COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale renforce le secteur de la pêche des pays africains du Sud-ouest de l’océan Indien

27 février 2015

WASHINGTON, 27 février 2015 – Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement de 75,5 millions de dollars destiné à améliorer la gestion des pêches et accroitre les avantages économiques provenant des activités halieutiques au profit des familles vivant dans les localités côtières de la région du Sud-ouest de l’océan Indien.

Le Premier Projet sur la Gouvernance des Pêches et la Croissance Partagée dans le Sud-ouest de l’océan Indien (SWIOFish1) contribuera à l’amélioration de la coopération régionale au bénéfice des neuf pays africains qui bordent le Sud-ouest de l’océan Indien.

« La pêche est primordiale en matière de sécurité alimentaire, de nutrition et de création d’emplois pour les populations rurales des zones côtières de la région du Sud-ouest de l’océan Indien, sachant que ces populations figurent parmi les plus pauvres et les plus vulnérables de la région », indique Colin Bruce, directeur chargé de l’intégration régionale à la Région Afrique de la Banque mondiale. « La promotion de l’utilisation durable de la pêche, l’intégration des petits exploitants à de nouvelles chaînes de valeur et l’amélioration de la coopération régionale dans le domaine du partage des ressources sont autant d’éléments qui permettent de stimuler la prospérité partagée dans ces pays et dans toute la région. »

En effet, les populations des zones côtières de la région du Sud-ouest de l’océan Indien sont confrontées à de nombreuses difficultés : croissance économique insuffisante, faim, pauvreté et effets du changement climatique. Par ailleurs, la surpêche pratiquée par les navires industriels et les pêcheurs artisanaux fait peser un risque croissant de surexploitation et d’épuisement sur les stocks de poissons de la région.

Le projet permettra d’entamer des discussions et une coopération régionales devant aboutir à l’élaboration d’un programme régional de gestion des pêches. Ce programme visera principalement à réduire les pressions exercées sur l’écosystème halieutique et aidera les pays à surmonter leurs difficultés communes. La préservation de la productivité des ressources en poisson et le développement de la chaîne de valeur en ce qui concerne la production halieutique permettront d’améliorer les moyens de subsistance des pêcheurs et donc de franchir un pas vers la réduction de la pauvreté.

Le fonds du Groupe de la Banque mondiale pour les plus pauvres, à savoir l’Association internationale de développement (IDA), finance le projet à hauteur de 75,5 millions de dollars ; les fonds d’affectation spéciale du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) le cofinancent à hauteur de 15,5 millions de dollars. Le projet appuiera la coordination et la coopération régionales en vue de l’amélioration de la gestion et du développement durable des pêches dans le Sud-ouest de l’océan Indien ; il profitera aux pays membres de la Commission des Pêches du Sud-ouest de l’océan Indien : les Comores, Madagascar, Maurice, les Seychelles, la Somalie, le Kenya, la Tanzanie, le Mozambique, l’Afrique du Sud, le Yémen et les Maldives.

Dans la région, trois pays (les Comores, le Mozambique et la Tanzanie) ont déjà pris des mesures en vue de l’élaboration de stratégies et la création d’institutions destinées à améliorer la gestion des pêches et la santé du milieu marin par le biais d’autres projets de la Banque mondiale. Pour tirer parti de ces investissements antérieurs, les Comores recevront 13 millions de dollars, le Mozambique 37 millions de dollars et la Tanzanie 36 millions de dollars qui serviront à renforcer leurs institutions et activités à l’échelle nationale, accroître les moyens de subsistance des pêcheurs, améliorer le climat économique et promouvoir les investissements privés dans le secteur de la pêche.

« La surpêche, y compris celle due à la pêche artisanale sauvage, fragilise progressivement les ressources dont dépendent les populations côtières », déplore Xavier F. P. Vincent, chef d’équipe du projet à la Banque mondiale. « La pêche marine pratiquée dans le Sud-ouest de l’océan Indien fait partie d’un écosystème marin plus vaste, commun à tous les pays de la région. Le projet annoncé aujourd’hui facilitera la coordination régionale entre les pays qui bordent le Sud-ouest de l’océan Indien. Il permettra également d’améliorer la santé du secteur halieutique et d’accroître la durabilité de la pêche. »



Contacts médias
À Washington
Aby K. Toure
Téléphone : 202 473-8302
akonate@worldbank.org
À Maputo
Rafael Saute
Téléphone : +258-21-482-944
rsaute@worldbank.org
À Dar es Salaam
Loy Nabeta
Téléphone : 255 22 216 3246
lnabeta@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2015/320/AFR