COMMUNIQUÉS DE PRESSE 14 novembre 2017

Alors que les investissements directs étrangers sont au plus bas depuis la crise de 2009, les BRIC doublent leurs prêts aux pays pauvres

WASHINGTON, 14 novembre 2017 – Publiée aujourd’hui, l’édition 2018 des Statistiques sur la dette internationale de la Banque mondiale, qui fournit des statistiques et des analyses sur la dette extérieure et les flux financiers, note que les apports aux pays à revenu faible et intermédiaire ont atteint 773 milliards de dollars en 2016, soit trois fois leur niveau de 2015.

Cette tendance ne concerne pas les pays les plus pauvres du monde : parmi les 59 pays pouvant uniquement prétendre aux crédits de l’Association internationale de développement (IDA), les flux nets de créances ont chuté de 34 %, à 17,6 milliards de dollars, leur plus bas niveau depuis 2011.

Ce tarissement intervient sur fond de durcissement des conditions de marché et de rétrogradation des notes de crédit, qui ont freiné l’accès aux capitaux privés — d’autant que, parallèlement, les prêts bilatéraux ont fondu. Mais ce recul pourrait n’être que temporaire, compte tenu de la progression des nouveaux engagements de prêts des pays BRIC en faveur des pays à revenu faible et intermédiaire, qui ont plus que doublé en 2016, pour atteindre 84 milliards de dollars.

Contrairement aux flux financiers nets, en hausse, les investissements directs étrangers (IDE) ont fléchi de 11 % en 2016, à 481 milliards de dollars, leur niveau le plus bas depuis 2009. Ce repli des IDE, qui constituent traditionnellement la source de financement la plus importante et la moins volatile pour les pays à revenu faible et intermédiaire, traduit la fragilité de l’économie mondiale, l’atonie de la croissance dans certains pays exportateurs de produits de base et un tassement des profits des multinationales.

« Ces statistiques sur la dette internationale sont un outil indispensable pour les gestionnaires de la dette, les décideurs et les chercheurs soucieux d’améliorer la gestion des flux de capitaux dans le monde. Favorable au libre accès aux données, la Banque mondiale s’efforce d’étendre la couverture et de renforcer l’accessibilité des informations consultables en ligne dans les meilleurs délais », explique Haishan Fu, directrice du Groupe de gestion des données sur le développement de la Banque mondiale, qui produit le rapport et la base de données.

L’édition 2018 des statistiques sur la dette internationale analyse par ailleurs les grandes évolutions et tendances des flux financiers en 2016, avec notamment ces quatre grands constats :

  • Les flux nets de capitaux (titres de créance et participations) vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont rebondi en 2016, à 773 milliards de dollars. La reprise des flux nets de créances à long terme (décaissements des prêts moins remboursements du capital), qui ont grimpé à 264 milliards de dollars, conjuguée à un renversement des flux de créances à court terme, explique ce redressement et compense une baisse de 7 % des flux nets de participations.
  • L’encours de la dette extérieure a augmenté de 4,1 % en 2016 mais les ratios d’endettement extérieur se sont dégradés. Les ratios moyens d’endettement par rapport au revenu national brut (RNB) (26 %) et aux recettes d’exportation (107 %) restent modérés mais 25 % des pays à revenu faible et intermédiaire affichaient fin 2016 un ratio dette/RNB supérieur à 60 % et 44 % un ratio dette/exportations supérieur à 150 %.
  • Le rebond des flux nets de créances vers les pays à revenu faible et intermédiaire enregistré en 2016 ne concerne pas les pays les plus pauvres du monde. Les flux nets de créances vers les pays exclusivement IDA ont chuté de 34 % en 2016, à 17,6 milliards de dollars (leur plus bas niveau depuis 2011), plombés par une contraction de l’aide publique et un effondrement des apports des créanciers privés.
  • Les nouveaux engagements de prêts bilatéraux ont plus que doublé en 2016, pour atteindre 84 milliards de dollars, portés par les financements en provenance d’autres pays à revenu faible ou intermédiaire, à savoir principalement les BRIC et en particulier la Chine, qui poursuit son projet, inauguré en 2013, de « nouvelles routes de la soie » (One Belt, One Road).

L’édition 2018 des statistiques sur la dette internationale fournit des statistiques et des analyses sur la dette extérieure et les flux financiers (créances et participations) des pays à revenu faible et intermédiaire pour l’année 2016. Le rapport propose cette année une présentation et des tableaux synthétiques de la situation, complétés par une base de données élargie et accessible en ligne.

Principale source d’informations sur les flux de capitaux vers les pays à revenu faible et intermédiaire couverts par les rapports sur les statistiques de la dette internationale, le système de notification de la dette de la Banque mondiale (DRS) date de 1951.


Contacts

In Washington:
Tariq Khokhar
+1 (202) 473-3837
Mobile: +1 (202) 247-5064
tkhokhar@worldbank.org
Api
Api