ARTICLE

2016 : le Groupe de la Banque mondiale agit vite pour soutenir des objectifs climatiques de plus en plus ambitieux

07 novembre 2016


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • Depuis la COP 21 et la signature de l’accord de Paris en décembre dernier, l’action climatique a pris une ampleur sans précédent. La quasi-totalité des pays se sont engagés à réduire leurs émissions de GES, et l’accord a pu entrer en vigueur bien plus rapidement que prévu. Mais les efforts de lutte contre le réchauffement global ne sont pas encore suffisants pour atteindre l’objectif entériné par l’accord : contenir le réchauffement planétaire en dessous de 2 °C.
  • Le Groupe de la Banque mondiale s’est rapidement mobilisé pour poursuivre la dynamique de la COP 21 en aidant les pays à réduire leurs émissions et accroître leur résilience aux chocs climatiques. Tout cela par le biais d’interventions dans des secteurs à fort impact : énergies propres, agriculture climato-intelligente, prévention des catastrophes ou encore gestion des ressources naturelles.
  • À l’occasion de la COP 22 au Maroc, le Groupe de la Banque mondiale s’attache à articuler ses efforts autour d’axes d’action prioritaires, afin d’aider les pays à atteindre leurs ambitions climatiques et d’assurer un leadership sur des dossiers mondiaux aussi essentiels que la finance verte ou la tarification du carbone.

C’est par un coup de marteau en forme de feuille verte que tout a commencé. Depuis, moins d’un an après l’adoption de l’accord de Paris en décembre 2015, le monde affiche des ambitions de lutte contre le changement climatique d’une ampleur sans précédent.

La quasi-totalité des pays du monde (190 exactement) se sont fixé des objectifs nationaux dans le cadre du processus de Paris. L’année 2016 a vu des avancées significatives dans le domaine de l’aviation, des polluants de courte durée de vie et des dispositifs de tarification du carbone, tandis que la capacité de production d’électricité à partir des énergies renouvelables a pour la première fois dépassé le charbon. 100 pays ont ratifié à ce jour l’accord de Paris, ce qui autorise son entrée en vigueur dès le 4 novembre, soit dans un délai bien plus court que celui envisagé au moment de son adoption.

Mais, malgré ces progrès positifs, les efforts de lutte contre le changement climatique à l’échelle mondiale sont encore bien en deçà du niveau requis pour atteindre l’objectif entériné par l’accord, à savoir contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2 °C d’ici la fin du siècle.                                         

Au cours de l’année écoulée, le Groupe de la Banque mondiale s’est rapidement mobilisé pour poursuivre la dynamique de la COP21 et viser un degré supérieur d’ambition climatique : l’institution a engagé plusieurs milliards de dollars pour aider les pays à atteindre leurs objectifs pour le climat, apporté son soutien dans les différents secteurs concernés et œuvré pour faire avancer les grands dossiers mondiaux du défi climatique, témoignant ainsi d’une prise de conscience de plus en plus large par la communauté internationale de la nécessité de s’attaquer au changement climatique sans tarder, de manière systématique et à grande échelle.

L’urgence découle de la menace manifeste que représente le changement climatique pour la réalisation des deux objectifs fondamentaux de la Banque : mettre fin à pauvreté et favoriser une prospérité partagée. Dans un rapport publié il y a un an, l’institution avertissait que, faute de mesures rapides, le changement climatique risquait de faire sombrer dans la pauvreté plus de 100 millions de personnes supplémentaires d’ici 2030



« Toutes nos actions sont concernées par les conditions auxquelles des millions d’habitants dans les pays en développement sont déjà confrontés : des températures plus élevées, des événements météorologiques extrêmes plus fréquents, une insécurité hydrique et alimentaire accrue et une plus grande vulnérabilité dans les zones côtières et les deltas. C’est la raison pour laquelle nous nous employons avec détermination à faire avancer le programme mondial pour le climat tout en soutenant les pays qui font, sur le terrain, le plus gros du travail.  »
Image

Laura Tuck

Vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement durable

Au mois d’avril dernier, le Groupe de la Banque mondiale a adopté un Plan d’action sur le changement climatique pour répondre à la hausse des demandes de soutien de ses pays clients dans ce domaine. Avec ce plan, il prévoit d’intégrer les enjeux du changement climatique dans l’ensemble de ses activités et d’accroître ses engagements dans des secteurs à fort impact tels que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la prévention des catastrophes et la résilience urbaine.

« Le Plan d’action sur le changement climatique est la feuille de route par laquelle le Groupe de la Banque mondiale inscrit sa propre action dans le cadre des engagements de l’accord de Paris », explique John Roome, directeur principal chargé des questions relatives au changement climatique à la Banque mondiale. « Avec ce plan, il s’agit de mettre en commun les ressources de nos différents secteurs et de les diriger là où elles auront l’impact le plus grand, et d’offrir ainsi aux pays des solutions qui leur permettent de réduire leurs émissions et de renforcer leur résilience. »

Depuis le début de l’année 2016, la Banque a intensifié son action dans la lutte contre le changement climatique et apporté son soutien dans un large éventail de domaines : elle a notamment engagé de nouveaux financements en faveur de l’énergie solaire et éolienne, soutenu le renforcement de la résilience en milieu urbain mais aussi chez les agriculteurs et les communautés de pêcheurs, aidé les pays à mieux gérer leurs ressources forestières, favorisé la mobilisation auprès du secteur privé de plusieurs milliards de dollars dans des investissements durables, contribué à la réduction de la vulnérabilité des petits États insulaires ou encore assuré la promotion des dispositifs de carbone dans le cadre d’initiatives mondiales. Nous vous proposons ci-dessous un aperçu de ces interventions.

Dans la perspective de la COP22, qui se tiendra à Marrakech, au Maroc, du 7 au 18 novembre, le Groupe de la Banque mondiale, par la voix de son président Jim Yong Kim, a tracé les grandes lignes de ses axes d’action prioritaires (a), à savoir faciliter la transition vers des sources d’énergie renouvelables et à faibles émissions de carbone, « verdir » le secteur financier et amplifier les initiatives mondiales en faveur de l’efficacité énergétique.

Au centre de ces efforts figure la volonté d’aider davantage les pays à intégrer le changement climatique dans leurs processus nationaux de planification et de budgétisation et à tenir les engagements qu’ils ont pris à Paris — ce que l’on appelle dans le jargon des négociations climatiques les « contributions décidées à l’échelle nationale ».

La Banque, qui avait dévoilé à Paris l’adoption d’un nouveau « Business plan » pour le climat en Afrique, annoncera à l’occasion de la COP22 de nouvelles avancées dans ce domaine. Ce plan vise à lever 19 milliards de dollars d’ici 2020 en faveur d’investissements qui permettront de renforcer la résilience de l’environnement et de la population et d’améliorer la situation énergétique grâce aux énergies renouvelables. Il sera en grande partie financé par le biais de l’IDA, le fonds du Groupe de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.

Un nouveau plan d’action pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sera aussi présenté à la COP22. Dans une région qui est l’une des plus exposées au changement climatique, ce plan portera principalement sur la sécurité hydrique et alimentaire, ainsi que sur le développement urbain et ses enjeux de durabilité, de résilience et de mobilité, sur la promotion de la transition énergétique et sur la protection des populations les plus vulnérables aux chocs climatiques.

« Les contributions décidées à l’échelle nationale constituent la pierre angulaire de l’accord de Paris, mais nous savons qu’elles ne nous permettront pas, en l’état, d’atteindre notre objectif ultime : la limitation de la hausse des températures mondiales en dessous de 2°C », rappelle Laura Tuck. « C’est pourquoi il est crucial que nous aidions les pays à atteindre rapidement leurs objectifs et leur permettre ainsi de revoir leurs ambitions à la hausse dans les prochaines années. »

Voici un aperçu des activités du Groupe de la Banque mondiale dans le domaine du changement climatique depuis la COP21 à Paris :

Énergies propres

Efficacité énergétique et hydrofluorocarbures

Agriculture climato-intelligente

Forêts

Croissance verte

Transport

Villes et bâtiments

  • Au mois de juillet 2016, le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé un financement de 150 millions de dollars pour un projet d’urbanisation durable (a) dans la ville de Ningbo, en Chine. Ce projet vise à soutenir le développement et le transport urbain, ainsi que la résilience au changement climatique dans l’une des agglomérations du pays qui connaît l’expansion la plus rapide.
  • Le portefeuille d’investissements d’IFC dans l’écoconstruction dépasse à présent les deux milliards de dollars. Son programme EDGE pour la transformation du marché de la construction écologique (a) apporte son soutien au respect de normes écologiques dans le bâtiment, finance la construction d’immeubles résidentiels, d’hôpitaux et d’établissements scolaires « verts » et aide les banques à accroître leurs prêts dans l’écoconstruction.

Réduire la vulnérabilité et renforcer la résilience au changement climatique

Verdir le secteur financier

Mettre un prix sur le carbone

  • En avril 2016, six chefs d’État et de gouvernement, un maire et un gouverneur d’État, de concert avec les dirigeants du Groupe de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ont lancé un appel à leurs homologues du monde entier en faveur de la tarification du carbone. Leur objectif : accroître ces dispositifs pour qu’ils couvrent 25 % des émissions mondiales d’ici 2020 (soit le double du niveau actuel) et atteindre 50 % dans les dix années suivantes.
  • En 2016, la Coalition pour le leadership en matière de tarification du carbone (CPLC), une initiative regroupant plus de 20 pays et 100 entreprises, a rendu public son plan de travail, annoncé les noms de ces deux coprésidents et accueilli de nouveaux membres. Dans un communiqué publié au mois d’avril, elle a lancé un appel à la fixation d’objectifs mondiaux dans le domaine de la tarification des émissions de carbone.
  • Dans le cadre du Partenariat pour le développement des marchés du carbone (PMR) (a), la Banque mondiale collabore avec plusieurs pays à l’introduction de mécanismes de tarification du carbone et d’autres instruments visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Au Viet Nam, ce partenariat aide les autorités à collecter des données sur les émissions de carbone et à mettre en place un système de notification et de vérification. Au Maroc, il aide les pouvoirs publics à mettre en évidence les réformes nécessaires à l’utilisation de mécanismes de marché pour la réalisation des objectifs nationaux fixés dans le cadre de l’accord de Paris. En Chine, le partenariat fournit une assistance technique pour la conception du système national d’échange de quotas d’émissions.


MULTIMÉDIA



Bienvenue