Cette page en :

DISCOURS ET TRANSCRIPTIONS

Déclaration de M. Jim Yong Kim, Président du Groupe de la Banque mondiale

Président du Groupe de la Banque mondiale M. Jim Yong Kim

Après sa rencontre avec le président de la République française François Hollande, à Paris

Paris, France

10 septembre 2012

Transcription

Contacts médias

Paris, 10 septembre 2012 – La Banque mondiale a diffusé aujourd’hui le communiqué de Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, après sa rencontre avec le président de la République française François Hollande, à Paris.

[En français] « Bonjour Mesdames, Messieurs les journalistes, C'est un grand plaisir pour moi d'être à Paris et plus particulièrement à l'Elysée. Je viens d'avoir un entretien très fructueux et intéressant avec le Président Hollande.

Je ne vais pas vous imposer plus longtemps mon français approximatif et je prendrai avec plaisir vos questions en anglais. Je vous en remercie par avance.

[Traduit de l’anglais] La France est un actionnaire important et un partenaire privilégié pour le Groupe de la Banque mondiale.

Nous collaborons dans un large éventail de domaines et nos équipes travaillent ensemble sur le terrain afin d’obtenir des résultats concrets notamment en Afrique sub-saharienne, ainsi qu’en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Nous coopérons également sur nos objectifs communs de lutte contre la pauvreté et de renforcement de la prospérité, du développement durable et d’une croissance inclusive.

Le Groupe de la Banque mondiale apprécie tout particulièrement les contributions intellectuelles de la France et son  leadership en matière de développement, que ce soit lors du Partenariat de Deauville pour les pays du printemps arabe ou concernant la sécurité alimentaire.

La France a été un acteur important en encourageant le Groupe de la Banque mondiale à être aussi efficace que possible. Avec ce soutien solide, nous nous réformons et évoluons afin de répondre aux nouveaux défis. Nous portons nos efforts sur la réalisation et l'évaluation des résultats ;  nous améliorons notre responsabilité envers ceux que nous servons et augmentons notre ouverture en publiant gratuitement nos données et nos recherches ainsi qu’en apprenant des autres.

J'ai eu des discussions très fructueuses avec le président Hollande au sujet de nos priorités communes.

Nous avons convenu de l'importance des mesures à prendre pour remédier à la situation dans le Sahel, qui est une préoccupation commune.

Nous avons également évoqué le potentiel de l’Afrique et l’importance de l’intégration régionale pour le déverrouiller. L'Afrique est en pleine évolution et nous pouvons contribuer à autonomiser les populations avec des compétences, des opportunités et de l'espoir en travaillant aux côtés des Africains et en investissant dans la bonne gouvernance et l'infrastructure de transformation.

J'ai évoqué avec le président Hollande mon récent et premier voyage en Afrique. J’ai tout d’abord visité la Côte d'Ivoire et y ai rencontré le président Ouattara. Je pense que les Ivoiriens peuvent construire un avenir pacifique et prospère. Il s'agit d'une opportunité de changement que la communauté internationale doit soutenir.

Nous avons aussi discuté de notre inquiétude commune du maintien des prix alimentaires élevés et volatils ainsi que de la nécessité de continuer à investir dans la production agricole et la productivité si le monde veut relever le défi de nourrir 9 milliards de personnes d'ici 2050.

Enfin nous avons souligné notre intérêt commun pour une économie mondiale forte et durable, soutenue par la transparence et la bonne gouvernance.

C'est un grand plaisir d'être ici au début de mon mandat et d'avoir eu l'occasion d’entendre les priorités et les réflexions de notre important partenaire. »