Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale appuie la mise en place d’un système de filets sociaux pour lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité au Cameroun

21 mars 2013

WASHINGTON, le 21 Mars 2013 – Le Conseil d'Administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un crédit de 50 millions de dollars américains pour appuyer le Cameroun dans la conception et  et la mise en place d’un système national de filets sociaux qui bénéficiera directement a 420,000 personnes vulnérables au cours du projet. Au travers de transferts monétaires et d’emplois de travaux publics, les filets sociaux aideront à réduire la pauvreté et à rendre les bénéfices de la croissance économique accessibles à tous.

Le Projet Filets Sociaux, financé par l'Association International de Développement (IDA)*, réalisera des programmes qui atteindront jusqu’à 65 000 ménages pauvres et vulnérables dans les cinq régions les plus pauvres du Cameroun : l’Adamaoua, l’Est, le Nord, l’Extrême Nord et le Nord-Ouest. Le projet couvrira également quelques 5 000 ménages des villes de Yaoundé et Douala.

Sur deux ans, les ménages concernés  recevront un petit transfert en espèces tous les deux mois, pour un montant total de 720.000 FCFA (environ US$ 1.400) sur deux ans, ainsi que activités de formation pour améliorer leur santé, nutrition, éducation et compétences. Les ménages pauvres auront aussi la possibilité de travailler pendant 60 jours par an au cours de la saison agricole à faible activité. Les activités contribueront à la réalisation de biens d’utilité publics tels que l'entretien des routes rurales et le reboisement.

 «Le nouveau filet social du Cameroun devra aider le pays à accélérer la réduction de la pauvreté en sauvant certaines des familles les plus démunies des chocs et crises, et leur permettre de continuer d’investir dans le futur de leurs enfants», a déclaré Gregor Binkert, Directeur-pays de la Banque mondiale pour le Cameroun. « Les filets sociaux contribuent déjà à aider les ménages à devenir plus résilients et productifs à travers tout le continent, notamment au Rwanda, en Éthiopie, au Niger, et de nombreux autres pays. »

En accord avec la première Stratégie Nationale pour la Protection Sociale du Cameroun, le projet servira à mettre en place des filets sociaux pérennes qui soutiennent les familles les plus démunies. Une fois ce système en place, le gouvernement sera en mesure de répondre aux crises avec des instruments flexibles et efficaces.

« Ce projet aidera les familles pauvres vivant dans les zones rurales du Cameroun à faire face à la sècheresse et ses effets les plus graves, tels que la perte de revenus, l'insécurité alimentaire sévère et la malnutrition », a déclaré Carlo Del Ninno, chef d'équipe de la Banque mondiale pour le Projet Filets Sociaux.

Le soutien de la Banque mondiale pour la protection sociale en Afrique sub-saharienne a augmenté d'une moyenne de 260 millions de dollars par an au cours de 2001-05 à 600 millions de dollars par an pendant la période 2006-2010. Le total des engagements actifs de la Banque mondiale en matière de protection sociale sur le continent s'élève à un peu plus de 3 milliards de dollars.

 

* L’Association internationale de développement (IDA), créé en 1960, aide les pays les plus pauvres du monde en accordant des prêts (appelés «crédits») et des subventions pour des projets et des programmes qui visent à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des pauvres. L'IDA est l'un des principaux bailleurs de fonds pour les 81 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l'IDA apportent des changements positifs pour les 2,5 milliards de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour. Depuis 1960, l'IDA a soutenu le travail de développement dans 108 pays. Les engagements annuels ont augmenté régulièrement et ont atteint en moyenne environ 15 milliards de dollars au cours des trois dernières années, avec environ 50 pour cent des engagements allant à l'Afrique.

 

Contacts médias
COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2013/295/AFR