Cette page en :

DISCOURS ET TRANSCRIPTIONS

Déclaration de presse du président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim en Tunisie

World Bank Group President Jim Yong Kim

Press statement with Prime Minister H.E. Hamadi Jebali

Tunis, Tunisie

23 janvier 2013

Transcription

M. KIM: Merci infiniment, Monsieur le Premier ministre.

C’est pour moi un immense honneur d’être aujourd’hui en Tunisie. Comme le monde entier, j’ai assisté il y a deux ans à ces événements par lesquels vous avez véritablement changé le cours de l’histoire mondiale. Je présidais alors une université américaine et je me souviens de l’enthousiasme que vous avez suscité en nous tous, et plus particulièrement parmi mes étudiants.

À présent, nous sommes fiers du travail que nous avons accompli, en collaboration avec le Premier ministre, le président de la République, les membres du gouvernement et tout le peuple tunisien, afin d’engager le pays vers cette société pour laquelle vous vous êtes farouchement battus.

Nous sommes ici pour manifester notre soutien vigoureux à la révolution tunisienne et vous assurer de l’appui de la Banque mondiale en ces temps qui ne s’annoncent pas des plus faciles. Par l’expérience et les connaissances dont nous pouvons vous faire bénéficier, nous vous aiderons à traverser du mieux que possible cette nouvelle période difficile.

Je suis médecin et anthropologue, je suis né en Corée du Sud et j’ai grandi aux États-Unis. Mais j’ai consacré ma vie à la lutte contre la pauvreté, j’ai travaillé à Haïti, j’ai travaillé en Afrique, pour apporter des soins de santé aux habitants de certains des pays les plus pauvres du monde, et je peux vous dire que le peuple tunisien est au centre de nos préoccupations. Nous avons conscience que certaines des réformes en cours sont douloureuses mais nous savons aussi que d’autres sociétés ont réussi à prendre ces mesures indispensables, tout en faisant face à leurs conséquences difficiles sur le court terme, et que ces mesures sont le fondement d’une croissance économique de long terme, une croissance qui profite aux jeunes, aux femmes, aux pauvres. La réalisation d’un tel objectif passe nécessairement par ces réformes et ces changements. Les uns après les autres, nombre d’États sont passés par là. 

Mon pays de naissance a souvent connu des périodes très difficiles au cours de son histoire mais, en procédant aux réformes que la Tunisie entreprend aujourd’hui, il a posé les fondations d’une prospérité bien plus étendue.

Permettez-moi d’insister sur un point : au cours des rencontres que j’ai pu avoir avec le président de la République, le Premier ministre et les membres du gouvernement, j’ai été très favorablement impressionné par l’engagement dont ils font preuve à l’égard du peuple tunisien ainsi que par leur attachement à agir pour faire en sorte que la prospérité partagée auquel aspire chaque Tunisien se concrétise très prochainement.

Mon souhait, avant tout, était de me rendre ici et de remercier les Tunisiennes et les Tunisiens. Vous avez connu des périodes bien difficiles mais, par votre action, vous avez fait naître une flamme dans le monde entier. Maintenant nous devons veiller à mener le processus à son terme. Nous devons veiller à ce que la Tunisie parvienne à montrer qu’islam et démocratie sont compatibles et qu’il est possible d’instaurer un développement économique sans exclus. Quand la Tunisie sera parvenue à ce stade, et j’ai bon espoir qu’elle y parviendra, son exemple rayonnera non seulement dans la région mais dans le monde entier. Je remercie le peuple tunisien pour tous les sacrifices qu’il a accomplis et qui nous ont permis d’arriver là où nous en sommes. Nous sommes à vos côtés pour vous aider à franchir les étapes à venir.