NOTE

Questions-réponses : La révision du seuil international de pauvreté

30 septembre 2015


Pourquoi la Banque mondiale a-t-elle décidé de réviser le seuil international de pauvreté, et pourquoi maintenant ?

Il est indispensable d’actualiser périodiquement le seuil international de pauvreté afin de refléter les évolutions du coût de la vie à travers le monde. Depuis 2008, année de la dernière révision en date, nous utilisions un seuil de 1,25 dollar. À la suite des travaux d’actualisation que nous venons d’entreprendre, le nouveau seuil, en vigueur à partir d’octobre 2015, se situe désormais à 1,90 dollar.

 

Quel est le niveau du nouveau seuil, et à combien s’élève le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté dans le monde en se basant dessus ?

Le nouveau seuil international de pauvreté, basé sur les prix de 2011, est fixé à 1,90 dollar par jour. Un peu plus de 900 millions de personnes dans le monde vivaient sous ce seuil en 2012 (cette estimation tenant compte des dernières données disponibles), et ce chiffre devrait se situer un peu au-dessus de 700 millions en 2015.

 

Pourquoi avoir relevé le seuil de pauvreté ? Et pourquoi le seuil de 1,25 dollar, utilisé par tous, ne convenait-il plus ?

Il est indispensable d’actualiser périodiquement le seuil international de pauvreté afin de refléter les évolutions du coût de la vie à travers le monde. Le nouveau seuil restitue de manière plus exacte les coûts supportés par les populations pour satisfaire leurs besoins essentiels (alimentation, habillement et logement), car il repose sur des données sur les prix actualisées. Autrement dit, la valeur réelle de 1,90 dollar aux prix d’aujourd’hui est la même que celle de 1,25 dollar aux prix de 2005.

 

Qu’en est-il alors des estimations précédentes ?

Nous avons effectué une analyse rétrospective des estimations concernant les années précédentes afin de réévaluer les tendances du recul de la pauvreté au cours des 25 dernières années. Et ces tendances montrent que si le monde a accompli des progrès impressionnants depuis 1990, l’incidence de la pauvreté atteint toujours des niveaux inacceptables. Il reste par conséquent encore beaucoup à faire pour poursuivre les progrès dans les années qui viennent et s’assurer que ceux qui vivent encore dans la pauvreté parviennent à s’en sortir.

 

Comment se définit un seuil international de pauvreté ?

On s’intéresse d’abord aux seuils de pauvreté nationaux, qui reflètent en règle générale le niveau de vie au-dessous duquel les habitants d’un pays ne peuvent pas satisfaire leurs besoins essentiels sur le plan de l’alimentation, de l’habillement et du logement. Comme on peut s’y attendre, les seuils des pays riches sont en général supérieurs à ceux des pays plus pauvres.

Mais lorsqu’on veut connaître le nombre de personnes dans le monde qui vivent dans l’extrême pauvreté, on ne peut pas juste additionner les taux de pauvreté de chaque pays : cela reviendrait à utiliser une mesure différente pour identifier qui est pauvre dans chacun des pays. Nous avons donc besoin d’un seuil qui mesure la pauvreté dans tous les pays avec un même étalon.

En 1990, un groupe de chercheurs indépendants associé à la Banque mondiale a proposé de mesurer la pauvreté dans le monde à l’aune des pays les plus pauvres. Ils sont partis des seuils nationaux de pauvreté d’un certain nombre de pays parmi les plus pauvres du monde et ils les ont convertis dans une monnaie commune en utilisant des taux de change en parité de pouvoir d’achat (PPA). Les taux de change PPA permettent d’accorder une valeur équivalente à une même quantité de biens et services d’un pays à l’autre. À la suite de cette conversion, il est apparu que la valeur du seuil national de pauvreté dans les six pays les plus pauvres était d’environ 1 dollar par jour et par personne, et c’est ainsi qu’a été défini le premier seuil international de pauvreté.