COMMUNIQUÉS DE PRESSE 06 juin 2018

Centrafrique : la Banque mondiale octroie 25 millions de dollars pour améliorer l'accès à une éducation de base de qualité

BANGUI, 06 juin 2018 – La Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un don de 25 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA)*, afin d’aider la République centrafricaine (RCA) à améliorer l'accès à une éducation de base de qualité et renforcer les capacités de gestion de ce secteur.

Le Projet d'urgence d'appui à l'éducation de base bénéficiera à quelque 4 000 enfants d'âge préscolaire (dont 2 000 filles) ; 300 000 enfants de l’enseignement primaire (dont 130 000 filles) ; 140 000 enfants du secondaire (dont 55 000 filles) et 5 800 enseignants du primaire (dont 1 000 enseignantes).

Le projet marque le réengagement de la Banque mondiale dans le secteur de l'éducation en RCA depuis 2013. En effet, ce secteur a été considérablement affecté par la crise, notamment en termes de capacité de l'État à répondre aux besoins urgents de la population. « En Centrafrique, le nombre d'enfants non scolarisés, âgés de 6 à 18 ans est très élevé, les conflits ayant exacerbé la situation et augmenté le décrochage scolaire. Près de 215 000 enfants en âge de fréquenter l'école primaire et 174 000 adolescents en âge d'aller à l'école secondaire ne sont pas scolarisés », explique Robert Bou Jaoude, responsable des opérations de la Banque mondiale en Centrafrique. « Le projet devrait permettre à ces jeunes de réintégrer un cursus normal par l’introduction de programmes d’éducation spécialisée. »

Ce projet s’articule autour de quatre composantes : le développement des infrastructures scolaires ; l’amélioration de la qualité de l'enseignement, le soutien de programmes d'éducation alternative et le renforcement des capacités afin d’améliorer la prestation de services. Il prévoit également une réponse immédiate en cas de crise, d'urgence ou d'interventions intersectorielles. « En tenant compte des conditions sécuritaires dans le pays, le projet adopte des approches souples de mise en œuvre, basées sur des critères transparents dans le choix des zones d’intervention », ajoute Dung‐Kim Pham, responsable du projet à la Banque mondiale.

* L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à faible taux d’intérêt ou sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,5 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/140/AFR

Contacts

Bangui
Edmond B. Dingamhoudou
+ 236 7253 -5394
edingamhoudou@worldbank.org
Washington
Ekaterina Svirina
+1 202 458-1042
esvirina@worldbank.org
Api
Api