COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Myanmar : le Groupe de la Banque mondiale va investir deux milliards de dollars à l’appui des réformes, de la lutte contre la pauvreté et d’un meilleur accès à l’énergie et aux services de santé

26 janvier 2014

Yangon, 26 janvier 2014 – À l’occasion de sa première visite au Myanmar, le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a annoncé aujourd’hui que l’institution avait l’intention de mettre en œuvre dans le pays un programme de développement d’un montant de deux milliards de dollars s’étalant sur plusieurs années. Les projets inscrits dans ce programme amélioreront radicalement l’accès des populations pauvres à l’énergie et aux services de santé et soutiendront d’autres grandes priorités du gouvernement en matière de développement.

Jim Yong Kim a annoncé cette forte augmentation de l’aide financière de la Banque mondiale dans un dispensaire de proximité situé à Yangon, où le Dr Pe Thet Khin, ministre de la Santé du Myanmar, s’est joint à lui. Le président de la Banque et le ministre ont rencontré des médecins, des habitants et des membres de la communauté internationale des bailleurs de fonds. M. Kim a promis que les fonds contribueront à améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres et à promouvoir les réformes en cours au Myanmar.

« Nous renforçons notre appui au vaste programme de réformes actuellement mis en œuvre au Myanmar, car nous voulons aider le gouvernement à répondre encore plus rapidement aux besoins des pauvres », déclare M. Kim. « Notre programme pluriannuel de deux milliards de dollars soutiendra les plans conçus par le gouvernement pour permettre aux habitants de bénéficier de soins médicaux universels et faire en sorte que chacun d’entre eux ait accès à l’électricité à l’horizon 2030 ».

Le Groupe de la Banque mondiale mobilisera les compétences et les ressources de l’IDA, de l’IFC et de la MIGA en faveur du programme d’investissement pluriannuel des autorités. La contribution de la Banque inclura une aide financière d’un milliard de dollars destinée à accroître la production, le transport et la distribution d’électricité. Plus de 70 % de la population du Myanmar ne bénéficient pas d’un approvisionnement fiable en électricité.

L’investissement énergétique, en outre, soutiendra l’élaboration d’un plan national d’électrification, renforcera les capacités institutionnelles du pays et contribuera à promouvoir une réforme de la réglementation indispensable à une participation durable du secteur privé. Cette composante prévoit un soutien aux investissements privés dans la production et la distribution d’électricité, ainsi que la valorisation à grande échelle des énergies renouvelables dans le cadre de l’électrification rurale et hors réseau. 

« L’élargissement de l’accès à l’électricité dans un pays comme le Myanmar peut aider à transformer la société : les enfants pourront étudier le soir et les magasins rester ouverts, tandis que les dispensaires seront éclairés et disposeront de l’énergie nécessaire pour alimenter des instruments aptes à sauver des vies », commente M. Kim. « L’électricité contribue à l’élimination de la pauvreté ».

L’IFC s’associe au Gouvernement du Myanmar pour rendre le secteur de la distribution d’électricité plus efficace et étendre le service à un plus grand nombre d’utilisateurs finaux. Le Groupe de la Banque mondiale investira aussi à l’appui d’investissements privés transparents et rentables et de coentreprises public-privé dans le cadre de projets de nouvelles centrales électriques de grande taille.

M. Kim précise que l’investissement inclura 200 millions de dollars de financements de l’IDA visant à aider Myanmar à atteindre l’objectif de la couverture médicale universelle à l’horizon 2030. Ajoutés aux ressources déjà engagées par d’autres partenaires de développement internationaux, les concours de l’IDA aideront Myanmar à élargir, à l’aide de financements fondés sur les résultats, l’accès des femmes et des enfants à des services de santé essentiels de qualité et à supprimer les paiements directs à la charge des patients qui entravent l’accès des personnes les plus défavorisées aux soins de santé.

« Tout le monde devrait avoir accès à des services de santé abordables et de qualité et nul ne devrait être réduit à la pauvreté en prenant personnellement en charge les soins médicaux dont il a besoin », estime le président de la Banque mondiale. « L’ambitieux programme du Gouvernement du Myanmar visant à instaurer une couverture universelle d’ici à 2030 contribuera à ce que tous les habitants du pays puissent mener une vie saine et productive ».

On estime que 75 % de la population (essentiellement rurale) du Myanmar n’ont pas accès à des services de santé de qualité. En raison de leur coût, la plupart des services essentiels sont hors de portée de nombreuses familles vivant sous le seuil de pauvreté. 

Jim Yong Kim participera au deuxième Forum annuel sur le développement au Myanmar qui se tiendra le 27 janvier à Nay Pyi Taw, où le président de la Banque mondiale rencontrera M. Thein Sein, président de la République, des membres du gouvernement et de l’opposition ainsi que des représentants du monde des affaires.

Informations supplémentaires :

  • L’engagement du Groupe de la Banque mondiale à soutenir les services de santé au Myanmar s’inscrit dans une action d’envergure mondiale visant à promouvoir la couverture médicale universelle en visant deux objectifs à l’échelle de la planète. Un objectif de protection financière qui consiste à faire en sorte que nul ne soit réduit à la pauvreté en payant des soins de santé de sa poche. Et un objectif de prestation de services qui vise à doubler la proportion de personnes très pauvres ayant accès aux services de santé essentiels — notamment dans le domaine de la santé maternelle et infantile, des maladies transmissibles, du traitement des maladies chroniques telles que l’hypertension artérielle et le diabète, de la santé mentale et des blessures — pour la faire passer de 40 % à 80 %.
  • L’accroissement du rendement et de la capacité des installations de production d’électricité existantes est le moyen le plus rapide d’améliorer durablement l’approvisionnement en électricité. Le premier crédit d’investissement accordé après la reprise des activités de la Banque au Myanmar a servi à financer un projet de production électrique d’un montant de 140 millions de dollars destiné à doubler la capacité et le rendement d’une centrale électrique au gaz dans l’État de Mon. 
  • La Banque mondiale soutient aussi le programme national d’électrification du pays dans le cadre de l’initiative Énergie durable pour tous, coprésidée par la Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies, dont l’objectif est généraliser l’accès à l’électricité d’ici à 2030.

 

Contacts médias
À Yangon

Carl Hanlon
Téléphone : +1 (202) 460-8526

Paul Risley
Téléphone : + 66 80 781 5165

Kyaw Soe Lynn
Téléphone : +66 95 92 031 159

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/303/EAP