COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Cameroun obtient un prêt de 325 millions de dollars pour améliorer son réseau électrique

07 décembre 2016


WASHINGTON, le 7 décembre 2016 – La Banque mondiale vient d’octroyer un prêt de 325 millions de dollars au Cameroun afin de l’aider à améliorer l’approvisionnement en électricité et encourager les investissements du secteur privé.

Ce projet permettra de moderniser le réseau de transport électrique et de mener des réformes dans ce secteur qui n’est pas assez fiable et peine à répondre à la demande. Il accompagnera également le début d’activité de la Société nationale de transport d’électricité (SONATREL) afin qu’elle devienne pleinement opérationnelle et s’attachera à renforcer les capacités de cette structure au cours de ses premières années d’activité.

« Les besoins et la demande d’électricité sont très élevés et seuls 74 % des Camerounais vivent dans des zones directement connectées au réseau électrique. Les problèmes de fourniture d’énergie et de fiabilité de l’approvisionnement électrique constituent des obstacles majeurs à la croissance économique. De fait, ce projet permettra d’instaurer un environnement plus sûr qui favorisera la croissance et la compétitivité du pays », explique Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

Avec ce projet, la Banque aidera également le pays à remédier à un certain nombre de problèmes associés au secteur électrique, en particulier en matière d’accès. Il permettra en effet de transférer plus facilement l’électricité produite dans les nouvelles centrales hydroélectriques, et les excédents d’énergie dans certaines régions, vers les villes et les villages des régions insuffisamment desservies. Il améliorera aussi la qualité de l’approvisionnement dans les zones urbaines.

Les usagers actuels et futurs bénéficieront directement de ce projet, en particulier les pauvres, qui sont davantage exclus. En outre, dans la mesure où la capacité de transport supplémentaire obtenue grâce au projet aura pour conséquence de favoriser une hausse de la productivité et de dynamiser la croissance économique, cette opération ne profitera pas uniquement aux consommateurs d’électricité, mais plus largement à l’ensemble de la population camerounaise.

« Pour que les investissements dans l’infrastructure électrique soient viables, il faut absolument qu’ils soient accompagnés de réformes et que ces dernières soient mises en œuvre au bon moment. Il faut aussi que la SONATREL fonctionne correctement. C’est pourquoi il est capital de continuer à accompagner l’entrée en activité de la SONATREL et d’aider cette structure à garantir des conditions d’accès non discriminatoires au réseau de transport électrique », insiste Stephan Garnier, spécialiste principal de l’énergie et co-responsable du projet.

Le projet comprend trois composantes. La première porte sur l’opérationnalisation de la SONATREL. La deuxième entend améliorer la capacité et la fiabilité du réseau national de transport d’électricité camerounais, en finançant des investissements prioritaires pour moderniser et étendre le réseau. Il s’attachera également à améliorer la fourniture d’électricité dans les réseaux interconnectés. Enfin, la troisième composante fournira une assistance technique, des travaux d’analyse et des activités de renforcement des capacités aux principales parties prenantes du secteur ; elle fournira également l’assistance technique, financière, opérationnelle et fiduciaire nécessaire à l’unité de gestion du projet mise en place au sein de la SONATREL.

Contacts médias
À Yaoundé
Odilia Hebga
Téléphone : (237) 69785-9955
ohebga@worldbank.org
À Washington
Aby Toure
Téléphone : (202) 473-8302
akonate@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2017/035/AFR

Api
Api