COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

Rapatrier les travailleurs immigrés Bangladais de Libye

26 avril 2011


Le 26 avril 2011 – Quand le conflit libyen a éclaté, en février 2011, de nombreux travailleurs immigrés se sont retrouvés livrés à eux-mêmes. Certains ont été abandonnés dans des camps en plein désert avec très peu de moyens pour subvenir à leurs besoins. La Banque mondiale apporte son aide à l’évacuation et au rapatriement des travailleurs immigrés bangladais.

Avant le déclenchement de la crise, la Libye comptait quelque 70.000 travailleurs bangladais qui formaient la majorité de la main d’oeuvre en provenance d’Asie du Sud. En 2010, leurs envois de fonds vers le Bangladesh se sont élevés à 1, 5 million de dollars.

Le Bangladesh compte environ 6 millions de ressortissants expatriés, soit près de 4% de sa population. La plupart travaillent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, généralement comme main-d’oeuvre, en particulier dans le secteur de la construction. En 2009, les transferts de fonds des émigrés ont représenté 12% du PIB du pays et constituent l’une des sources les plus importantes et les plus stables de devises, contribuant de façon sensible au développement du Bangladesh.

Malgré les promesses de salaires décents en Libye, certains immigrés se sont retrouvés quasiment sans le sou et endettés après avoir versé des milliers de dollars aux agences qui avaient organisé leur passage vers ce pays. De nombreux Bangladais n’ont dès lors pas les moyens de payer leur retour chez eux. A la date du 13 avril 2011, près de 30.000 avaient pu être rapatriés avec l’aide de l’OIM.

La plupart de ces travailleurs sont pauvres et beaucoup ont tout perdu durant leur marche jusqu'à la frontière. Ils n'ont donc pas les moyens d'assurer et de payer leur retour. De nombreux Bangladais, portant tous leurs biens sur leur dos, ont marché péniblement à travers le désert jusqu'aux frontières en essayant d'éviter les pilleurs et les fusillades et en étant obligés de quémander leur nourriture.

La Banque mondiale a accordé 40 millions de dollars pour appuyer le Projet de rapatriement et de rétablissement des moyens de subsistance des travailleurs migrants qui financera une partie du rapatriement aérien des travailleurs bangladais. Le projet fournira aussi un don en espèces de 775 dollars par personne à leur arrivée au Bangladesh pour faire face à leurs besoins immédiats et les aidera à chercher des possibilités d'emploi au pays et à l'étranger pour commencer à restaurer leurs moyens de subsistance.

“La crise a créé une situation très grave qui exige une aide humanitaire de la communauté internationale” souligne Bernice Van Bronkhorst qui dirige l’équipe en charge du Projet. “A cause de la crise, ceux qui n’avaient émigré que récemment se sont retrouvés non seulement sans le sou, mais lourdement endettés. Le projet doit les aider à se remettre sur pieds.”

 

Api
Api