COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale appuie les opérations et la gouvernance du secteur de l’énergie à Madagascar

22 mars 2016


WASHINGTON, 22 mars 2016 — Le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un crédit de l’Association internationale de développement (IDA)* d'un montant équivalent à 65 millions de dollars, pour aider le gouvernement de Madagascar à améliorer la gouvernance et le fonctionnement du secteur de l'électricité du pays.

« Le manque d’accès à l'électricité adéquat à Madagascar limite la prestation des services sociaux de base. Il rend également difficile l’environnement des affaires, ce qui affecte le climat d'investissement du pays », a déclaré Coralie Gevers, responsable des opérations pour Madagascar. « Le gouvernement s’est engagé à travailler avec l'électricité publique JIRAMA afin qu'il puisse remplir sa mission de fournir efficacement l'énergie avec une performance de normes plus élevées. Nous nous engageons à les accompagner dans ce parcours qui ne ​​fait que commencer. "

L’accès aux services d'électricité est faible à Madagascar. Actuellement, d'après les estimations, environ 12-13% de la population seulement aurait accès à l’électricité. Le taux de consommation d’électricité est bien plus faible à Madagascar que dans d’autres pays d’Afrique : 46kWh par habitant comparé à 52kWh par habitant en Éthiopie, 92kWh par habitant en Tanzanie, et 105kWh par habitant en République démocratique du Congo. Par ailleurs, le secteur de l'électricité souffre de pertes élevées et de pannes fréquentes. La JIRAMA, la compagnie d'électricité d’État, est soumise à un stress opérationnel et financier.

« Nous avons collaboré avec les autorités pour identifier un ensemble d'activités hautement prioritaires à entreprendre dans le court et le moyen terme pour apporter des améliorations significatives dans les opérations et la gouvernance du secteur. Les actions pour le long terme visent à créer des composantes de base pour attirer les investissements du secteur privé dans la production et l’accès à l'électricité à Madagascar », a déclaré Isabel Neto, chef d’équipe de la Banque mondiale pour l'opération.

Ce projet vise également à :

  • améliorer la planification du secteur de l'électricité et la viabilité financière y compris l'assistance technique pour élaborer des plans stratégiques pour le développement du secteur, des feuilles de route et le renforcement des capacités qui assureront une plus grande détermination du niveau optimal des investissements et des politiques tarifaires nécessaires
  • renforcer la performance opérationnelle et la gouvernance de l'entreprise de services publics JIRAMA gérée par l'État grâce à une meilleure efficacité, la transparence et la responsabilité dans l'approvisionnement, les fonctions commerciales, et la gestion des ressources de l'entreprise
  • les investissements pour améliorer la fiabilité de l’électricité. Celle-ci recevra la plus grande part des investissements à savoir 48,62 millions de dollars pour la réhabilitation prioritaire et le renforcement des réseaux de transport et de distribution à Antananarivo, et l'amélioration des systèmes de distribution existants dans certains districts du pays afin d'accroître la fiabilité du réseau.

Le projet est conforme au Programme national de développement du gouvernement de Madagascar et les politiques sectorielles approuvés récemment. Il est également conforme aux conclusions du Diagnostic Systématique Pays (SCD) de la Banque mondiale, qui informe sur la stratégie opérationnelle de l'institution pour Madagascar, maintenant appelé Cadre de partenariat pays (CPF), et actuellement en cours de préparation.

 

*L’Association internationale du développement (IDA) de la Banque mondiale créée en 1960, aide les pays les plus pauvres du monde en accordant des subventions et des prêts à bas ou zéro intérêt pour des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, réduisent la pauvreté et améliorent la vie des populations pauvres. L'IDA est l'une des principales sources d'aide pour les 77 pays les plus pauvres au monde, dont 39 sont en Afrique. Les ressources de l'IDA apportent un changement positif à 1,3 milliard de personnes qui vivent dans les pays IDA. Depuis 1960, l'IDA a soutenu le travail de développement dans 112 pays. Les engagements annuels ont atteint en moyenne 19 milliards de dollars environ au cours des trois dernières années, dont environ 50 % ont été alloués à l’Afrique.

Contacts médias
À Washington
Aby Toure
Téléphone : 202 473 8302
Akonate@worldbank.org
À Maputo
Rafael Saute
Téléphone : (258) 21482300
rsaute@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2016/318/AFR

Api
Api