ce jour l’allocution qu’il a prononcée à la réunion virtuelle des ministres des Finances du G20 et dont la teneur suit :

« Je vous remercie Monsieur le Président.

Le Groupe de la Banque mondiale s’emploie à agir rapidement et à grande échelle, en particulier pour les pays les plus pauvres. D’ici fin avril, nous devrions compter des projets liés à la COVID-19 dans 100 pays, et nous prenons des mesures pour fournir 160 milliards de dollars de financements durant les 15 prochains mois. Nous vous remercions pour votre contribution au capital et aux financements de la BIRD, de l’IDA, de l’IFC et de la MIGA, et faisons à appel à vos souscriptions précoces.

Nos objectifs sont les suivants :

  • aider les pays en développement à mettre en œuvre des opérations sanitaires d’urgence ;
  • protéger les ménages les plus démunis ; et
  • sauver des emplois et des entreprises.

L’IFC et la MIGA travaillent avec des clients du secteur privé pour financer des lignes de crédit au titre de fonds de roulement et à l’appui du commerce.

Toutes ces mesures raccourciront le temps nécessaire pour une reprise économique généralisée et durable.

Les autres banques multilatérales de développement (BMD) ont engagé environ 80 milliards de dollars sur cette période, ce qui porte le total des engagements à 240 milliards de dollars. Nous travaillons en étroite concertation pour agir efficacement et obtenir un impact à grande échelle. Nous faisons appel à vos programmes d’aide bilatérale et invitons les autres BMD à se joindre à nous en apportant des financements parallèles et des cofinancements à nos 100 programmes d’urgence, et à tirer parti du mécanisme commun d’approvisionnement en fournitures et matériel médicaux dont la Banque mondiale est le facilitateur.

Je salue vivement l’initiative du G20 de permettre aux pays IDA de suspendre le remboursement de la dette publique bilatérale à compter du 1er mai. Une initiative comparable serait attendue des créanciers commerciaux. Les pays bénéficiaires pour leur part s’engageraient à employer les ressources additionnelles ainsi dégagées pour lutter contre la COVID-19 et à divulguer l’intégralité des engagements financiers du secteur public. La Banque mondiale et le FMI ont été invités à procéder à des analyses des besoins en liquidités des pays éligibles et à en rendre compte, et à surveiller l’utilisation par ces derniers de la marge de manœuvre budgétaire créée par cet allégement de dette.

Il s’agit là d’une très bonne initiative à effet rapide qui sera réellement bénéfique aux pauvres.

Les BMD ont été invitées à étudier davantage les formules envisageables pour suspendre les paiements au titre du service de la dette qui leur est due tout en maintenant leur cote de crédit. Hier, Kristalina et moi-même avons rencontré les dirigeants des BMD pour examiner cette question et nos initiatives d’aide concertées. Ils m’ont demandé à l’unanimité de bien faire comprendre l’exigence pour nous de préserver notre cote de solvabilité ainsi que notre inquiétude quant au risque que, si elle n’est pas totalement compensée par de nouvelles contributions des actionnaires, la suspension des remboursements versés aux BMD soit préjudiciable aux pauvres à court terme, en réduisant notre capacité à apporter une grande partie de l’aide dès le départ, et à long terme, en réduisant notre capacité à mobiliser des fonds.

La Banque mondiale et le FMI feront tout ce qui est possible pour soutenir l’initiative d’allégement de la dette. Kristalina et moi l’avons défendue, et nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures possibles pour venir en aide aux pauvres. La Banque mondiale effectuera rapidement des transferts nets massivement accrus au profit des pays IDA à des conditions hautement favorables — plus de 50 milliards de dollars de financements au cours des 15 prochains mois — et le FMI a ses initiatives propres qui sont aussi efficaces.

Vendredi, le Comité du développement, dont de nombreux membres sont des représentants de pays les plus pauvres, examinera les différentes initiatives d’aide. Je sais que nous devrons notre gratitude à l’Arabie saoudite qui aura brillamment dirigé l’initiative d’allégement de la dette pendant sa présidence du G20, ainsi qu’à tous les créanciers pour leurs efforts.

Je n’ai aucun doute que des progrès substantiels ont été accomplis cette semaine sur la question de la dette et que notre intervention rapide visant à apporter une aide pendant cette crise sera utile durant la période de ralentissement économique et consolidera la relance. Je vous remercie de votre attention. »


Contacts

David Theis
+1 (202) 458-8626
dtheis@worldbankgroup.org
Api
Api