COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Débat de haut niveau sur un nouveau mécanisme mondial de financement concessionnel destiné à aider les pays à revenu intermédiaire à faire face aux crises des réfugiés

20 septembre 2016


Plusieurs chefs de gouvernement, ministres et hauts responsables d’organisations humanitaires et de développement participeront à ce débat organisé sous l’égide du président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim et du vice-secrétaire général des Nations Unies Jan Eliasson

NEW YORK, 20 septembre 2016 – En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim et le vice-secrétaire général des Nations Unies Jan Eliasson coprésideront demain un débat de haut niveau consacré à la création du Global Concessional Financing Facility (GCFF). Le lancement de ce mécanisme mondial de financement concessionnel, annoncé aujourd’hui par le président des États-Unis Barack Obama à l’occasion du Sommet des dirigeants sur les réfugiés, vise à répondre aux crises auxquels sont confrontés des pays à revenu intermédiaire face à l’afflux de réfugiés. Ces pays, qui accueillent globalement quelque six millions de réfugiés, peinent actuellement à trouver des financements abordables et viables pour pouvoir assumer les coûts supplémentaires associés à l’accueil d’une population si nombreuse. Le nouveau dispositif les aidera à accéder à des financements destinés à leur développement et contribuera à compléter l’appui immédiat fourni par les organisations humanitaires et à combler ainsi l’actuel déficit de ressources.

Le GCFF s’inscrit dans la cadre de la nouvelle « plateforme de réponse aux crises mondiales » mise en place par le Groupe de la Banque mondiale afin de favoriser un soutien plus systématique et étendu en cas de crise sous l’égide d’une structure unique qui rassemble les connaissances et les ressources disponibles ainsi que des instruments financiers éprouvés et novateurs. En ce qui concerne les pays à faible revenu, cette plateforme vise à accroître considérablement la capacité de riposte aux crises de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres. Le GCFF permettra quant à lui d’étendre à l’échelle mondiale une initiative de financement concessionnel déjà lancée pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et visant à aider le Liban et la Jordanie, les deux pays à revenu intermédiaire qui ont accueilli le plus de réfugiés par rapport à leur population.

« Les pays à revenu intermédiaire assument de plus en plus la charge de l’accueil des populations qui fuient un conflit, commente le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Il incombe à la communauté internationale de veiller à ce que cette générosité ne conduise pas à un niveau d’endettement insoutenable ou des tensions internes. Le nouveau mécanisme viendra s’appuyer sur les efforts actuellement déployés pour aider ces pays à surmonter la crise grâce à des financements concessionnels de long terme qui soutiennent l’expansion de services vitaux à la fois pour les réfugiés et pour les populations d’accueil. »

L’objectif du mécanisme de financement concessionnel pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (Concessional Financing Facility en anglais ou CFF) est de faire en sorte que le milliard de dollars de dons recueilli auprès des pays donateurs serve de levier pour accorder 4 milliards de dollars de prêts assortis de conditions préférentielles. Au mois de juillet, soit trois mois après des promesses de dons initiales totalisant 140 millions de dollars, le CFF a approuvé le financement de deux projets en Jordanie (pour un montant global de 340 millions de dollars de financements concessionnels) qui, sous réserve de l’approbation des organismes d’exécution, permettront de délivrer des permis de travail à 130 000 réfugiés syriens et de renforcer les infrastructures d’eau dans les communautés accueillant des réfugiés.

Afin de parer à de futures crises, la création du GCFF vise à présent à étendre ce mécanisme de financement à tous les pays à revenu intermédiaire qui accueillent un grand nombre de réfugiés. Le nouveau dispositif mondial continuera à mettre l’accent sur la Jordanie et le Liban, l’objectif étant de mobiliser 1 milliard de dons au cours des cinq prochaines années en direction spécifique de ces deux pays. Il prévoit de lever 500 millions de dollars de dons supplémentaires au cours de cette période, dans le but d’aider des pays à revenu intermédiaire à surmonter les crises migratoires auxquels ils pourraient être confrontés à l’avenir. Le mécanisme escompte récolter au total 1,5 milliard de dollars afin de pouvoir allouer 6 milliards de financements concessionnels. Lors du Sommet des dirigeants sur les réfugiés qui s’est tenu aujourd’hui, les États-Unis se sont engagés à verser minimum 50 millions de dollars, le Japon, 100 millions de dollars, la Suède, 20 millions de dollars, et le Danemark, 15 millions de dollars. En promouvant une structure ouverte qui rassemble organisations humanitaires, banques de développement multilatérales, et pays bénéficiaires et donateurs, le GCFF garantira une réponse internationale coordonnée aux crises auxquelles les pays à revenu intermédiaire du monde entier risquent d’être confrontés face à l’afflux de réfugiés.

« Nous savons bien désormais que les réfugiés n’ont pas seulement besoin de nourriture et d’un abri, souligne le vice-secrétaire général des Nations Unies Jan Eliasson. Pour qu’ils aient un avenir, il est indispensable que les réfugiés, et surtout les enfants et les jeunes, restent en bonne santé et qu’ils reçoivent l’éducation dont ils auront besoin pour pouvoir saisir les chances qui s’offriront à eux. Cela implique de nouer des alliances solides entre organisations humanitaires et de développement afin de fournir l’appui d’urgence nécessaire tout en répondant aux besoins de demain. »

Seront présents à la première réunion du GCFF le Premier ministre libanais Tammam Salam, le ministre jordanien de la Planification et de la Coopération internationale Imad Fakhoury, le ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende, la secrétaire britannique au Développement international Priti Patel, la sous-secrétaire américaine au Trésor Sarah Bloom Raskin, le haut-commissaire des Nations Unies aux réfugiés Filippo Grandi, la vice-présidente de la Commission européenne Kristalina Georgieva, et le président de l’International Rescue Committee David Miliband.

Le débat intitulé en anglais « Leveraging Innovative Financing to Address Refugee Crises in Middle Income Countries » se tiendra le mercredi 21 septembre de 18h30 à 20h, au siège des Nations Unies, salle de conférence 7.

Les médias accrédités pour la session annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies sont invités à assister aux allocutions d’ouverture du président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim et du vice-secrétaire général des Nations Unies Jan Eliasson. Afin de bénéficier d’une escorte, les journalistes intéressés sont priés de se rendre au guichet d’accueil des médias (Media Liaison Desk) 15 minutes avant le début de l’événement.

Contacts médias
À Washington
William Stebbins
Téléphone : +1(202)458-7883
wstebbins@worldbank.org
David Theis
Téléphone : +1 202458-8626
dthies@worldbank.org
Service audiovisuel
Huma Imtiaz
Téléphone : +1 (202) 473 2409
himtiaz@worldbankgroup.org



Api
Api