Viet Nam : la Banque mondiale contribue à réaliser les ambitions de 8 000 élèves défavorisés

10 avril 2014


Image

Cao Thi Phuong Huyen (ici au premier rang, au centre) est en première année à l’université Hung Vuong, où elle s’est spécialisée dans l’enseignement de l’anglais langue étrangère. Il y a trois ans, pourtant, elle était sur le point de renoncer à son rêve de devenir enseignante... Lire l'article


Entre 2010 et 2013, le Projet d’éducation au Viet Nam, entrepris dans le cadre du Partenariat mondial pour l’aide basée sur les résultats (GPOBA), a permis de subventionner la scolarité de plus de 8 000 élèves défavorisés dans des établissements secondaires et des lycées professionnels privés. Cette opération, qui conditionnait le versement d’une bourse d’études aux performances scolaires des élèves, a permis d’élargir l’accès au second cycle de l’enseignement secondaire et de réduire le taux de décrochage parmi les élèves défavorisés issus de douze provinces du Viet Nam.

Défis

En dépit d’une nette progression des taux de scolarisation ces dernières années, la qualité et l’efficacité du système éducatif dans les régions défavorisées du Viet Nam demeurent insuffisantes. Les redoublements sont nombreux, et le décrochage scolaire reste important, principalement en raison de frais de scolarité trop élevés pour les familles.

Près d’un million d’élèves sortent du collège chaque année, mais les lycées publics ne sont en mesure d’accueillir que 70 à 80 % d’entre eux. Ceux qui échouent à tous les examens d’entrée sont contraints de se tourner vers un établissement privé, généralement plus cher et hors de la portée de beaucoup d’élèves défavorisés, ce qui contraint nombre d’entre eux à faire une croix sur la poursuite de leurs études.

Solutions

Le projet a apporté un soutien financier aux élèves défavorisés afin qu’ils puissent poursuivre leurs ambitions en dépit de leur situation pécuniaire. Sur la base d’un mécanisme d’aide fondé sur les performances, le projet a consisté à conditionner le versement d’une bourse d’études aux résultats scolaires. Les écoles prenant part au projet préfinançaient les frais de scolarité de chacun des élèves bénéficiaires. Si un élève satisfaisait à un certain nombre de critères en fin de trimestre (notes, assiduité, comportement), l’école percevait la bourse d’études. Ces critères d’évaluation étaient visés par l’équipe indépendante de vérification de la Banque mondiale qui s’est régulièrement rendue dans tous les établissements participants, a examiné le dossier et le profil des élèves, et a rencontré leurs familles.

En incitant les établissements à chercher activement des solutions pour améliorer les résultats d’un élève, l’approche adoptée a relevé la qualité de l’enseignement dispensé et a encouragé les écoles à soutenir davantage la réussite de leurs élèves. Cette démarche novatrice en faveur des jeunes Vietnamiens défavorisés a valu au projet de recevoir le prix INOBATION (« Innovation GPOBA »).

Résultats

De 2010 à 2013, le projet a permis à des élèves défavorisés d’avoir accès au second cycle du secondaire dans 12 provinces du Viet Nam. Il compte plusieurs succès à son actif :

  • Plus de 8 000 élèves défavorisés ont obtenu une bourse pour s’inscrire dans 67 lycées et établissements de formation professionnelle privés.
  • Le taux d’abandon scolaire chez les élèves bénéficiaires du projet se situe aujourd’hui autour de 5 % (contre 10 % au niveau national). La moyenne pondérée des élèves bénéficiaires du projet est passée de 5,95 (sur 10) sur l’année scolaire 2010-2011 à 6,33 en 2012-2013.
  • Près de 90 % des bénéficiaires des 51 écoles participantes ont rejoint l’université ou poursuivi leur cursus.


« Ma moyenne était bonne à la fin de la première année du lycée puis elle est devenue excellente les deux années suivantes. Non seulement le projet m’a aidée financièrement, mais il m’a également énormément soutenue et motivée. J’avais l’impression qu’on s’occupait de moi.  »

Cao Thi Phuong Huyen,

Étudiante à l’Université Hung Vuong de la province de Phu Tho

Contribution du Groupe de la Banque mondiale

La contribution de la Banque mondiale s’est effectuée dans le cadre du Partenariat mondial pour l’aide basée sur les résultats (GPOBA), un programme de financement multidonateurs. Ce projet doté de 3 millions de dollars est le premier projet financé par le GPOBA dans le secteur de l’éducation.

Partenaires

Les bailleurs de fonds et les organismes locaux et internationaux ont collaboré étroitement à l’élaboration et à la mise en œuvre du projet.

La fondation East Meets West, une organisation non gouvernementale dont le siège est aux États-Unis, a été chargée de la préparation et de l’exécution du projet. La branche éducation du GBOPA a établi des partenariats avec des organisations locales, comme la Study Promotion Association, qui assurent l’orientation des élèves, suivent leurs progrès et encouragent l’implication des familles.

Perspectives

Modèle intéressant et approche innovante, ce projet peut contribuer à inspirer les mesures ultérieures destinées à accroître l’accès au second cycle du secondaire et à améliorer la poursuite des études au Viet Nam. Le ministre de l’Éducation et de la Formation a la possibilité de reproduire ce projet et de l’élargir à toutes les provinces du pays.

Image
90 %
des bénéficiaires des 51 écoles participantes ont rejoint l’université ou poursuivi leur cursus.


Carte du projet (a)