DISCOURS ET TRANSCRIPTIONS 13 décembre 2019

Déclaration du président David Malpass sur la dix-neuvième reconstitution des ressources de l’IDA lors d’une téléconférence avec des médias internationaux

Je vous remercie infiniment de vous joindre à nous pour cette téléconférence.

Aujourd’hui est un très grand jour pour l’aide aux pays les plus pauvres du monde. J’ai le plaisir de m’adresser à vous, à partir de Stockholm, pour vous annoncer que nous sommes parvenus à un accord sur une reconstitution record, je veux dire sur la plus importante reconstitution des ressources de l’IDA jamais réalisée.

Je me trouve à Stockholm, où un accord a été conclu sur la plus forte reconstitution de l’histoire de l’IDA, le fonds de la Banque mondiale pour les pauvres. Une coalition de 52 pays donateurs et emprunteurs s’est réunie aujourd’hui dans un but commun. Cette coalition comprenait six nouveaux pays donateurs, mais plusieurs autres pays devraient aussi apporter une contribution supplémentaire. Il convient de saluer l’augmentation des contributions de pays qui, auparavant, bénéficiaient largement de l’aide de l’IDA, mais sont devenus d’importants contributeurs pour l’Association.

Les pays donateurs ont approuvé une enveloppe record de 82 milliards de dollars, dont 23,5 milliards provenant de nouveaux contributeurs. Cette enveloppe va permettre de venir en aide aux populations qui dépendent de l’IDA dans 74 pays. Nous remercions grandement nos partenaires de développement — à la fois nos donateurs et nos clients — de leur vision, de leur collaboration et de leur confiance dans l’efficacité de l’action de la Banque mondiale à l’appui des pays les plus pauvres de la planète.

Nous nous engageons à maximiser l’impact sur le développement de chaque dollar contribué. Nous nous attachons à obtenir de bons résultats sur le plan du développement qui vont renforcer la croissance, réduire davantage la pauvreté et permettre des améliorations en matière de parité des sexes, sur le front du climat, dans les États en proie à la fragilité, au conflit et à la violence, et dans les domaines de l’emploi et la transformation économique, de la bonne gouvernance et de la responsabilisation des institutions. Ce sont-là les principaux thèmes d’IDA-19.

La générosité de nos donateurs à travers le monde nous donne les moyens et la crédibilité nécessaires pour remplir notre mission, à savoir aider les pays IDA à obtenir de bons résultats pour leur population. Ce nouveau financement va permettre à l’Association d’intervenir dans des milieux en situation de fragilité, de conflit et de violence comme le Sahel, la région du Lac Tchad et la Corne de l’Afrique. Aujourd’hui, les deux tiers des pauvres du monde, soit près de 500 millions de personnes, vivent dans les 74 pays admis à bénéficier de l’aide de l’IDA. La nouvelle enveloppe financière annoncée aujourd’hui comprend près de 50 milliards de dollars d’engagements additionnels destinés aux pays d’Afrique subsaharienne.

Nous recevons ce soutien ferme et enthousiaste en dépit des contraintes budgétaires auxquelles sont confrontés bon nombre de nos donateurs : notons que la plupart des contributions ont augmenté par rapport à IDA-18. IDA-19 constitue donc un effort considérable pour les donateurs du monde entier, et la manifestation d’une grande générosité. Encore une fois, cette dix-neuvième reconstitution des ressources est une belle démonstration de coopération au service d’une grande cause.

Dans ces circonstances, le soutien des donateurs illustre la solidité de leur partenariat avec l’Association internationale de développement de la Banque mondiale, nos ambitions partagées en matière de développement, et la capacité de la Banque mondiale à contribuer à la résolution des problèmes extrêmes auxquels nos clients sont confrontés.

Je vous remercie et je vais à présent passer la parole au modérateur.

Api
Api