COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Routes rurales au Maroc : le Groupe de la Banque mondiale annonce un financement additionnel de 96 millions de dollars

09 juin 2014


Washington, 9 juin 2014 – Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé un prêt de 96,55 millions de dollars à l’appui du Deuxième programme national de routes rurales (PNRR2) du Maroc, visant à améliorer l’accès à des routes praticables par tous les temps pour la grande majorité de la population rurale du pays. Le montant sera libellé en euros, soit 70 millions d’euros.

La première phase du projet, qui a débuté en 2005, a permis une nette amélioration de la situation : quelque 10 000 kilomètres de routes rurales ont été construits ou remis en état, au bénéfice de 1,8 million d’habitants (sur une population cible de 3 millions). Ainsi, 70 % de la population rurale marocaine pouvaient accéder au réseau routier en 2010, contre 45 % en 2002 et 54 % en 2005. Le Maroc entend porter cette proportion à 80 % d’ici 2015.

« La remise en état et l’amélioration des routes rurales aura des effets positifs multiples et variés, observe Simon Gray, directeur des opérations du Groupe de la Banque mondiale pour le Maghreb. Des populations isolées auront ainsi accès tout au long de l’année à des services sociaux et économiques tels que la santé, l’éducation et les marchés. Ces routes auront en particulier des répercussions positives sur la productivité du secteur agricole, puisqu’elles faciliteront la distribution et qu’elles réduiront les coûts et amélioreront la qualité des services de transport. »

Le PNRR2 compte deux composantes. La première, financée par la Caisse pour le financement routier (CFR), vise la remise en état ou la modernisation de 12 560 kilomètres de routes rurales (et sur de petites infrastructures routières complémentaires), pour un coût de 1,450 millions de dollars. Dans le cadre du PNRR2, la CFR gère à la fois les prêts et les dons provenant des bailleurs de fonds internationaux (dont la Banque mondiale) et les contributions des collectivités locales. La seconde composante est financée par le Fonds spécial routier du Maroc ; elle porte sur la remise en état ou la modernisation de 3 000 kilomètres de routes rurales (et sur de petites infrastructures routières complémentaires), pour un coût estimé à 425 millions de dollars.

Le prêt de 96,55 millions de dollars (soit 70 millions d’euros) alloué par la Banque mondiale est destiné à combler les besoins de financement du PNRR2 ; ajoutée à la contribution de 300 millions de MAD (36 millions de dollars) de la CFR, cette somme permettra de remettre en état ou de moderniser environ 1 300 kilomètres.

La mise en œuvre de techniques de construction routière à forte intensité de main-d’œuvre sera encouragée, de façon à ce que la population locale puisse bénéficier d’un travail temporaire. Presque tous les chantiers précédents correspondaient à des voies existantes ou à une emprise routière établie. Des plans visant à limiter l’impact sur l’environnement et la population ont été élaborés. Ce projet couvrira les régions de Tanger-Tétouan, Taza-Taounate-Al Hoceima, Fès-Boulemane, Meknès-Tafilalet, Tadla-Azilal, Doukkala-Abda, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Grand Casablanca, Oriental, Marrakech-Tensift-Al Haouz, Chaouia-Ouardigha, Gharb-Cherarda-Beni Hsan, Souss-Massa-Draa, ainsi que la province de Guelmim. 



Contacts médias
À Washington
William Stebbins
Téléphone : +1 202 458 7883
wstebbins@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/563/MNA

Api
Api