Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le rôle crucial des banques de développement pour la concrétisation d’une croissance verte et intégrative

19 juin 2012

RIO DE JANEIRO, 19 juin 2012 – « Les banques multilatérales de développement ont la puissance requise pour accompagner le nécessaire passage à une croissance décarbonée, » a déclaré ce jour à la Conférence Rio+20 Rachel Kyte, Vice-Présidente de la Banque mondiale pour le développement durable.

Évoquant le communiqué conjoint publié ce jour par les six plus grandes banques multilatérales de développement (BMD) du monde, Mme Kyte a déclaré que le Groupe de la Banque mondiale était fier d’être partenaire à l’action menée, aux côtés des autres BMD, afin que le développement durable devienne une réalité et que les engagements de Rio+20 puissent être suivis d’effet.

Au cours des cinq dernières années, la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale ont à elles toutes alloué en moyenne plus de 93 milliards de dollars par an pour financer le développement.

Cette quête de résultats a incité le Groupe de la Banque mondiale, en tant qu’institution de financement du développement, à accroître ses prêts au développement durable de 6,6 milliards de dollars en 2002, à 24,6 milliards de dollars en 2011. Durant la dernière année, elle a engagé 3 milliards de dollars au profit de nouveaux projets d’énergie durable, et elle alloue en moyenne 1,5 milliard de dollars par an au financement de la maîtrise énergétique. La Banque est la première source de financement extérieur des projets conduits dans le domaine de l’eau et de l’assainissement et, avec les autres BMD, elle appuie les Fonds d’investissement climatiques, à hauteur d’un budget de 7,2 milliards de dollars, afin d’apporter aux pays des financements massifs visant à s’attaquer aux menaces posées par le changement climatique.

« Nous sommes tout acquis à l’action engagée pour aider les pays à réaliser une croissance intégrative et sobre en carbone, » a encore déclaré Mme Kyte. « Financer l’avenir en favorisant une nouvelle trajectoire de croissance exigera des politiques économiques avisées et une mobilisation intelligente des capitaux privés. Ce sera l’essentiel des activités des BMD pour les années à venir. »

Consciente des défis que les pays continuent de rencontrer, le Groupe de la Banque mondiale est en train de créer des plateformes d’action pour la santé des océans, par l’intermédiaire du Partenariat mondial pour les océans, et pour une comptabilisation du capital naturel, avec le Partenariat mondial pour la comptabilisation du patrimoine et la valorisation des services écosystémiques (WAVES).

Contacts médias
À Rio

Elisabeth  Mealey
Téléphone : +1 202-413-9457

À Rio

Fionna  Douglas
Téléphone : +1 202-375-3172

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2012/518/SDN