COMMUNIQUÉS DE PRESSE 03 octobre 2017

Togo : la Banque mondiale soutient la promotion d’une bonne gouvernance économique

L’institution vient d’approuver un don de 15 millions de dollars pour renforcer la gestion des investissements publics, la mobilisation des recettes intérieures, la responsabilité de l’État et les mécanismes de suivi afin d’améliorer la qualité des services dans les secteurs prioritaires

WASHINGTON, 3 octobre 2017 — La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un don de 15 millions de dollars (environ 8 milliards de francs CFA) de l’Association internationale de développement (IDA)* afin d’aider le Togo à relever des défis importants sur le plan de la gouvernance économique et de la gestion des finances publiques, comme le manque d’efficacité, l’inadéquation entre l’élaboration du budget et son exécution, ou encore l’étroitesse de l’assiette fiscale.

Le nouveau Projet de gouvernance économique permettra d’optimiser la gestion des investissements publics, de mobiliser plus de recettes intérieures, de responsabiliser davantage l’État et d’améliorer les mécanismes de suivi, dans le but d’offrir des services de meilleure qualité dans trois secteurs prioritaires : l’éducation, la santé et l’eau.

« En dépit des efforts du gouvernement, les services publics au Togo manquent toujours d’efficacité, du fait en partie de mécanismes de responsabilité inadaptés, ce qui rejaillit sur le bien-être de la société et l’égalité des chances des citoyens. Ce nouveau projet renforcera l’efficacité de l’État en améliorant la gestion des investissements publics et le recouvrement des impôts ainsi que l’engagement des citoyens dans le processus budgétaire et la délivrance des services », explique Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo.

Le projet va renforcer la coordination entre les ministères et les méthodes d’évaluation nécessaires pour aligner au mieux la planification des investissements publics et les prévisions de recettes, optimiser l’élaboration des projets d’investissements publics prioritaires et conforter la gestion et le suivi des contrats ainsi que les mécanismes d’évaluation des investissements publics aux niveaux sectoriel et gouvernemental. Il renforcera les capacités de conception de la politique fiscale et améliorera les performances opérationnelles de l’Office togolais des recettes (OTR) afin de garantir le respect des obligations fiscales et d’élargir l’assiette de l’impôt. Il mise également sur l’implication des organisations de la société civile pour accroître la responsabilité des agents publics et l’engagement des citoyens dans le processus d’établissement et d’exécution du budget mais également pour recueillir les observations des usagers sur la qualité et l’accessibilité des services publics dans les secteurs prioritaires : enseignement primaire, santé maternelle et infantile et approvisionnement en eau en milieu urbain.

« Le projet de gouvernance économique illustre la volonté des donateurs du Togo de s’engager durablement dans le pays et de coordonner leurs interventions afin de s’attaquer aux problèmes importants de gouvernance économique. Il vient compléter d’autres opérations consacrées à l’assainissement budgétaire et la gestion de la dette publique. Il bénéficie parallèlement d’un cofinancement additionnel de l’Union européenne, de 5 millions d’euros », souligne Pierre Laporte.

Prévu pour une durée de cinq ans, le Projet de gouvernance économique est conforme aux objectifs stratégiques du plan national de développement du gouvernement togolais. Il respecte également la nouvelle stratégie de partenariat du Groupe de la Banque mondiale, qui prévoit d’agir sur les deux leviers de l’offre et de la demande de gouvernance pour améliorer les services publics.

 

* L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, contribuent à la réduction de la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 77 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 1,3 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 112 pays. Le volume annuel de ses engagements a représenté en moyenne 19 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/030/AFR

Contacts

Lome
Sylvie Nenonene
(228) 22 53 6700
snenonene@worldbank.org
Washington
Ekaterina Svirina
+1 (202) 458-1042
esvirina@worldbank.org
Api
Api