COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Chine ajuste son économie au ralentissement de sa croissance, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale

01 juillet 2015


BEIJING, 1er juillet 2015 – La croissance de la deuxième puissance économique mondiale devrait continuer de marquer le pas, pour se situer à 7,1 % en 2015, puis à 6,9 % à l’horizon 2017, sous l’effet d’un rééquilibrage vers une « nouvelle normalité » plus pérenne, selon le dernier rapport périodique sur la conjoncture économique de la Chine publié aujourd’hui par la Banque mondiale.

« À court terme, le ralentissement de la croissance en Chine signifie que les autorités procèdent à des ajustements structurels et à des mesures visant à remédier aux vulnérabilités financières. À moyen terme, ces efforts aideront le pays à abandonner progressivement un modèle de croissance bâti sur les industries manufacturières, l’investissement et les exportations, au profit des services, de la consommation et des dépenses intérieures », analyse Karlis Smits, économiste senior et auteur principal du rapport.

Les politiques engagées pour endiguer l’expansion du crédit, lutter contre le système bancaire parallèle et limiter les capacités d’emprunt des autorités locales ont ralenti les investissements, notamment dans le secteur de l’immobilier, poursuit le rapport. Pour éviter un trop sérieux coup de frein, la Chine a annoncé une série de mesures de relance ciblées et d’une portée limitée.

« En 2015, Beijing reste confrontée à la nécessité prioritaire de trouver un juste équilibre entre réformes et croissance immédiate, dans la mesure où des dispositions de soutien trop générales risquent de contrarier les efforts visant à pérenniser son économie à moyenne échéance », note Chorching Goh, économiste principale pour la Chine.

La structure économique chinoise évolue progressivement avec, d’un côté, une activité freinée par les surcapacités dans les industries lourdes, le tassement des exportations et le durcissement de la réglementation touchant les prêts non traditionnels tandis que le marché de l’immobilier reste atone, plombé par des stocks excessifs et que, dans la plupart des villes, la valeur des biens diminue et, de l’autre, l’essor des services qui se confirme, en particulier dans les domaines sophistiqués comme la banque et l’assurance, sur fond d’une progression de la consommation légèrement plus alerte que celle de l’investissement.

Pour maintenir l’économie sur une trajectoire viable, le rapport recommande notamment une allocation plus rationnelle du crédit, qui passe par des réformes du secteur financier. Si le modèle de croissance fondé sur l’investissement a contribué au décollage de la Chine, des réformes sont indispensables pour permettre au secteur financier d’étayer les activités susceptibles de maintenir à moyen terme un taux de croissance raisonnable.



Contacts médias
À Beijing
Li Li
Téléphone : 86-10-5861 7850
Lli2@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2015/07/01

Api
Api