NOTE

Le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest

10 février 2016


World Bank Group

CONTEXTE

Le secteur agricole occupe une place cruciale en Afrique : il fournit 65 % des emplois et contribue à 35 % du PIB. Or, dans les zones rurales, où la majorité de la population vit de l’agriculture, la pauvreté atteint des niveaux encore élevés. La croissance agricole pourrait être un instrument de réduction de la pauvreté, l’enjeu étant d’accroître les revenus tirés de l’agriculture et de créer des emplois tout en réduisant les prix des produits alimentaires.

Alors que les Objectifs de développement durable visent à éliminer la faim et la pauvreté dans le monde, il est indispensable que les pays africains donnent la priorité à l’agriculture et au développement rural. Le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) répond précisément à ces objectifs en s’efforçant de bâtir un système alimentaire suffisamment solide pour nourrir chaque habitant de la sous-région. Créé par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et en partie financé par la Banque mondiale, le PPAAO s’emploie à développer un secteur agricole plus productif et plus durable dans 13 pays ouest-africains en vue d’assurer la sécurité alimentaire de demain.

STRATÉGIE

Le PPAAO est une initiative pluriannuelle visant à transformer l’agriculture ouest-africaine en agissant sur plusieurs axes : dynamiser la productivité et promouvoir une agriculture durable, lutter contre la faim et améliorer la nutrition, créer des emplois et, enfin, soutenir la collaboration entre pays. Il réunit 13 pays : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

Le PPAAO s’est donné pour objectif d’atteindre une croissance agricole de 6 % et d’accroître la production et l’offre alimentaire en Afrique de l’Ouest. Pour y parvenir, le programme travaille en collaboration avec des scientifiques, des chercheurs, des agents de vulgarisation et des agriculteurs dans les domaines suivants :

  • l’innovation et la production, diffusion et adoption de technologies améliorées ;
  • l’instauration d’un environnement porteur pour la coopération régionale ;
  • le renforcement des capacités humaines et institutionnelles dans l’ensemble de la sous-région ;
  • la création d’emplois pour les jeunes, l’inclusion des femmes et l’adaptation au changement climatique.

Partenaires

La CEDEAO et l’Union africaine ont fourni les cadres stratégiques devant guider l’action du PPAAO pour la promotion de l’agriculture et du développement rural. La mise en œuvre et la coordination du programme sont assurées par les ministères de l’Agriculture des pays concernés ainsi que diverses organisations de producteurs.


Image

Le PPAAO s’emploie à revitaliser la recherche agronomique en Afrique de l’Ouest grâce au soutien qu’il apporte à la formation de près d’un millier d’agronomes, à l’établissement de neuf centres de recherche spécialisés dans les principaux produits de base.


RÉSULTATS

Le PPAAO a directement bénéficié, à ce jour, à plus de six millions d’agriculteurs, transformateurs et petites entreprises d’Afrique de l’Ouest, dont 45 % de femmes. Les estimations indiquent que le programme a déjà permis d’accroître de plus de trois millions de tonnes la production alimentaire et de 34 % en moyenne les revenus de celles et ceux qui en bénéficient.

Le PPAAO a assuré la distribution de quelque 160 variétés de plantes adaptées au changement climatique ainsi que la diffusion de technologies et de pratiques climato-intelligentes au profit d’environ 5,7 millions d’agriculteurs ouest-africains répartis sur 3,6 millions d’hectares. Grâce à ces innovations, la productivité s’est améliorée de 150 %.

Au Ghana, le PPAAO a aidé 80 éleveurs de pintades à développer leur activité en leur fournissant des œufs, des couveuses, des aliments et des vaccins. Comme le programme permet à ces bénéficiaires directs d’aider à leur tour les membres de leur communauté, ce sont globalement 50 000 personnes qui en ont bénéficié.

En 2015, le PPAAO a fourni 10 500 semences à 200 000 agriculteurs en Guinée, au Libéria et en Sierra-Leone afin de stimuler le redressement de ces pays à la suite de l’épidémie d’Ebola.

Au Sénégal, 14 variétés de céréales sèches à maturation précoce, à haut rendement et résistantes à la sécheresse ont été mises au point, avec à la clé une hausse de la productivité d’au moins 30 %. Plus de 423 000 agriculteurs sénégalais tirent profit de ces nouvelles variétés et sont aujourd’hui plus à même d’affronter les chocs climatiques.

En Guinée, en Sierra Leone, au Libéria et en Côte d’Ivoire, plus de 100 000 agriculteurs ont pu accroître leur production de riz grâce à l’introduction de nouvelles variétés résistantes au sel, à la diffusion de techniques d’irrigation climato-intelligentes ainsi qu’à une meilleure gestion de la fertilité des sols.

Avec le programme e-Agriculture mis en place dans le cadre du PPAAO, les agriculteurs ghanéens peuvent obtenir des conseils en temps réel par téléphone ou sur Internet. À ce jour, ce programme, qui compte 120 000 abonnés, a reçu 1,76 million de demandes relatives à une grande variété de sujets, allant du travail du sol à la lutte phytosanitaire.

Dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest, le PPAAO a contribué à améliorer la situation nutritionnelle par le biais des programmes d’alimentation scolaire qui incorporent un grand nombre des variétés nutritives et à haut rendement mises au point par ses chercheurs, en particulier en ce qui concerne le manioc, le mil et le riz.

Le PPAAO s’emploie à revitaliser la recherche agronomique en Afrique de l’Ouest grâce au soutien qu’il apporte à la formation de près d’un millier d’agronomes, à l’établissement de neuf centres de recherche spécialisés dans les principaux produits de base, à la rénovation des infrastructures de recherche ainsi qu’au financement d’activités, de laboratoires et d’équipements.