Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Président du Groupe de la Banque Mondiale Appelle à Renouveler l’Appui International pour Aider Haïti à Vaincre le Choléra

11 avril 2014

Washington, 11 avril  2014 - Le Président du Groupe de la Banque mondiale (GBM), Jim Yong Kim, a lancé aujourd'hui un appel au renouvellement de  l’engagement des partenaires internationaux. Il invite également à avoir une feuille de route actionnable prévoyant des investissements intégrés en santé, eau et assainissement en appui au Plan National d’Elimination du Choléra d’Haïti.

«Le choléra peut être éliminé en Haïti. Nous devons faire beaucoup plus pour renforcer les institutions haïtiennes et appuyer le plan d'élimination du choléra du Gouvernement, » a déclaré le président du GBM Jim Kim. « Cela exigera une approche intégrée multisectorielle qui priorise l'amélioration des programmes d'eau et de santé pour les populations les plus vulnérables. »

Bien que le nombre de cas ait considérablement diminué depuis le début de l'épidémie en octobre 2010 - d'une moyenne mensuelle de plus de 35 000 cas dans la première année de l'épidémie à environ 4 900 en 2013 - Haïti a toujours le plus grand nombre de cas de choléra au monde.

S'exprimant lors d'une réunion technique avec des experts internationaux sur le choléra au cours des Réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI, Kim a appelé à un sens renouvelé de l'urgence, plus de coordination et une meilleure compréhension des obstacles à la lutte contre l'épidémie . « Si nous n’intensifions pas nos efforts pendant la période la plus difficile de cette lutte, nous risquons d'avoir une autre épidémie », a averti Kim. « Beaucoup de progrès ont été accomplis, mais l’insuffisance des ressources est criante. »

Le plan décennal du Gouvernement haïtien pour éliminer le choléra d’un montant de US$ 2,2 milliards de dollars, lancé en Février 2013, donne un aperçu général des investissements nécessaires dans les secteurs de l'eau et de l'assainissement ainsi que la prévention, la surveillance et la prise en charge des patients.

Lors de la réunion, la Banque mondiale a examiné avec le Gouvernement, les partenaires clés et les principaux experts comment les meilleures pratiques au Bangladesh, au Pérou et d'autres pays pourraient être utilisées pour développer une feuille de route  établissant les investissements prioritaires à soutenir par la communauté internationale.

"Cet échange avec un panel d'experts nous a vraiment montré qu'il est possible d'éliminer le choléra en Haïti. Le combat que nous menons en Haïti n'est pas en vain. Nous avons beaucoup appris et cela va vraiment aider Haïti à intensifier ses efforts pour contrôler et éliminer cette épidémie," a déclaré le Directeur Général de la Direction Nationale de l'Eau et de l'Assainissement (DINEPA), Lionel Duvalsaint.

Même avant le tremblement de terre de janvier 2010, Haïti avait les plus bas niveaux de couverture sanitaire et en eau potable dans les Amériques, avec seulement 69 pour cent de la population ayant accès à l'eau potable, et 27 pour cent à un assainissement amélioré. Ces conditions ont augmenté le risque de propagation du choléra.

La semaine prochaine, la Coalition pour l'élimination du choléra dans l'île d'Hispaniola se réunira à Port-au-Prince pour examiner les expériences récentes dans la lutte contre le choléra avec des praticiens clés.

Contacts :
À Washington: Christelle Chapoy , (202) 361 4255 , cchapoy@worldbank.org
A Port- au-Prince : Berdine Edmond ( 509 ) 31 064 831 ,
bedmond@worldbank.org

Comment la  Banque mondiale aide à lutter contre l'épidémie de choléra

Le Groupe de la Banque mondiale a financé une réponse d'urgence au choléra (US $ 15 millions, terminée en 2013),  la prévention continue du choléra et des activités de traitement (US $ 20 millions). Ces projets sont complétés par le travail d’appui au secteur de la santé axé sur la santé maternelle et infantile (US $ 70 million) et un nouveau projet pour l’eau potable en préparation (US $ 30 millions) qui cible les zones où l’incidence du choléra est élevée en 2014 .

Parmi les résultats concrets obtenus à ce jour :

• Trois millions de personnes ont bénéficié de campagnes de sensibilisation sur la prévention, la formation et le traitement.
• Plus de 6000 agents de santé et de personnel médical ont été formés.

En outre, le programme eau et assainissement de la Banque mondiale apporte un soutien et une expertise complémentaire sur la promotion de l'hygiène et de la gestion des excréments , ainsi que le développement d'une campagne nationale de lavage des mains .

La Société financière internationale (IFC), la branche spécialisée dans le secteur privé du Groupe de la Banque mondiale, investit dans la fourniture d'eau potable sûre et à un prix abordable dans les quartiers mal desservis à Port-au-Prince et élargira sa couverture à travers le pays .

En savoir plus sur le travail de la Banque mondiale en Amérique latine et dans les Caraïbes : www.worldbank.org /lac 
Visitez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/worldbank
Restez à jour via:
Twitter : @ WBCaribbean
YouTube : http://www.youtube.com/worldbank


Contacts médias
COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/438/LAC