COMMUNIQUÉS DE PRESSE 03 décembre 2019

Comores : Le Groupe de la Banque mondiale s’engage à débloquer 175 millions de dollars additionnels pour soutenir des programmes de développement

PARIS, le 03 décembre 2019— À l’occasion de la Conférence des partenaires au développement des Comores qui se tient à Paris les 2 et 3 décembre 2019, le Groupe de la Banque mondiale a annoncé un appui financier additionnel de l’ordre de 175 millions de dollars pour soutenir le développement de l’archipel à travers son Plan Comores émergent pour la période 2020-2022.

Ce financement est composé de dons et prêts concessionnels de l’Association internationale de développement (IDA), filiale de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres en leur accordant des dons ou prêts concessionnels à taux d’intérêt très faible ou nul ; ainsi que des contributions de la Société financière internationale (SFI), organisation sœur de la Banque mondiale dédiée au financement du secteur privé dans les pays en développement. L’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), un autre membre du groupe de la Banque mondiale, soutiendra les Comores à travers la mise en œuvre du Plan Comores émergent.

Les fonds de l’IDA serviront à améliorer les investissements dans les programmes de nutrition et de protection sociale afin de renforcer le développement du capital humain. Ils sont également destinés à soutenir le redressement des Comores et la reconstruction des infrastructures, des routes et des logements endommagés par le passage du cyclone Kenneth. Ces fonds contribueront aussi à promouvoir le développement du secteur privé et des chaînes de valeur dans l'agriculture et le tourisme, à stimuler la connectivité entre les îles, à développer l'approvisionnement en énergie renouvelable et la finance numérique, tout en renforçant l'inclusion financière.

De son côté, la SFI mobilisera des fonds de l’IDA et d’autres programmes des partenaires au développement pour appuyer le Plan Comores émergent et son programme de réforme. La SFI se concentrera sur l'amélioration du climat d'investissement aux Comores et est prête à investir et à fournir des services de conseils à la suite de la mise en œuvre effective des réformes requises.

Les Comores ont un potentiel énorme et sont dotés d’importantes ressources naturelles. Cependant, deux Comoriens sur dix vivent dans une pauvreté extrême et un tiers des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. L'indice de capital humain des Comores est de 0,41. Cela signifie qu'un enfant né aujourd'hui aux Comores n'atteindra que 41% de son potentiel de productivité à l’âge adulte, faute d’une instruction, de soins de santé et d'une nutrition adéquats.

« Avec ce nouveau financement, la Banque mondiale s’engage à accompagner les efforts déployés par les Comores pour favoriser une croissance inclusive et durable », a souligné Mark Lundell, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mozambique, Madagascar, Maurice, les Comores et les Seychelles. « Nous sommes prêts à travailler avec d'autres partenaires au développement pour aider le gouvernement et la population des Comores à résoudre les problèmes de développement urgents, notamment l'amélioration du capital humain et l’accès au numérique afin de permettre aux Comoriens d’atteindre leur plein potentiel et d’être davantage connectés. »

« La SFI espère poursuivre sa collaboration avec le gouvernement des Comores et ses partenaires au développement afin de renforcer le climat des investissements, notamment au niveau du foncier et en matière d’accès au crédit, »  a expliqué Ousseynou Nakoulima, directeur régional de la SFI pour l'Europe occidentale. « Ces éléments fondamentaux permettront à la SFI de mobiliser les investissements privés nécessaires à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la promotion de l'inclusion financière et à la création d'emplois durables. »

« MIGA est engagée à soutenir les objectifs de développement des Comores et le programme du Gouvernement visant à accroître la participation du secteur privé dans les secteurs clés. La MIGA jouera un rôle essentiel dans la réduction des risques liés aux investissements privés en assurant les investisseurs transfrontaliers contre les risques non commerciaux dans des secteurs tels que les télécommunications, l’énergie et les transports, » a déclaré Hoda Moustafa, responsable régionale de la MIGA pour l’Afrique.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2020/039/AFR

Contacts

Washington
Aby Toure
akonate@worldbank.org
Comores (depuis Antananarivo)
Diana Styvanley
dstyvanley@worldbank.org
Api
Api