COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Togo : un don de 15 millions de dollars afin de créer plus de débouchés professionnels pour les jeunes pauvres et vulnérables

21 mars 2017


WASHINGTON, le 21 mars 2017 - La Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un don de 15 millions de dollars (environ 9 milliards de francs CFA) pour aider le gouvernement à offrir des opportunités économiques aux jeunes pauvres et vulnérables. Il s’agit de jeunes femmes et hommes âgés de 15 à 35 ans, vivant dans les communautés pauvres des cinq régions du pays, n’ayant pas achevé leur cycle primaire ou souffrant d’handicaps.

Selon les estimations, 35 % de la main-d'œuvre au Togo est sous-employée, alors qu’il n’y a que 3 % de chômeurs. Cette précarité professionnelle touche beaucoup plus les jeunes et les personnes vulnérables, qui effectuent souvent des travaux ponctuels et à des niveaux de productivité très bas pour gagner leur vie. Le nouveau Projet emploi des jeunes vulnérables (PEJV) va soutenir l'initiative nationale en matière de volontariat et permettra aux jeunes bénéficiaires d'acquérir des compétences et une expérience professionnelles tout en offrant des services communautaires.

En ciblant les jeunes ayant peu ou pas d'éducation à travers le programme des jeunes déscolarisés (PJD), la nouvelle opération va offrir une plateforme de formation aux jeunes pour leur apprendre des compétences techniques, y compris en gestion de microentreprise. En outre, ces jeunes bénéficieront d’un accompagnement financier pour lancer et gérer une activité génératrice de revenus.

« Grâce au programme JDS, les bénéficiaires qui n'ont jamais eu de travail structuré et régulier auront la chance de développer de bonnes habitudes de travail et de développer des valeurs civiques en participant à des activités au service de leurs communautés », a déclaré Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale au Togo.

Le service communautaire est le point de départ du programme JDS, qui fournira aux jeunes une allocation pour les aider à couvrir leurs besoins immédiats et, éventuellement, à se mettre à leur compte. Il servira également de « dispositif d'engagement », qui permettra aux jeunes les plus motivés et qui auront préparé un plan d'affaires jugé satisfaisant, de bénéficier d'une subvention en espèces pour développer leur projet d’activité.

« Nous sommes heureux que des dispositions soient prises pour assurer la durabilité des activités économiques qui seront engagées par les bénéficiaires. Grâce au programme de mentorat, ils seront en mesure de résoudre les problèmes qui pourraient se poser à eux lors de l'établissement ou de l'expansion de leur entreprise, de leur recherche de marché et dans leur identification des meilleures opportunités », a ajouté M. Laporte.

Des efforts particuliers seront déployés pour que le projet puisse assurer un bon ciblage géographique et disposer d’un système robuste pour identifier les jeunes vulnérables au sein des ménages pauvres et extrêmement pauvres, et pour qu’il puisse aussi mettre en place un système de paiement qui fonctionne bien.

Le Projet emploi des jeunes vulnérables s'appuie sur l'expérience acquise dans le cadre de l’approche communautaire adoptée par le Projet éducation et renforcement institutionnel (PERI 1 et 2), et par le Projet de développement communautaire et de filets sociaux (PDCplu), tous deux financés par la Banque mondiale.

 

* L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, contribuent à la réduction de la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 77 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 1,3 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 112 pays. Le volume annuel de ses engagements a représenté en moyenne 19 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

Contacts médias
À Lomé
Sylvie Nenonene
snenonene@worldbank.org
À Washington
Ekaterina Svirina
Téléphone : (202) 458-1042
esvirina@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2017/078/AFR




Bienvenue