NOTE

Fiche d’information sur les réfugiés

10 décembre 2015


Une crise grandissante et mondiale à une échelle sans précédent

  • Le nombre de personnes déplacées augmente. Au plan mondial, à la fin de 2014, les guerres, le conflit et la persécution avaient déplacé de force un total de 59,5 millions de personnes – 19,5 millions de réfugiés, 38,2 millions de personnes déplacées internes (PDI) et 1,8 million de demandeurs d’asile. (UNHCR Global Trends Report)
  • De 2013 à 2014, 8,3 millions d’autres personnes ont été déplacées de force – le plus grand bond jamais enregistré en une seule année. (UNHCR Global Trends Report)
  • En 2014, seuls 126 800 réfugiés ont pu retourner dans leurs pays d’origine – le nombre le plus faible en 31 ans (UNHCR Global Trends Report).
  • Les déplacements forcés ont tendance à être prolongés, s’étendant sur des décennies dans de nombreux cas.  Les populations déplacées de force sont parmi les plus pauvres et des plus défavorisées. 
  • Les déplacements forcés constituent un problème à l’échelle mondiale, mais leurs répercussions se concentrent en grande partie dans les pays en développement, un petit nombre de pays payant le plus lourd tribut.

Les pays voisins hébergent la très grande majorité des réfugiés

  • Plus de la moitié des réfugiés dans le monde entier viennent de la Syrie, de l’Afghanistan et de la Somalie ; d’autres pays d’où viennent également de grands nombres sont le Soudan, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo (RDC), Myanmar, l’Iraq et l’Érythrée.
  • Les pays voisins hébergent la très grande majorité des réfugiés : 50 % de tous les réfugiés se trouvent dans sept pays : Iran, Jordanie, Liban, Pakistan, Palestine, Syrie et Turquie.
  • 52 % de toutes les PDI se trouvent dans quatre pays : Colombie, Iraq, Soudan et Syrie.
  • 70 % des réfugiés arrivant dans l’UE viennent des pays touchés par le conflit. Les arrivées en 2015 jusqu’à présent viennent des pays suivants, par ordre d’importance :  Syrie, Kosovo, Afghanistan, Albanie, Iraq, Pakistan, Érythrée, Serbie, Ukraine et Nigéria.
  • En dépit de l’augmentation rapide des flux de réfugiés en Europe, les nombres demeurent relativement faibles par rapport aux populations des pays européens d’accueil et particulièrement par rapport à celles des pays nettement plus pauvres du Moyen-Orient qui accueillent les personnes déplacées de force. Au cours des neuf premiers mois de 2015, environ 530 000 demandeurs d’asile sont arrivés dans l’UE et, d’après le HCR, 700 000 autres sont prévus d’ici à la fin de l’année.  À titre de comparaison, 219 000 demandeurs d’asile ont été enregistrés en 2014.
  • Les déplacements forcés se soldent par une diminution spectaculaire du capital humain dans les pays d’origine. À supposer que la crise actuelle prenne fin, la Syrie, dont la population aurait diminué de 20 % en sus de 40 % de déplacés internes, mettrait  20 ans, avec un taux de croissance de 3 % en moyenne, pour retrouver son niveau de PIB de 2010.

 

La réponse du Groupe Banque mondiale

Soixante millions de personnes sont à présent déplacées de force dans le monde – en tant que réfugiés, personnes déplacées internes et demandeurs d’asile fuyant le conflit et la persécution. Le Groupe Banque mondiale se préoccupe de leur bien-être ainsi que de l’impact sur les communautés dans lesquelles elles s’installent, concentrées en grande partie dans les pays en développement. À l’appui de ses objectifs d’élimination de la pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée, le Groupe Banque mondiale œuvre avec ses partenaires en vue d’aider les pays et partenaires touchés à faire face aux situations de déplacements prolongés, en leur fournissant un appui technique et financier qui peut aider les personnes déplacées et leurs hôtes dans les pays d’origine, de transit et de destination.  Le Groupe Banque mondiale aide de plus en plus les pays et les communautés à s’attaquer aux causes profondes de cette situation sur le moyen et le long termes.

Contacts du Groupe de la Banque mondiale : Lotte Pang (tél: +1 202 758 4290 ou lpang@worldbankgroup.org) et Chisako Fukuda (+1 202 473 9424 ou cfukuda@worldbankgroup.org)








PHOTO GALLERY
Road to Refuge
Bienvenue