COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Groupe de la Banque mondiale annonce sa nouvelle stratégie pour le Maroc et 450 millions de dollars de nouveaux financements

29 avril 2014


Washington, le 29 avril 2014 - Le Groupe de la Banque mondiale a renouvelé aujourd’hui sa stratégie de partenariat (CPS) avec le gouvernement du Maroc et approuvé deux projets destinés au secteur financier et à l’approvisionnement en eau potable des régions rurales du pays. La nouvelle stratégie, qui couvre les exercices 2014 à 2017, se propose d’accélérer les grandes réformes et les programmes de développement portés par le gouvernement marocain.

L’égalité des sexes, la jeunesse, l’expression et la participation représenteront les axes transversaux de la nouvelle stratégie de partenariat  du Groupe de la Banque mondiale avec le Maroc, qui s’articulera autour de trois grands axes : la promotion d’une croissance concurrentielle et inclusive, l’édification d’un avenir vert et résilient, et le renforcement de la gouvernance et des institutions pour une meilleure prestation de services à tous les citoyens.

 « La nouvelle stratégie répond aux priorités de développement du pays et s’inscrit dans le droit fil des objectifs du Groupe de la Banque mondiale en matière de réduction de la pauvreté et de partage de la prospérité », indique Simon Gray, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb. « Elle est le fruit d’une large concertation avec les représentants des pouvoirs publics, les membres de la société civile et du secteur privé, et d’autres acteurs clés. »

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, le Groupe de la Banque mondiale entend contribuer à dynamiser la croissance avec l’objectif de créer les emplois tant recherchés, à généraliser de nouvelles approches multisectorielles au bénéfice des générations futures, à améliorer la compétitivité en s’appuyant sur le secteur privé et à favoriser l’intégration du pays à l’échelle mondiale. Dans cette optique, la nouvelle stratégie intègre un éventail d’instruments et de services techniques et financiers qui mobilisent les expertises dont disposent les institutions du Groupe de la Banque mondiale, et notamment celles de sa branche chargée des opérations avec le secteur privé, la Société financière internationale (IFC).

L’IFC continuera de concentrer ses efforts sur la promotion d’une croissance dirigée par le secteur privé, de renforcer la confiance des investisseurs et de faciliter l’accès au financement pour les petites et moyennes entreprises. L’IFC a renforcé son engagement au Maroc et investi 590 millions de dollars dans le développement du secteur privé dans le pays depuis 2011. .

« Cette nouvelle stratégie vient confirmer notre engagement à promouvoir l’intégration régionale à travers les investissements sud-sud, en appuyant notamment le développement d’entreprises marocaines en Afrique sub-saharienne et en mettant en place les conditions permettant au Maroc de devenir une plateforme régionale d’investissements », souligne  Mouayed Makhlouf, directeur régional de l’IFC pour la région Moyen-Orient Afrique du Nord.

L'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), branche du Groupe de la Banque mondiale qui offre des garanties contre les risques politiques et soutient les investissements, a appuyé des projets dans les secteurs manufacturier, agro-alimentaire et bancaire au Maroc. MIGA continuera de recourir à ses instruments de garantie pour soutenir des projets du secteur privé  contribuant à la création d’emplois, à la croissance et au développement.

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a également approuvé deux nouveaux projets pour le Maroc, qui visent, d’une part, à soutenir le secteur financier et, d’autre part, à améliorer l’accès à l’eau dans les zones rurales.

D’un montant de 300 millions de dollars, le Prêt à l’appui des politiques de développement pour le marché financier est le premier d’une série de deux opérations. Son objectif est de favoriser la poursuite des importantes mesures déjà prises en faveur du développement du marché des capitaux, ainsi que la réforme de la Caisse marocaine de retraite, chargée de la gestion des retraites du secteur public. Ce prêt a aussi pour but de faciliter l’accès au financement des jeunes et petites entreprises, en visant l’équilibre entre accès et stabilité financière.

Le Projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural comprend, quant à lui, un prêt de 158,6 millions de dollars au bénéfice de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable pour assurer un approvisionnement de zones mal desservies avec une eau saine et potable. Le projet favorisera l’abandon du recours aux bornes fontaines au profit du raccordement direct des logements, grâce à un système de préfinancement, l’objectif étant d’étendre les services d’eau à près de 420.000 habitants dans les zones les moins desservies des provinces ciblées.

 

Contacts médias
À Morocco
Ibtissam Alaoui
Téléphone : +212 537 544 200
ialaoui@worldbank.org
À Washington
William Stebbins
Téléphone : +1 202 458 7883
wstebbins@worldbank.org



COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/470/MENA

Api
Api