COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

Afrique Centrale : 3,9 millions de dollars à la CEAAC pour le développement de l’agriculture

10 décembre 2010


LIBREVILLE, 10 décembre 2010—La Banque mondiale, par l’entremise d’un Fonds subsidiaire Multi-donateurs  a octroyé un  appui financier de 3,9 millions de dollars (soit 1,8 milliard de francs CFA)  pour la mise en œuvre du programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) au bénéfice du secrétariat exécutif de la Communauté des  Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Les documents relatifs à cet accord  de don ont récemment été remis au secrétaire général de l’institution Louis Sylvain Goma par le représentant par intérim de la Banque mondiale au Gabon, Rick Emery Tsouck Ibounde.

Ce don constitue le premier acte de partenariat entre la CEEAC et la Banque mondiale.  Il sera mis en œuvre sur une période de trois ans et devra permettre de renforcer les capacités institutionnelles du Secrétariat général de la CEEAC par le recrutement d’experts additionnels en gestion financière et comptable, agriculture et développement rural, suivi-évaluation, bases des données agricoles, la poursuite de formations spécifiques et l’achat d’équipements et de matériels de bureau, ou encore aider à formuler et à harmoniser la qualité des programmes nationaux et régionaux d’investissement agricole.

« La Banque mondiale est satisfaite de la conclusion de cet accord de don avec la CEEAC et souhaite que l'acte ainsi posé soit le point de départ d'une coopération fructueuse et diversifiée  entre les deux institutions », a déclaré Mr. Tsouck Ibounde.

Impulser le  développement du continent africain par le secteur agricole

L’enveloppe permettra  à la CEEAC de développer des fonctions horizontales de communication, d’information, de suivi-évaluation, de gestion des connaissances ainsi que les partenariats techniques nécessaires et plaider auprès des gouvernements, des ministères respectifs et des Partenaires techniques et financiers pour faciliter l’accès aux financements nécessaires à la mise en œuvre des programmes d’investissement.

Conçu dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), le PDDAA est une initiative de l’Union africaine qui vise à impulser le  développement du continent par la promotion et le développement du secteur agricole. Il a reçu pour sa mise en œuvre à l’échelle continentale le soutien  de plusieurs partenaires au développement, dont notamment les Etats-Unis par le truchement de l’USAID, l’Union européenne,  la France. Irish Aid, DfID, et les Pays-Bas.  Ce soutien s’est  matérialisé à travers la constitution d’un Fonds subsidiaire Multi-bailleurs administré par la Banque mondiale.

La mise en œuvre cadre également avec l’agenda d’appui de la Banque mondiale à l’intégration régionale.

L’objectif du fonds  est  d’aider les États africains à atteindre et maintenir un rythme de croissance annuel de 6%  soutenue grâce à une stratégie de développement impulsée par l’agriculture pour réduire la faim et la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et stimuler les exportations.

Le Fonds subsidiaire multi-donateurs pour l’appui à la mise en œuvre du PDDAA a été établi à la Banque mondiale en septembre 2008. Il vise à financer le renforcement des capacités et des activités de quatre  institutions  économiques sous régionales que sont la COMESA, la CEDEAO, la SADC et la CEEAC en vue de permettre à chacune de ces structures régionales d’établir  des  modalités pratiques  et des mécanismes de mise en œuvre du PDDAA à leur échelle sous régionale.

La CEEAC compte 10 États membres, qui sont : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, République du Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, São Tomé-et-Principe et Tchad.


Api
Api