COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

Tournée de Jim Yong Kim en Chine pour observer l’impact des réformes de la santé

20 juillet 2016


Image

Un viel homme est examiné en Chine. © Curt Carnemark / Banque mondiale



Un rapport important sur la réforme de la santé en Chine sera lancé à cette occasion

Province du Fujian, CHINE, 20 juillet 2016 — Longtemps, pour Chen Guangming, se faire soigner a rimé avec difficultés. La moindre visite médicale se transformait en un pénible périple depuis son village de Doushita, dans le Sud de la Chine, jusqu’aux salles bondées de l’hôpital de Chongqing. À près de 70 ans, elle devait faire contrôler régulièrement sa tension artérielle, trop élevée, et bénéficier de soins de suite, qu’elle n’avait ni les moyens ni la possibilité d’organiser.

Aujourd’hui, ce sont les médecins qui font le déplacement. Depuis les réformes engagées par le gouvernement chinois pour rendre les soins de santé accessibles aux populations rurales pauvres, une équipe médicale vient régulièrement lui prodiguer des soins à domicile, même s’il faut pour cela enfourcher un vélo et marcher pendant 20 bonnes minutes...

« Grâce à eux, mon état s’est stabilisé et je n’ai plus besoin d’être hospitalisée », explique-t-elle. Je me sens en bonne santé maintenant. »

Le programme, baptisé « Rayon de soleil sur la route », s’inscrit dans un projet de santé rurale soutenu par la Banque mondiale. Ce n’est que l’une des multiples solutions déployées par les autorités chinoises pour remédier aux carences d’un système de santé confronté depuis quelques décennies à une démographie galopante difficile à gérer. Sans parler du coût trop onéreux des hospitalisations systématiques pour une population vieillissante qui, malgré des besoins accrus, ne fait pas appel aux services de soins locaux.

Confronté à cette problématique, le gouvernement chinois s’est tourné vers le Groupe de la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour envisager toutes les options possibles.

Un rapport sur la question, intitulé Deepening Health Reform in China, sera dévoilé vendredi prochain à Beijing en présence de Jim Yong Kim et de représentants de l’OMS mais aussi des ministères chinois des Finances et des Ressources humaines et de la protection sociale et de la Commission de la santé nationale et de la planification familiale. Ses conclusions viendront alimenter le 13e plan de développement quinquennal.

Avant d’assister au lancement du rapport, Jim Yong Kim effectue une tournée des dispensaires et hôpitaux du Fujian et de l’Anhui — deux provinces où la réforme est testée à titre pilote — afin de se rendre compte des succès et des difficultés rencontrées sur le terrain et d’en savoir plus sur ces programmes qui pourraient ensuite être transposés à l’échelle du pays.

Aujourd’hui, Jim Yong Kim est arrivé à Sanming, déclarée ville modèle pour la réforme des hôpitaux publics. Il a ensuite visité un dispensaire du village de Qichi, dans le district de Xicheng dans le Fujian, où il a pu découvrir des solutions innovantes pour assurer des soins de santé aux populations rurales. Poursuivant sa tournée, il s’est rendu dans un hôpital général du comté de Youxi, où tout le processus d’achat de médicaments et d’équipements médicaux a été réformé.

Demain, il partira pour le comté de Tianchang, dans l’Anhui, qui a mis en place un réseau intégré de services de santé permettant, grâce à l’informatique, de faire le lien entre tous les niveaux de soins (comté, district, village) en milieu rural.

« Nous sommes heureux de contribuer à l’approfondissement des réformes de la santé engagées par le gouvernement chinois dans les provinces du Fujian et de l’Anhui », souligne le président Jim Yong Kim. « Nous prévoyons de soutenir la mise en œuvre des recommandations présentées dans ce rapport avec un nouveau projet couvrant trois provinces, de manière à pouvoir transposer à l’échelle nationale les enseignements retirés de l’expérience dans le Fujian et l’Anhui. »