COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Appui aux états insulaires vulnérables au changement climatique pour l’adoption d’énergies renouvelables

08 décembre 2010




CANCUN (MEXIQUE), le 8 décembre 2010 — Certains des États insulaires les plus petits et les plus vulnérables du monde vont bénéficier d’une nouvelle initiative visant à accroître l’accès de ces pays aux sources d’énergie renouvelables.

C’est là le résultat de la signature aujourd’hui à Cancun d’un protocole d’accord entre l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS), le gouvernement du Danemark, la Banque mondiale et le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD).

L’accord reconnaît que les petits États insulaires en développement vont souffrir de manière disproportionnée du fait du changement climatique et vise à aider les pays insulaires à décupler leurs efforts pour développer les énergies renouvelables et à parvenir à une plus grande maîtrise de l’énergie.

La promesse d’un appui de 80 millions de couronnes danoises par le gouvernement du Danemark (14,5 millions de dollars) a contribué à lancer l’initiative, dont on attend qu’elle aide la transition des États insulaires des régions d’Afrique, des Caraïbes et d’Océanie vers des sentiers de développement sobres en carbone et résistants aux chocs climatiques.

Robert B. Zoellick, le président du Groupe de la Banque mondiale, a signé l’accord, de concert avec Tillman Thomas, Premier ministre de la Grenade et président de AOSIS ; Lykke Friis, ministre du climat et de l’énergie du Danemark ; et Helen Clark, administratrice du PNUD.  Zoellick a déclaré que l’initiative soutient un groupe de pays qui comptent parmi les plus actifs et les plus revendicatifs dans les négociations climatiques depuis de nombreuses années.

« Les petits États insulaires en développement sonnent l’alarme depuis des années au sujet du changement climatique et ont gagné la réputation d’être « ‘la conscience de la conférence climatique’ » a déclaré Zoellick.   « Ils sont devenus des leaders dans les mesures d’adaptation, et le Groupe de la Banque mondiale a renforcé l’appui qu’il leur apporte à cette fin. Cette nouvelle initiative élargit cet appui aux énergies propres, qui vont contribuer à l’atténuation tout en contribuant à réduire la facture très élevée des importations de pétrole des États insulaires. »

Du fait de leur taille et de leur isolement, la plupart des petits États insulaires en développement dépendent lourdement des importations de pétrole pour leurs besoins énergétiques.  Certains pays dépensent de 25 à 50 % de leur PIB, selon les estimations, pour leurs importations de pétrole, ce qui entraîne des coûts de production d’électricité très élevés localement.

 « En réduisant leur consommation de carburants fossiles, les petits États insulaires en développement font d’une pierre deux coups», dit Helen Clark du PNUD.  « Ils réduisent les émissions de gaz à effet de serre qui sont cause de l’élévation des températures mondiales, tout en améliorant leur sécurité énergétique et en libérant des ressources nationales au profit de l’investissement dans le développement résistant aux chocs climatiques. »

L’un des avantages attendus de cette initiative en faveur des énergies renouvelables sera de libérer un « espace budgétaire » qui permettra aux gouvernements d’investir dans le développement et les mesures de résistance aux chocs climatiques.

« Le changement climatique risque de faire dérailler tous les précieux  efforts que les pays ont entrepris depuis des décennies pour vaincre la pauvreté et stimuler la croissance », a déclaré Zoellick. « Dans des pays qui disposent de sources d’énergie renouvelable, des dépenses publiques aussi élevées en carburants fossiles importés peuvent entraver l’ensemble du développement. »

La Banque mondiale et le PNUD vont faciliter l’établissement du fonds fiduciaire qui sera mis sur pied sur la base du protocole d’accord.

Contacts médias
À World Bank
Robert Bisset
Téléphone : (202) 415-9646
rbisset@worldbank.org
À UNDP
Charles Dickson
Téléphone : +1-917-495-4951
charles.dickson@undp.org

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2011/225/SDN

Api
Api