COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Prix élevé des matières premières et réformes de croissance : un rôle clé dans le boom de l’Amérique Latine et des Caraïbes

16 avril 2015


  • Une nouvelle analyse tire les leçons de la dernière décennie et permet d'identifier des réformes pour accélérer la croissance

WASHINGTON, 17 Avril 2015 -  La conjoncture favorable, notamment les prix élevés des matières premières et un environnement macroéconomique stable, ainsi que les réformes en faveur de la croissance, ont permis d’accroitre le PIB par habitant en Amérique latine et dans les Caraïbes d'environ 5 points de pourcentage (en termes de parité de pouvoir) au cours de la dernière décennie.

Avec la baisse des prix de la plupart des principaux produits d'exportation de l'Amérique latine, et le ralentissement de la croissance à la fois interne et chez plusieurs de ses partenaires commerciaux, la région devra de plus en plus se tourner vers des réformes renforçant la croissance tout en maintenant un cadre macroéconomique sain.

Un nouveau rapport de la Banque mondiale, Beyond commodities: The growth challenge of Latin America and the Caribbean (Après le boom des matières premières: Le défi de croissance de l'Amérique latine et des Caraïbes), se penche sur les tendances de croissance de la région, et met en évidence les réformes qui peuvent permettre d’obtenir de meilleurs résultats dans l'augmentation des niveaux de revenu. Le rapport conclut que les réformes en faveur de la croissance nationale peuvent générer de bien meilleurs résultats pour une croissance soutenue et la réduction de la pauvreté dans la région, que les facteurs externes.

"Avec la fin du boom des matières premières et avec une conjoncture mondiale moins favorable, la région commence à faire face à la nouvelle réalité d’une croissance lente", a déclaré Jorge Familiar, Vice-président pour l'Amérique latine et les Caraïbes à la Banque mondiale. "Ce que nous avons appris de cette analyse est que certaines des réformes réussies menées par les gouvernements pour stimuler la croissance et les efforts visant à maintenir un cadre macro-budgétaire sain ont été déterminants pour la bonne performance de la région au cours de la dernière décennie. Si la région l’a fait une fois, elle peut le refaire ".

Parmi les principales conclusions du rapport:

·         Le boom des années 2000 vient à la fois des réformes internes en faveur de la croissance et de la conjoncture mondiale propice: beaucoup de pays de la région ont pris la difficile décision d'entreprendre des réformes dans le secteur financier, l'éducation et les infrastructures pour stimuler la croissance pendant cette période, avec d’excellents résultats. En outre, la plupart des pays ont adopté des politiques pour contrôler l'inflation dans les années 1990, stabiliser les économies et aider à stimuler d'autres moteurs de croissance interne.

·         De nouveaux champions de la croissance tels que le Panama, le Pérou, la Colombie et la République dominicaine ont émergé: le Panama a été le champion de la région, avec une croissance annuelle moyenne par habitant de 5,1 pour cent entre 2001 et 2012. Le Pérou, à 4,6 pour cent, a été propulsé grâce aux  prix des matières premières et aux réformes nationales. La Colombie et la République dominicaine sont également apparues comme des économies en forte croissance. Alors que les producteurs de matières premières ont bénéficié de la hausse des exportations, d'autres pays relativement pauvres en ressources comme le Costa Rica ont également enregistré une solide performance au cours de cette période.

·         Apprendre des pays les plus performants de la région  peut aider à prioriser les réformes pour accélérer la croissance: Différents pays empruntent des chemins différents pour soutenir la croissance. Tandis que l'Argentine, la République dominicaine, l'Equateur et le Venezuela pourraient profiter de l'expérience d'autres pays en matière de maîtrise de l'inflation, pour d'autres - les pays d'Amérique centrale et des Caraïbes en particulier – des réformes favorables à la croissance à plus long terme seraient essentielles. Selon le rapport, les pays à plus faible revenu par habitant, comme le Nicaragua, le Paraguay, et le Honduras, ont le plus à gagner en réduisant le déficit en infrastructures.

Pour l’avenir, le rapport conclu également que la région peut apprendre et construire sur le succès des années 2000 pour maintenir ses acquis sociaux durement gagnés et promouvoir davantage la croissance. Il n'existe pas de solution universelle, et les pays devront se pencher sur les moteurs nationaux de croissance.

 

Pour en savoir plus sur les activités de la Banque mondiale en Amérique latine et dans les Caraïbes: Visitez le site : www.worldbank.org/lac

Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/worldbank

Restez informés sur Twitter : https://www.twitter.com/WorldBankLAC

Notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/lacregion2010



Contacts médias
À Washington DC
Christelle Chapoy
Téléphone : (202) 361 4255
cchapoy@worldbank.org
À Washington DC
Mauro Azeredo
Téléphone : (202) 458 0359
mazeredo@worldbank.org

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2015/398/LAC

Api
Api