Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Dialogue de Sendai plaide pour un consensus mondial sur la gestion du risque de catastrophes

10 octobre 2012

Les préjudices économiques provoqués par les aléas naturels, estimés à 3 500 milliards de dollars, ont plus que triplé en 30 ans

SENDAI, Japon, 10 octobre 2012 – La Banque mondiale et le gouvernement du Japon ont appelé aujourd’hui, avec d’autres hauts responsables internationaux, à redoubler d’efforts pour intégrer la gestion du risque de catastrophes dans la planification nationale du développement et l’aide internationale au développement.

Une déclaration conjointe des autorités japonaises et de la Banque mondiale exhorte les gouvernements nationaux et les partenaires au développement à accélérer leurs efforts pour mieux anticiper cette menace croissante, en intégrant systématiquement la gestion du risque de catastrophes dans les politiques de développement et les programmes d’investissement.

« Nous devons établir une culture de la prévention », a déclaré Jim Yong Kim, le président du Groupe de la Banque mondiale. « Aucun pays ne peut se prémunir totalement contre une catastrophe mais tous peuvent réduire leur vulnérabilité. Seule une planification optimale permet de limiter les dégâts – matériels et humains – engendrés par une catastrophe et la prévention peut se révéler nettement moins onéreuse que l’aide et la réaction d’urgence. »

Les préjudices économiques liés aux aléas naturels – estimés à 3 500 milliards de dollars – ont plus que triplé en 30 ans. Le Dialogue de Sendai, organisé par le gouvernement du Japon et le Groupe de la Banque mondiale à l’occasion des Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale, a réuni des dirigeants, des représentants d’institutions multilatérales et des membres de la société civile pour un partage de connaissances au service de l’intégration de la gestion du risque dans la planification du développement.

« Notre espoir est de transmettre au reste du monde ce que notre longue culture de la gestion du risque de catastrophes nous a appris et, plus récemment, les enseignements du séisme et du tsunami qui ont ravagé la côte orientale du Japon et de la reconstruction », a souligné Koriki Jojima, le ministre des Finances du Japon. « Je souhaite que le Dialogue de Sendai contribue à l’émergence d’un consensus sur la nécessité d’intégrer la gestion du risque de catastrophes dans tous les aspects des processus de développement. »

Le Dialogue de Sendai s’appuie sur le Rapport Sendai consacré à la gestion des risques de catastrophes pour un avenir résilient (Managing Disaster Risks for a Resilient Future), préparé par le Comité du développement en vue des Assemblées annuelles de 2012, ainsi que sur une série de 32 notes d’information rédigées par la Banque mondiale en concertation avec les autorités japonaises.

Les participants au dialogue, au nombre desquels le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, le ministre des Finances du Japon, Koriki Jojima, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, la commissaire européenne pour la coopération internationale, l’aide humanitaire et la réaction aux crises, Kristinalia Georgieva, et le président de la Banque asiatique de développement, Haruhilo Kuroda, ont réaffirmé leur engagement pour une assistance technique et financière permettant de renforcer la résilience aux catastrophes dans les pays vulnérables.

La Banque mondiale accorde une place grandissante à la gestion du risque de catastrophes. En dix ans, elle a consacré près de 18 milliards de dollars à des activités liées aux catastrophes naturelles, contribuant ainsi à préserver des vies et des moyens de subsistance dans 92 pays. Plus des deux tiers des stratégies de partenariat pays de la Banque mondiale intègrent d’ores et déjà cet aspect, l’objectif étant de parvenir à 100 %.

La conférence s’est déroulée les 9 et 10 octobre 2012 à Sendai, la plus grande agglomération de la région de Tohoku, sur la côte Pacifique du Japon, durement éprouvée par le séisme et le tsunami de 2011.

 

Contacts médias
À Sendai

Amy Stilwell
Téléphone : 080-4630-1459

À Tokyo

Natalia  Cieslik
Téléphone : 080-4630-0258

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2013/102/GFDRR