COMMUNIQUÉS DE PRESSE 12 octobre 2017

Déclaration relative à l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs (We-Fi)

Nous sommes très heureux de lancer officiellement l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs (We-Fi), à l’issue de la réunion inaugurale de son comité de direction.

Il y a trois mois à peine, à l’occasion du sommet du G20 à Hambourg (Allemagne), nous annoncions la création de ce dispositif innovant destiné à promouvoir l’entrepreneuriat féminin dans les pays en développement et à faciliter l’accès des femmes aux financements, marchés, technologies et réseaux dont elles ont besoin pour assurer le démarrage et la prospérité de leurs entreprises. Grâce aux contributions de ses bailleurs de fonds, l’initiative We-Fi s’emploiera à lever plus d’un milliard de dollars auprès des institutions financières internationales et des banques commerciales, en faisant appel à des intermédiaires, des fonds et d’autres acteurs du marché. 

La réponse de la communauté internationale à cette initiative a été immédiate et remarquable : plus de 340 millions de dollars d’engagements ont déjà été réunis, ce qui dépasse nos objectifs de pas moins de 100 millions. C’est la preuve de l’importance que revêtent l’émancipation économique des femmes et la nécessité d’amplifier les efforts pour les aider à démarrer une entreprise et la faire prospérer. Le nouveau dispositif, mis sur pied par le Groupe de la Banque mondiale à l’invitation des États-Unis et de l’Allemagne, relève d’une collaboration entre les gouvernements de plusieurs pays : Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Canada, Chine, République de Corée, Danemark, Émirats arabes unis, États-Unis, Japon, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni et Fédération de Russie.

En nous dotant d’une plateforme mondiale de grande envergure pour accroître l’accès des entreprises féminines aux capitaux, l’initiative We-Fi vient combler un manque important. Il s’agit du premier dispositif de financement majeur qui permettra de coordonner réformes nationales et investissements privés. Ainsi, tandis que nous investirons dans des projets de soutien aux entreprises dirigées par des femmes, nous travaillerons avec les autorités des pays pour démanteler les obstacles juridiques et réglementaires auxquels se heurtent les entrepreneuses et les entreprises féminines. Notre dispositif s’emploiera à exploiter et appliquer des solutions éprouvées, rassembler des données clés auprès des secteurs public et privé, et à soutenir l’innovation et l’apprentissage pour obtenir des résultats sur une grande échelle. 

À l’heure actuelle, 70 % des petites et moyennes entreprises (PME) détenues par des femmes dans les pays en développement ne sont pas en mesure d’accéder aux financements dont elles ont besoin, soit parce qu’elles sont tout simplement exclues du système financier soit parce qu’elles n’ont accès qu’à des prêts à court terme avec des taux d’intérêt élevés. D’où un déficit de crédit en faveur des PME féminines de 300 milliards de dollars par an. Les entrepreneuses se heurtent en outre à d’autres obstacles pour acquérir et faire prospérer une activité : accès limité à la technologie, absence de réseaux et manque d’accès à l’information, freins juridiques et politiques à la détention et la création d’entreprises.    

En mobilisant les secteurs public et privé, l’initiative We-Fi nous offre l’occasion sans précédent de donner aux femmes entrepreneurs des pays en développement toutes les chances de réussir. Chacun y gagne lorsque les femmes disposent des ressources dont elles ont besoin pour participer pleinement à l’économie et à la société. Le chemin de l’entrepreneuriat féminin est semé de nombreuses difficultés mais aussi de nombreuses réussites. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons rassembler nos énergies en faveur des femmes entrepreneurs.

À l’occasion des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, nous tenons à réitérer notre détermination à faire tomber les barrières qui entravent les femmes entrepreneurs. Aujourd’hui, l’initiative We-Fi est entrée officiellement en activité. Elle permettra des investissements précieux et productifs dont nous attendons avec intérêt de voir les résultats.

Citations :

« L’initiative We-Fi entre aujourd’hui officiellement en activité. Je suis convaincu que ce dispositif parviendra à mobiliser l’énergie immense qui permettra aux femmes entrepreneurs des pays en développement d’accéder aux financements, et de lever les obstacles juridiques et réglementaires qui les empêchent de créer une entreprise et de la faire prospérer. Nous ne pourrons mener à bien notre mission — mettre fin à la pauvreté et accroître la prospérité — que si nous valorisons le potentiel des femmes entrepreneurs. » Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale

« Les progrès enregistrés ces derniers mois par l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs (We-Fi) sont formidables et encourageants. L’initiative We-Fi est désormais opérationnelle, et je me réjouis de poursuivre, par le biais de ce dispositif, ma collaboration avec le Groupe de la Banque mondiale afin de soutenir les entrepreneuses du monde entier et de lever les obstacles à la croissance et à la réussite de leurs entreprises. » Ivanka Trump, conseillère du président des États-Unis

ALLEMAGNE :

« Nous savons que, pour connaître la prospérité, les pays doivent garantir l’égalité des chances et des droits pour les femmes, dans la vie en général et dans la vie économique en particulier. Sans la participation à égalité des femmes et des filles, nous ne pourrons pas atteindre les Objectifs de développement durable. L’initiative We-Fi est un pas en avant significatif pour remédier aux inégalités auxquelles sont confrontées les femmes des pays en développement en matière d’accès aux financements, à l’information et aux réseaux. Cette initiative a été décidée lors du sommet du G20, à Hambourg. Je tiens à féliciter la Banque mondiale pour l’avoir mise en œuvre aussi rapidement. » Angela Merkel, chancelière de la République fédérale d’Allemagne

AUSTRALIE :

« Augmenter le nombre de femmes dans la vie active est une priorité économique et sociale. L’initiative We-Fi remédiera aux obstacles technologiques et financiers qui entravent la mise en œuvre des idées créatives et novatrices que les femmes entrepreneurs peuvent apporter au bénéfice de la croissance, de la résilience et de la stabilité des pays. Mon gouvernement est fier de collaborer avec la Banque mondiale et d’autres partenaires pour aider à libérer ce potentiel. » Malcolm Turnbull, Premier ministre de l’Australie

CANADA :

« Le Canada est fier de soutenir l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs. Ce dispositif contribuera à doter les dirigeantes d’entreprise de pays en développement des outils et des ressources nécessaires à leur réussite, et grâce auxquels elles pourront changer la donne au sein de leur communauté. Les entrepreneuses sont essentielles pour maintenir notre prospérité. Elles créent des emplois, font avancer l’égalité hommes/femmes, et contribuent à façonner un environnement économique qui n’exclut personne. La réussite des femmes entrepreneurs profite à tout le monde. » Justin Trudeau, Premier ministre du Canada

DANEMARK :

« L’initiative We-Fi est innovante. Elle est ambitieuse. Et elle s’attaque à un problème essentiel que nous devons affronter si nous voulons parvenir à une croissance durable à l’échelle mondiale. En permettant aux entrepreneuses de jouer à armes égales avec les hommes, nous favoriserons non seulement la croissance économique et les emplois dont le monde a bien besoin, mais nous soutiendrons également l’autonomisation des femmes au bénéfice de tous. L’autonomisation économique des femmes est un but en soi et un levier important pour le développement, car les femmes possèdent un potentiel immense que nous devons libérer. Quand les femmes obtiennent les mêmes droits que les hommes, les mêmes opportunités et la possibilité de choisir par elles-mêmes, tout le monde est gagnant. » Ulla Tørnæs, ministre de la Coopération pour le développement du Danemark

États-Unis :

« Ce dispositif contribuera à transformer des millions de vies et à offrir des opportunités nouvelles aux femmes qui ont l’esprit d’entreprise et du talent, dans le monde entier. Les États-Unis sont fiers de collaborer à une initiative qui est source d’inspiration, et nous nous réjouissons qu’elle soit à présent opérationnelle. » Donald Trump, président des États-Unis                                                                    

JAPON :

« Je dis souvent que, si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Brothers and Sisters, la crise économique mondiale n’aurait pas eu lieu. […] Je suis convaincu que nous avons besoin des femmes pour faire avancer l’économie. Nous les aidons aussi à créer des entreprises. […]. Quel que soit le pays ou le secteur, nous apporterons un soutien aux femmes qui souhaitent jouer un rôle actif dans la société. » Shinzo Abe, Premier ministre du Japon

NORVÈge :
« La pleine participation économique des femmes est l’un des facteurs clés pour la réalisation des Objectifs de développement durable, et relève donc de notre responsabilité commune. La Norvège est fière de soutenir l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs. Nous savons combien la participation des femmes et l’égalité entre les sexes sont importantes pour la croissance économique. Si nous ne parvenons pas à cette émancipation, nous en paierons le prix, et les performances économiques de nos pays s’en ressentiront. Pour réussir à favoriser l’entrepreneuriat féminin, il faudra lever les obstacles à de nombreux niveaux. L’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs a un rôle vital à jouer pour faciliter l’accès des femmes aux financements et à la propriété. » Erna Solberg, Première ministre de la Norvège

PAYS-BAS :

« Nous saluons la nouvelle Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs. Les Pays-Bas sont depuis des décennies à l’avant-garde de l’égalité hommes/femmes. La démarginalisation économique est le meilleur moyen de sortir de la pauvreté et de parvenir à l’égalité ainsi qu’à une croissance économique inclusive. » Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas

RÉpublique de CorÉe :

« Je tiens à réaffirmer l’engagement du gouvernement et des citoyens de la République de Corée en faveur d’un développement centré sur les populations et reposant sur l’égalité entre les sexes à travers le monde. Je souhaite donc sincèrement que cette initiative nouvelle et fondamentale porte ses fruits, dans le cadre des efforts conjoints que nous déployons pour aider les femmes entrepreneurs à réaliser leurs rêves et, ce faisant, donner de l’espoir aux personnes pauvres et défavorisées. » Moon Jae-In, président de la République de Corée


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/046/EXC

Contacts

Washington
Nicole Frost
+1 202 415-6302
nfrost@worldbankgroup.org
David Theis
+1 202 458-8626
dtheis@worldbankgroup.org
Api
Api