COMMUNIQUÉS DE PRESSE 06 septembre 2017

Situation économique du Rwanda : soutenir la croissance grâce aux nouveaux produits d’exportation

KIGALI, 6 septembre 2017 — L’économie du Rwanda est en repli depuis le second semestre 2016, avec un taux de croissance de 6 % l’année dernière et un rythme annualisé de 4,2 % au premier trimestre de 2017. Dû à une conjugaison de facteurs, ce ralentissement s’explique en grande partie par la sécheresse, la faiblesse des prix à l’exportation et le tassement de la construction après l’achèvement de grands projets d’investissement en 2016. Mais, selon la dixième édition du Rapport de la Banque mondiale sur la situation économique du Rwanda, intitulé en anglais Sustaining Growth by Building on Emerging Export Opportunities, et publié aujourd’hui, la croissance devrait rebondir au second semestre 2017.

Le rapport souligne également l’amélioration de l’environnement macroéconomique en 2017, l’inflation étant repassée sous la barre des 5 % en juin, après un pic à plus de 8 % en février. La dépréciation du taux de change a par ailleurs atténué la pression sur les réserves en devises et devrait réduire les déséquilibres extérieurs.

Dans son volet spécial consacré à la performance des secteurs exportateurs, le rapport souligne le dynamisme des exportations, qui ont quadruplé en dix ans, passant d’à peine 400 millions de dollars en 2007 à 1,6 milliard de dollars en 2016. Cette progression s’explique pour l’essentiel par les exportations vers les autres pays de la région, notamment la République démocratique du Congo, et vers les pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), à travers principalement les réexportations et le petit commerce transfrontalier. Elle repose notamment sur des produits d’exportation non traditionnels, dont l’essor a largement contribué à la croissance des exportations.

« Le secteur exportateur du Rwanda est encore restreint, mais les progrès enregistrés en dix ans prouvent qu’il peut devenir une locomotive économique pour le pays. La stratégie de croissance à long terme doit donc continuer à privilégier le renforcement des capacités nationales de production de biens et de services exportables », souligne Aghassi Mkrtchyan, économiste senior à la Banque mondiale.

Le rapport avance une série de recommandations pour étayer durablement la croissance des exportations : le Rwanda doit notamment maintenir un taux de change concurrentiel en évitant toute distorsion de la monnaie, donner la priorité à l’agriculture, véritable secteur stratégique pourvoyeur de produits de base pour une industrie agroalimentaire émergente, et poursuivre l’engagement sur le plan régional afin d’identifier et de démanteler les barrières non tarifaires au sein de la CAE.

Malgré certains risques, le Rwanda devrait renouer avec une croissance plus forte en 2018. À moyen terme, l’activité économique bénéficiera du redressement des cours des exportations traditionnelles, comme les minerais, le thé et le café. Mais un retour durable aux niveaux de croissance historiques moyens du Rwanda passe impérativement par les investissements du secteur privé, en particulier dans les secteurs exportateurs.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/012/AFR

Contacts

Rwanda
Rogers Kayihura
(252-591-3303)
rkayihura@worldbank.org
Washington
Ekaterina Svirina
(1-202) 458-1042
esvirina@worldbank.org
Api
Api
Bienvenue