COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale et la Banque islamique de développement font cause commune pour améliorer la qualité et la pertinence de l’éducation

12 octobre 2014


             Logo         Logo

WASHINGTON, 12 octobre 2014 – Le Groupe de la Banque mondiale et la Banque islamique de développement ont annoncé aujourd’hui un accord visant à coordonner leurs efforts dans le domaine de l’éducation, qui est un des moyens les plus efficaces de réduire la pauvreté et les inégalités et jeter les bases d’une croissance économique durable. Les deux organisations envisagent ainsi d’élaborer des stratégies conjointes afin d’améliorer les systèmes d’enseignement et de formation dans leurs pays membres communs, en mettant principalement l’accent sur la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

« Le monde arabe a certes accompli des progrès impressionnants en ce qui concerne l’accès à l’éducation, mais les niveaux élevés de chômage parmi les jeunes nous montrent qu’il faut agir d’urgence sur la qualité de l’enseignement », affirme Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, qui ajoute : « Notre objectif est de mettre à profit les atouts complémentaires de nos deux organisations afin d’élaborer des stratégies concernant l’ensemble du circuit allant de l’école au monde du travail, de façon à s’assurer non seulement que les jeunes ont les compétences qu’il faut pour le marché de l’emploi, mais aussi qu’ils peuvent devenir des moteurs de la croissance ».

L’initiative Education for competitiveness, qui vise à mettre l’éducation au service de la compétitivité, a été signée par le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, et son homologue du Groupe de la Banque islamique de développement, le président Ahmad Mohamed Ali Al-Madani. Elle consolidera et complètera des opérations conjointes déjà engagées dans le domaine de la recherche afin de stimuler l’employabilité de la jeunesse arabe, ainsi que des actions communes à l’appui des efforts régionaux d’amélioration de la qualité de l’éducation. Née de la conviction que le développement humain est essentiel à la réalisation d’une croissance soutenue et qu’il passe par une combinaison ordonnée d’éducation, de formation et d’activités sur le marché du travail, elle mobilisera la gamme complète des ressources et compétences des deux organisations au profit du système éducatif tout entier, du développement du jeune enfant à l’enseignement supérieur et la formation professionnelle.

« L’importance capitale et les profondes répercussions de la prise en compte du lien entre éducation et emploi dans la région ne peuvent être surestimées », soutient Ahmad Mohamed Ali Al-Madani, président du Groupe de la Banque islamique de développement. « Nos deux institutions sont parfaitement conscientes de l’enjeu colossal que représente la création d’emplois dans nos pays membres communs. Et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’unir nos efforts dans notre quête de solutions innovantes et efficaces sous le thème global de l’éducation au service de la compétitivité. »

Chaque organisation a formé une équipe dédiée qui participera à un groupe de travail conjoint. Toutes les activités au titre de l’initiative s’articuleront autour trois axes majeurs : 1) l’éducation pour une acquisition continue du savoir, qui sera centré sur la qualité de l’enseignement de la maternelle à la dernière classe du secondaire, avec un accent sur la promotion de l’esprit critique et la recherche de solutions aux problèmes. Entre autres activités, on pourra compter l’appui à l’aménagement des politiques, l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et la formation des enseignants ; 2) l’éducation au service de l’emploi, qui complètera les travaux en cours sur la pertinence de l’éducation pour le marché de l’emploi, en appuyant le développement des compétences des jeunes et des femmes, la formation pour favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation, l’enseignement professionnel et des systèmes de rapprochement de l’offre et la demande d’emploi ; 3) l’éducation au service d’une économie compétitive, qui vise à valoriser le capital humain dans des domaines où il existe des avantages comparatifs, afin de renforcer la capacité des économies nationales à s’adapter à l’évolution des conditions sur le marché mondial. 

« Nous estimons que la population d’âge scolaire augmentera considérablement pour atteindre environ 10 millions de personnes dans les 15 prochaines années », déclare Inger Andersen, vice-présidente de la Banque mondiale pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Et d’ajouter, « Si cela offre d’énormes possibilités à la région, des systèmes éducatifs efficaces seront en revanche nécessaires pour faire en sorte que ce capital humain considérable réalise pleinement son potentiel ».

L’initiative Education for Competitiveness vise également à mobiliser d’autres organisations internationales et d’autres bailleurs de fonds partageant les mêmes objectifs, dans le but d’accroître l’impact des projets de développement axés sur la formation et l’éducation en élargissant la coordination, en mutualisant les ressources et en évitant les doubles emplois.



Contacts médias
Lara Saade
Téléphone : +1 202 473 9887
lsaade@worldbank.org
Khaled Nazer
knazer@isdb.org



Api
Api