DISCOURS ET TRANSCRIPTIONS

Allocution de Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, lors de l’inauguration du Centre de développement social au Nord-Liban

25 mars 2016


Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale Al-Qobbeh, Liban

Tel que préparé pour l'allocution

Je me réjouis d’être ici aujourd’hui, aux côtés de M. Rachid Derbas, du secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, et du président de la Banque islamique de développement, M. Al-Madani, pour inaugurer le Centre de développement social d’Al-Qobbeh.

La Banque mondiale est un partenaire de longue date du ministère des Affaires sociales et de son action en faveur des familles pauvres et vulnérables. Nous sommes fiers d’avoir apporté notre soutien au Programme national de ciblage de la pauvreté (NPTP) — que nous avons pu voir à l’œuvre dans ce centre — depuis son lancement en 2009, grâce à trois dons totalisant 25 millions de dollars. Le NPTP est le premier programme d’aide sociale instauré au Liban au profit des ménages les plus pauvres et les plus vulnérables et reposant sur des méthodes de ciblage de la pauvreté transparentes et scientifiques.

Plus récemment, nous avons contribué à l’extension de ce programme afin d’atténuer les effets du conflit syrien sur les familles libanaises pauvres et de réduire les tensions entre réfugiés et populations d’accueil. Cette extension a donné lieu à l’introduction de bons d’achat alimentaires électroniques, fruit d’un partenariat exemplaire entre la Banque mondiale, le PAM, le HCR, une banque commerciale privée, des ONG et le gouvernement libanais. À l’avenir, nous aiderons les autorités à mettre en place des programmes axés sur les moyens de subsistance, afin de permettre aux bénéficiaires des aides de sortir de la pauvreté.

Enfin, le Parlement examine actuellement une « loi sur l’extrême pauvreté » qui constituera l’avancée la plus significative si elle est adoptée. Cette loi instaure, sur la base du NPTP, un dispositif de transferts en espèces conditionnels pour les pauvres, similaire au programme Bolsa Familia créé au Brésil. Ce projet, s’il est voté — et nous exhortons toutes les parties à apporter leur soutien à une loi de progrès —, marquera une étape courageuse et importante dans la lutte contre la pauvreté menée par le Liban et la promotion d’une prospérité partagée.

La Banque mondiale s’engage quant à elle à poursuivre son appui en faveur des programmes de développement social et humain du Liban. 


Api
Api