Retraites - Vue d'ensemble

Téléchargez ici la version PDF.

Les pays à revenu faible et intermédiaire devraient connaître un vieillissement spectaculaire de leur population, plus marqué que partout ailleurs. La prise en charge traditionnelle des personnes âgées par la famille a quasiment disparu dans la plupart des pays en développement sans que des mécanismes officiels n’aient été mis en place pour prendre la relève. Des transferts formels ou des transferts informels familiaux ou communautaires mal adaptés peuvent considérablement amoindrir les capacités des seniors à faire face à une maladie ou une alimentation impropre. Dans les pays à faible revenu, un travailleur sur neuf seulement cotise à un plan de retraite ; cette proportion, qui n’a pas évolué depuis des décennies, interdit à de nombreux travailleurs de bénéficier de transferts adéquats au moment de la cessation d’activité.

Les dépenses publiques pour les retraites ont tendance à régresser, qui concernent un nombre très restreint de travailleurs. Trop souvent, le poids financier des retraites empêche l’État de financer d’autres programmes utiles (dans la santé ou l’éducation par exemple) et lorsque les indemnités excèdent les contributions, il doit aller puiser dans les fonds provenant d’impôts plus généraux, comme la taxe sur la valeur ajoutée. Dans les pays à revenu intermédiaire, l’absence de couverture retraite est criante chez les travailleurs mal payés du secteur informel. Cette situation est aggravée par la pression démographique, qui sape peu à peu les capacités financières des systèmes de retraite. C’est le cas notamment dans les économies en transition d’Europe de l’Est et de l’ex-Union soviétique, où les retraites constituent souvent le premier poste de dépenses pour l’État et sont l’une des causes majeures des déficits budgétaires, sachant que le vieillissement rapide de la population a réduit la proportion de jeunes actifs par rapport au nombre de retraités à indemniser.

La Banque mondiale a tous les atouts pour mener les réflexions sur ces questions et collaborer avec différents partenaires au développement dans le but d’édifier des systèmes solides de retraite dans les pays en développement. Elle a participé à la réforme de ces dispositifs dans plus de 30 pays et soutenu financièrement ces réformes dans plus de 70 pays.

 

L’expérience internationale prouve que s’il n’y a pas de modèle unique pour réformer les retraites, il existe toutefois des principes clairs, susceptibles d’offrir d’utiles orientations pour les décideurs qui veulent des solutions adaptées à la culture du pays, son système politique, son économie et la structure de sa main-d’œuvre. Le cadre général de la Banque mondiale pour la réforme des retraites préconise de commencer par l’examen des trois éléments suivants :

  • l’environnement : apprécier le contexte macroéconomique, social et démographique (conditions et capacités initiales) ;
  • le modèle de régime : définir les objectifs de l’action publique, choisir et évaluer l’architecture de la réforme et paramétrer le dispositif grâce à une modélisation et une analyse actuarielles ;
  • les performances : évaluer le/les système/s en appliquant des principes généralement acceptés pour la conception ou la réforme des retraites inspirés des meilleures pratiques internationales. Si trois principes sont particulièrement pertinents (l’accessibilité, c’est-à-dire la couverture, l’adéquation et la pérennité), d’autres peuvent être intéressants à intégrer : l’accessibilité financière, l’équité, la prévisibilité, la solidité, l’économie et l’efficacité administrative. Ces principes sont là pour aider les décideurs à écarter les choix peu judicieux et donc à concevoir en toute liberté des systèmes de retraite conformes aux meilleures pratiques internationales tout en conservant une certaine latitude pour trouver des solutions adaptées aux préférences sociales du pays et à ses conditions particulières.

La Banque a mis en place une équipe chargée de définir des solutions mondiales dans le domaine des retraites et des assurances sociales, et qui regroupe des personnels de ses pôles d’expertise en Travail et protection sociale et en Finance et marchés. Les priorités de ce groupe concernent des aspects qui intéressent tout particulièrement les pays dans lesquels la Banque intervient, directement par le biais de projets propres à tel ou tel pays et plus généralement dans le cadre d’activités de gestion des connaissances mondiales et régionales.

Sur le plan des connaissances, il s’agit de développer un cadre d’évaluation qui permette d’élaborer des politiques publiques au carrefour de la protection sociale et des retraites. En effet, il est indispensable de se doter d’un socle de données probantes pour pouvoir répondre à l’intérêt soutenu des responsables publics à l’égard de l’expansion du rôle des pensions et de la recherche de solutions novatrices pour encourager la souscription volontaire à des plans de retraite. 

Les autres domaines prioritaires concernent les réformes des pensions dans la fonction publique, les incitations à la retraite et les mécanismes de supervision des pensions fondée sur les résultats et les risques. La collaboration entre les divers pôles mondiaux d’expertise de la Banque constitue aussi un axe prioritaire, en particulier en ce qui concerne le dossier du vieillissement de la population.

La Banque a également pris une part active à la conception et l’amélioration des instruments quantitatifs et de dialogue — tels que l’analyse des droits à la retraite par pays (APEX) et l’outil de simulation des options pour la réforme des retraites (PROST) — qui favorisent une prise de décisions informée, réduisent les décalages entre analyse quantitative et analyse qualitative des régimes de retraite et abordent un certain nombre de défis, surtout lorsque les régimes de retraite de la fonction publique et/ou d’autres secteurs absorbent une part disproportionnée des ressources limitées de l’État. La Banque a favorisé le renforcement des capacités et le transfert de connaissances sur l’amélioration de la sécurité financière des personnes âgées dans plus de 100 pays.

 





GALERIE PHOTO
Plus de photos »