COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE 23 avril 2020

Un choc à nul autre pareil : la pandémie de COVID-19 ébranle les marchés des produits de base

Image

Un ingénieur sur une échelle dans une usine de traitement de pétrole et de gaz. © Oil and Gas Photographer/Shutterstock


LES POINTS MARQUANTS

  • La crise du coronavirus rejaillit sur l’offre et sur la demande de matières premières, directement à travers les fermetures d’entreprises et la désorganisation des chaînes d’approvisionnement et, indirectement, en provoquant l’arrêt de la croissance mondiale. Les répercussions sont déjà spectaculaires, en particulier pour les produits de base liés au transport.
  • Les cours du pétrole ont dévissé et la demande devrait connaître un effondrement inédit en 2020.
  • Alors que la plupart des marchés de denrées alimentaires continuent d’être bien approvisionnés, les annonces de restriction des échanges par plusieurs pays et les achats excessifs soulèvent des inquiétudes pour la sécurité alimentaire.

Pendant que le monde entier est aux prises avec l’urgence sanitaire provoquée par le coronavirus, les conséquences économiques d’une suspension quasi totale de l’activité ont immédiatement rejailli sur les marchés des produits de base et devraient continuer de les déstabiliser dans les mois à venir.

La pandémie perturbe à la fois l’offre et la demande de matières premières, selon l’édition d’avril du Commodity Markets Outlook (pdf en anglais) de la Banque mondiale. L’impact est à la fois direct, résultant des mesures de confinement décidées pour enrayer la propagation du virus et de la désorganisation des chaînes d’approvisionnement, et indirect, puisque la riposte mondiale ralentit la croissance, laissant entrevoir ce qui devrait être la pire récession internationale depuis des décennies.

Le plein effet de la pandémie sur les marchés des produits de base dépendra de sa gravité, de sa durée et des décisions prises par les pays et la communauté internationale pour faire front. Cette crise pourrait bien modifier définitivement l’offre et la demande de matières premières et, en particulier, les chaînes d’approvisionnement par lesquelles ces produits sont acheminés depuis les sites de production jusqu’aux consommateurs du monde entier.



Les répercussions sont déjà spectaculaires, en particulier pour les produits de base liés au transport. Les cours pétroliers dévissent depuis janvier et ont atteint un plus bas historique en avril, certaines marchandises de référence se négociant à des tarifs négatifs. Cette chute, qui traduit un brusque effondrement de la demande, a été accélérée par les incertitudes entourant les niveaux de production des principaux producteurs de pétrole. Les mesures visant à freiner la circulation du virus ayant restreint la plupart des déplacements, . Le baril devrait ressortir en moyenne à 35 dollars en 2020, un niveau qui correspond à une sévère correction par rapport aux prévisions d’octobre dernier et à une chute de 43 % au regard de la moyenne de 61 dollars enregistrée en 2019. Les cours du caoutchouc naturel et du platine, deux produits de base dont l’industrie des transports est friande, ont dégringolé eux aussi.

Les tentatives récentes de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et des autres pays producteurs de réduire leur production pour enrayer cet effondrement de la demande devraient détendre légèrement les marchés pétroliers. Mais à plus long terme et dans la mesure où il soutient les prix, l’accord actuel sera victime des mêmes facteurs qui ont conduit à l’échec des précédents accords de l’OPEP ou d’autres pactes autour des matières premières : émergence de nouveaux producteurs, substitution d’autres produits et gains d’efficacité. Le rapport consacre précisément un chapitre à la position de l’OPEP au regard des précédentes tentatives de concertation autour des prix.



Globalement, les cours de l’énergie (gaz naturel et charbon compris) devraient baisser en moyenne de 40 % en 2020 par rapport à 2019, même si les experts s’attendent à un rebond sensible en 2021. Les prix du gaz naturel ont cédé beaucoup de terrain depuis le début de l’année, tandis que le charbon reste relativement épargné, la demande d’électricité ayant moins pâti des mesures d’endiguement de la pandémie.

La décélération de la croissance en Chine, qui représente la moitié de la demande mondiale, va rejaillir sur les prix des métaux industriels. À l’inverse, les cours de l’or grimpent, les acheteurs étant en quête de placements sûrs face aux perturbations des marchés financiers.

Les prix des produits agricoles, moins liés à la croissance économique, n’ont que peu fléchi pendant les premiers mois de l’année, à l’exception du caoutchouc, dont les cours ont plongé, et du riz dont les prix ont connu une trajectoire inverse, sous l’effet de la détérioration des conditions culturales et de certaines restrictions commerciales. Globalement, les prix agricoles mondiaux devraient rester stables en 2020, les niveaux de production et de stocks pour la plupart des denrées de base étant au plus haut. 

Image
Un riziculteur travaille dans les champs. © wanphen chawarung/Shutterstock

D’une manière générale, les marchés de denrées alimentaires sont bien approvisionnés. Mais la sécurité alimentaire suscite des inquiétudes grandissantes face à l’annonce de restrictions commerciales par plusieurs pays, dont notamment des interdictions d’exportation de certains produits, et à des politiques d’achats excessifs. De même, la production agricole pourrait, surtout lors de la prochaine campagne, pâtir de la désorganisation du commerce et des difficultés dans la distribution des intrants (engrais, pesticides et main-d’œuvre). Les problèmes touchant les chaînes d’approvisionnement ont déjà fragilisé les exportations de produits périssables de certaines économies émergentes et en développement, comme les fleurs, les fruits et les légumes.

Malgré des marchés bien achalandés, les restrictions d’exportation pourraient menacer la sécurité alimentaire des pays importateurs. Avec d’autres organisations, la Banque mondiale a lancé un appel à une action collective pour maintenir les échanges de denrées alimentaires entre pays.

Plus largement, l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les marchés des produits de base pourrait entraîner des changements à plus long terme : renchérissement du coût des transports du fait de contraintes supplémentaires lors du franchissement des frontières ; alourdissement des coûts commerciaux, en particulier pour les produits agricoles et alimentaires et pour les textiles ; et conséquences sur les échanges et les prix mondiaux des décisions de stocker certaines matières premières.

Les marchés émergents et les pays en développement dépendants des produits de base seront les plus exposés aux répercussions économiques de la pandémie. En plus du coût sanitaire et humain qu’ils devront supporter, et des conséquences du ralentissement économique mondial, la baisse de la demande d’exportations et la désorganisation des chaînes d’approvisionnement vont peser lourd sur l’économie de ces pays.



Api
Api