Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Des Présidents d'universités lancent un réseau pour la réforme de l'enseignement supérieur dans le monde arabe

11 décembre 2012

Un fort consensus sur les avantages d’un outil conçu par la Banque mondiale pour l’évaluation de la performance institutionnelle inspire le lancement d’un réseau pour soutenir les réformes dans le domaine de l’enseignement supérieur

RABAT, 11 décembre 2012 - Plus de 100 présidents d'université à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) se sont réunis pour élaborer une stratégie commune pour la réforme de l'enseignement supérieur. L’événement organisé à Rabat, au Maroc s’est concentré sur l'utilisation de la carte de positionnement de la gouvernance des universités (UGSC), un outil permettant de mesurer la qualité de gestion des universités. L’événement a également approuvé le lancement d'un Réseau pour l’enseignement supérieur qui réunira des experts des pays participants et des spécialistes internationaux pour appuyer les recherches en cours pour l’actualisation et l’amélioration des outils de benchmark et la promotion de l’échange de connaissances.

« Cette rencontre, et surtout l’intérêt manifesté par tous les participants, signalent très clairement l'engagement régional pour le réforme», a déclaré Adriana Jaramillo, spécialiste de l'éducation auprès de la Banque mondiale, et leader de l'équipe qui a mis au point la carte de positionnement. «Il existe un objectif commun : créer des universités qui permettent aux jeunes d'acquérir les compétences dont ils ont besoin pour prospérer. La carte de positionnement et le réseau proposé les aideront à y parvenir ».

L'atelier régional, intitulé “Benchmarking de la gouvernance des universités dans la région MENA”, a été organisé conjointement avec le British Council, l'Organisation Islamique pour l'éducation, la science et la culture (ISESCO), le Centre de Marseille pour l'Intégration en Méditerranée (CMI) et la Banque mondiale, pour évaluer les résultats obtenus auprès de plus de 100 universités du processus de la carte de positionnement. Les présidents d'universités d'Algérie, d'Egypte, d'Irak, du Liban, du Maroc, de la Tunisie et des territoires palestiniens se sont réunis avec de hauts responsables gouvernementaux, des étudiants, des bailleurs de fonds et des représentants d’agences d'assurance qualité et d’organisations d’Europe et des Etats-Unis.

Le British Council travaille en collaboration avec les universités à travers la région, dont un certain nombre a sollicité un soutien en matière de gouvernance. Celle-ci est essentielle car elle contribute à renforcer les performances des universités, aidant ainsi à améliorer le niveau de l’enseignement et des compétences transmises. Le British Council se réjouit de ce partenariat avec la Banque mondiale et l’ISESCO autour de cette initiative qui aura un impact à long terme sur la qualité de l’enseignement supérieur dans la région MENA” a indiqué Sally Ward, Directrice Régionale de l’enseignement supérieur auprès du British Council.

Les participants ont souligné l'impact de la gouvernance universitaire sur la qualité de l'éducation, et l’intérêt de la carte de positionnement de la gouvernance d’université comme outil précieux d'analyse pour identifier les forces et les faiblesses de ces institutions. Cette carte s'est avérée particulièrement utile pour aider les universités à se positionner par rapport aux normes internationales, à définir leur positionnement, leurs objectifs et les méthodes permettant d’évaluer les progrès réalisés. La demande pour cette carte de positionnement, dans la région et au-delà, n'a cessé de croître grâce aux résultats encourageants réalisés par les universités qui l’ont adoptée.

«Le réseau serait une ressource inestimable pour les universités», a déclaré Martin Rose, directeur national du British Council pour le Maroc. «Leurs efforts pour devenir plus efficaces et plus sensibles à l’intérêt de la bonne gouvernance seraient soutenus par un vaste système interconnecté de professionnels, d’expertise et d’idées."

Au cours des deux années qui ont suivi son lancement, l'utilisation de la carte de positionnement n’a cessé d’augmenter, s’inspirant de la demande de plusieurs universités régionales. Réunissant 41 universités de quatre pays lors de son lancement en 2010, le réseau compte désormais plus de 100 universités dans sept pays. L'outil n’offre pas seulement des méthodes d'évaluation de la performance, mais répond aussi au besoin ressenti par des institutions régionales d’être plus transparentes et d’offrir de meilleurs services,  impératif sous-jacent d’ailleurs à la plupart des transitions politiques régionales actuelles.

L’évolution de la carte de positionnement en réseau représente une étape positive vers l'adoption universelle d'un ensemble de bonnes pratiques, ce qui permettra d’établir de bonnes bases sur lesquelles des institutions peuvent se bâtir afin d’offrir des options éducatives de meilleure qualité pour les jeunes, a conclu Adriana Jaramillo.

 

Contacts médias
À Washington

Lara  Saade
Téléphone : (202) 473-9887

À Rabat (Regional Manager for Higher Education at the British Council)

Sally Ward
Téléphone : +971 506459371

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2013/195/MENA