COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Togo reçoit 13 millions de dollars pour le développement du secteur privé

29 mars 2011




Le projet aiderait à réduire le temps de création d’entreprises et développera la capacité d’environ 3.000 petites entreprises 

WASHINGTON, 29 mars, 2011 - Le Togo va engager des actions importantes pour promouvoir le développement du secteur privé. Ces actions vont porter essentiellement sur (i) la réduction du temps pour la création d’entreprise de 75 à 5 jours pour encourager l’entreprenariat et la formalisation des entreprises ; (ii) l’amélioration de la performance des micro et petites entreprises pour promouvoir la création d’emplois et développer les compétences entrepreneuriales ; et (iii) l’instauration d’un cadre de partenariat public privé juridique, réglementaire et institutionnel applicable à la zone franche et aux zones économiques spéciales pour promouvoir les investissements, et générer des avantages économiques pour le pays.

C’est dans le but d’aider à réaliser ces résultats que le Conseil d’Administration de la Banque mondiale vient d’approuver ce jour, en faveur de la République Togolaise, un don d’un montant de 13 millions de dollars US (environ 6,5 milliards FCFA) pour la mise en œuvre du Projet d’Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP), dont l’objectif principal est d’améliorer le climat des investissements et la performance des micro et petites entreprises au Togo.
 
Pour atteindre les résultats visés, le projet va appuyer (i) des réformes du climat des investissements, (ii) le développement des capacités entrepreneuriales, et (ii) le développement d’une nouvelle zone franche.

  • Pour l’appui aux réformes du climat des investissements, il a été prévu un montant de 3 millions de dollars US (environ 1,5 milliard FCFA) pour améliorer certains aspects critiques du climat des investissements au Togo. Il s’agit notamment d’agir sur deux indicateurs du « Doing Business », à savoir la création d’entreprise, et l’enregistrement des propriétés qui, dans la situation actuelle, entravent le développement des entreprises. De manière spécifique, cette composante du projet va : (i) appuyer la mise en place et l’opérationnalisation d’un guichet unique pour l’enregistrement des entreprises ; (ii) aider à la création d’un Centre de gestion agréé pour aider les petites entreprises dans la gestion de leur comptabilité ; (iii) contribuer à améliorer la gestion et la performance de la Direction des Affaires Domaniales et Cadastrales, pour simplifier et accélérer les processus d’acquisition et de transfert des titres fonciers ; et (iv) faciliter le dialogue public-privé, afin d’aider à identifier et prioriser les principales réformes pouvant permettre d’améliorer le climat des investissements au Togo.
  • Concernant l’appui au développement des capacités entrepreneuriales, le PADSP a prévu un montant de 4 millions de dollars US (environ 2 milliards FCFA) pour doter les micro et petites entreprises de capacités suffisantes, de façon à faire d’elles des sources importantes de création d’emplois. Au total, 2 000 micro et petites entreprises « traditionnelles » bénéficieront de formations en comptabilité, gestion, marketing, et en techniques de demande de financement. Pour compléter le programme de formation, 1 000 de ces entreprises vont bénéficier d’une assistance pour les aider à mettre en pratique les formations reçues. La composante prévoit également un appui à 1000 micro et petites entreprises formelles, qui recevront des formations adaptées à leurs besoins, et qui bénéficieront également de subventions. En effet, en plus de la formation, toute entreprise togolaise (formelle ou traditionnelle) opérant et payant des taxes au Togo, ayant moins de 50 employés et ayant été opérationnelle pendant au moins 12 mois, sera apte à faire une demande de subvention à coûts partagés, destinée au financement de services de développement des entreprises. Les associations d’entrepreneurs pourront également bénéficier de ces subventions. On estime à environ 500 le nombre de subventions à accorder par le projet, d’un montant moyen de 3 300 $US chacune.
  • Appui au développement d’une nouvelle zone franche (3 millions de dollars US, soit environ 1,5 milliard FCFA)—Au regard de sa structuration et performance actuelles, la contribution de la Zone franche togolaise (ZFT) à l’économie togolaise pourrait être améliorée. Le projet va appuyer le Gouvernement togolais à développer une nouvelle Zone Franche, en se fondant sur les expériences internationales les plus performantes. Une approche en trois phases est proposée : (i) une phase préparatoire , au cours de laquelle un certain nombre d’études seront menées et une vision stratégique définie ; (ii) une phase de formulation et de validation de la stratégie de la nouvelle zone franche, qui inclut également un renforcement institutionnel de la SAZOF (Société d’administration de la zone franche) ; et (iii) une phase de mise en œuvre de la Stratégie, qui inclurait une assistance technique pour l’identification de potentiels investisseurs privés.

L’approbation par le Conseil d’Administration de la Banque mondiale du PADSP, ce jour, est un couronnement des efforts des autorités togolaises pour faire du secteur privé le véritable moteur de la croissance économique du pays. Le Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Togo, Madani M. Tall, s’en est réjouit, et a déclaré ce qui suit : « Nous félicitons l’équipe togolaise pour tous les efforts consentis pour obtenir ce financement. Le PADSP est un projet sur lequel nous comptons pour lever certains obstacles et permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle de moteur de croissance économique et de création d’emplois ».
 
Le PADSP cadre parfaitement avec la stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) du Togo, dont le deuxième pilier du DSRP met l’accent sur la consolidation d’une croissance forte et durable. Il s’aligne également sur la Note de Stratégie Intérimaire de la Banque mondiale pour le Togo, qui a mis l’accent sur les secteurs porteurs de croissance.

Contacts médias
À Washington
Aby Toure
Téléphone : (+1 202) 473 8302
akonate@worldbank.org
À Lomé
Sylvie Nenonene
Téléphone : (+228) 223 33 00
snenonene@worldbank.org

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2011/396/AFR

Api
Api