ARTICLE 20 août 2019

Coopérer avec la société civile pour obtenir de meilleurs résultats dans le domaine du développement

World Bank Group


Les activités de la Banque mondiale en Afrique incluent un dialogue avec un large éventail de parties prenantes — situées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’État —, afin d’échanger des points de vue et de nouer des partenariats à même de renforcer les avancées en matière de développement. En particulier, les organisations de la société civile (OSC), les organisations confessionnelles et les membres des assemblées parlementaires jouent un rôle essentiel en faveur du développement efficace des pays africains.

En ce qui concerne la société civile, la stratégie de la Banque mondiale dans la région Afrique s’articule autour de quatre axes principaux : 

  • Renforcer la collaboration avec la société civile, les parlementaires et les organisations confessionnelles à l’échelle nationale et régionale pour apporter des solutions efficaces aux problèmes de développement locaux. 

  • Travailler en partenariat à la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l’inclusion sociale des populations marginalisées dans le processus de développement. 

  • Promouvoir la responsabilisation sociale, notamment grâce au suivi des opérations de la Banque par les OSC en vue d’assurer l’efficacité du développement.

  • Préconiser et promouvoir le renforcement de la capacité de la société civile africaine à se faire entendre et l’élargissement de l’espace dont elle dispose dans le débat sur le développement.

Les OSC sont à l’avant-garde des activités de développement mises en œuvre dans les pays. En collaborant étroitement avec les populations locales, elles peuvent contribuer à ce que l’opinion et les besoins de ces populations soient pris en compte dans la conception des programmes de développement. En tant que personnalités locales, les parlementaires peuvent relayer les aspirations des citoyens qui souhaitent réaliser leur potentiel. La concertation et la collaboration avec l’ensemble des parties prenantes aideront la Banque à beaucoup apprendre de ces acteurs et lui donneront l’occasion d’avoir des échanges francs et éclairés sur les questions relatives au développement de l’Afrique. En partageant leurs expériences et en étant à l’écoute l’une de l’autre, la Banque et la société civile peuvent approfondir leurs relations pour promouvoir leurs objectifs communs en matière de développement.

Ces dernières années, les relations de la Banque avec la société civile se sont renforcées et la participation des OSC au contrôle des opérations de la Banque par de tierces parties a nettement augmenté dans plusieurs pays. La société civile participe activement à la préparation d’instruments fondamentaux de la Banque tels que les diagnostics-pays systématiques, les cadres de partenariat-pays, les prêts à l’appui des politiques de développement et bien d’autres outils. Récemment, le département Région Afrique de la Banque a créé une plate-forme régionale, intitulée « Dialogue avec les OSC et les parlementaires sur le développement en Afrique », afin de promouvoir des activités de concertation trimestrielles sur les principales priorités à l’échelle de la région.

La société civile et les membres des assemblées parlementaires sont de véritables partenaires dans le cadre de la promotion de l’efficacité du développement au plus haut niveau. Une collaboration étroite est susceptible d’engendrer de meilleures perspectives pour les populations africaines comme le montrent certains exemples de coopération réussie avec la société civile et les parlementaires dans 11 pays africains mis en évidence ici. Le contexte politique propre à chaque pays orientant la participation des parties prenantes, il en résulte une diversité d’activités et de pratiques optimales qui peuvent être adaptées ailleurs. 



Api
Api