ARTICLE

Les clubs de filles ont des effets « importants et notables » sur l’émancipation des jeunes femmes en Ouganda

08 mars 2016

Image

Nubu Nubrah fait la lecture aux filles du club de Kikaaya. © Stephan Gladieu / Banque mondiale


LES POINTS MARQUANTS
  • Pour les jeunes Ougandaises, très exposées au risque de chômage, des grossesses adolescentes ou du mariage précoce, les clubs de filles sont un véritable refuge.
  • D’après une étude récente, celles qui fréquentent ces clubs sont plus susceptibles de parvenir à mener une vie active en retardant l’âge du mariage et du premier enfant.
  • Ce travail permet de concevoir des programmes d’émancipation sociale et économique des filles et des jeunes femmes.

Jazirah Namukose, 18 ans, a abandonné l’école. La jeune fille est affligée d’un pied bot et elle ne supportait plus d’être rejetée par ses camarades de classe à cause de son handicap.

Mais depuis qu’elle a rejoint le club de filles de Kikaaya, dans le nord de Kampala, sa vie a changé : elle y a non seulement acquis des compétences et suffisamment de confiance pour monter sa propre activité, mais elle s’y est aussi fait des amies.

« Si j’ai appris une chose là-bas, c’est qu’il faut s’affirmer dans la vie », raconte la jeune fille.

Jazirah Namukose fait partie de ces quelque 70 000 filles en Ouganda (a), âgées de 13 à 22 ans, qui ont rejoint des clubs féminins en quête d’amitiés et de solutions pour gagner leur vie.

Ces clubs sont gérés par l’antenne ougandaise du BRAC (a), une organisation internationale basée au Pakistan renommée pour son action en faveur de l’émancipation des pauvres et, notamment, des femmes. Leur réseau ougandais de 1 505 clubs propose toute une palette d’activités, des pratiques ludiques et musicales à l’information et éducation sexuelle, en passant par des formations professionnelles et des cours d’initiation financière, et jusqu’à l’accès à des structures de microfinance pour celles qui souhaitent créer une entreprise.

Image
Jazirah Namukose : « Vous avez le droit de revendiquer vos droits. » © Stephan Gladieu/Banque mondiale

D’après leurs organisateurs, l’un des principaux objectifs de ces clubs est d’offrir un refuge aux adolescentes et jeunes adultes, soumises à des pressions sociales et économiques telles qu’elles se retrouvent très vite mariées et enceintes. En Ouganda, près de 60 % de la population a moins de 20 ans et le chômage est élevé, en particulier chez les jeunes femmes.

Un travail de recherche vient de montrer que ces clubs ont des effets positifs et pourraient contribuer à résoudre un casse-tête pour tous ceux qui s’occupent de développement : comment concevoir des programmes permettant l’émancipation sociale et économique des filles ?

Celles qui ont fréquenté ces clubs pendant deux ans ont 72 % de chances de plus que celles qui n’en sont pas membres d’avoir une activité rémunératrice (emploi ou activité indépendante). Elles ont également respectivement 26 et 58 % de risques en moins de tomber enceintes à l’adolescence et de se marier ou de se mettre en ménage.

Tel est le constat d’une étude récente évaluant l’efficacité des clubs et du Programme pour l’émancipation et les moyens de subsistance des adolescentes, organisé par le BRAC.


Image

Jessica, 30 ans, et Elizabeth Nawkumba, 20 ans, viennent de créer une entreprise textile dans le quartier Kisaasi à Kampala, en Ouganda. © Stephan Gladieu / Banque mondiale


« Au nom de quoi certains postes seraient-ils exclusivement masculins ? Nous avons les mêmes droits et, ce qu’un homme fait, je peux tout à fait le faire.  »

Nakand Maimunah


Le nombre de filles indiquant avoir subi des rapports sexuels non désirés, en recul de pratiquement de moitié (de 14 à environ 8 %), est probablement un élément encore plus probant. Ce travail est le fruit d’une collaboration entre leLaboratoire d’innovation sur le genre et l’égalité des sexes en Afrique (a) de la Banque mondiale, la London School of Economics (a), l’université Bocconi (a), l’University College de Londres (a) et le BRAC.

Il s’agit là d’effets « importants et notables », comme le souligne Niklas Buehren, économiste à la Banque mondiale et coauteur de l’étude intitulée Women’s Empowerment in Action: Evidence from a Randomized Control Trial in Africa (a).

Pour le BRAC, ces conclusions traduisent la priorité accordée par les clubs à l’acquisition de « compétences pour la vie quotidienne », qui permettent aux jeunes femmes de se prendre en charge et de connaître leurs droits, explique Jennifer Kemigisha, responsable du programme : « Ce qui prime, à notre sens, ce sont tous les aspects entourant la sexualité, à savoir l’exploitation sexuelle, la santé de la reproduction et la planification familiale, parce qu’ils constituent pour les adolescentes de ce pays un enjeu majeur. »

Quelques chiffres (du Bureau des statistiques de l’Ouganda) donnent un aperçu de l’ampleur des problèmes : le taux de grossesse des adolescentes atteint 31 % ; 16 % environ des filles ont eu un rapport sexuel avant leurs 15 ans et 14 % des filles âgées de 15 à 19 ans sont victimes d’abus sexuels.

L’Ouganda fait partie des pays d’Afrique où l’exclusion des jeunes femmes de la population active est la plus élevée, autour de 86 % selon l’étude.

D’autres pays en développement rencontrent le même type de problèmes, avec des femmes qui sont de fait exclues du monde du travail et contraintes de se marier tôt, font des enfants et dépendent donc de leurs maris.

Le travail montre aussi que le fait de retarder la naissance du premier enfant, surtout chez les adolescentes, améliore leur parcours de vie mais aussi l’épanouissement de leurs enfants.

Reste à savoir si le fait de mettre les adolescentes sur les bons rails professionnels peut effectivement les aider à s’émanciper durablement sur le plan social et économique.

Pour Niklas Buehren, le programme du BRAC en Ouganda a offert « un cadre idéal pour répondre à cette question. Nous manquons d’éléments pour évaluer ce type de programmes, qui conjuguent l’acquisition de compétences pour la vie à des formations professionnelles, le tout dans les refuges que constituent ces clubs. »

La Banque mondiale a testé différentes approches pour favoriser l’émancipation des jeunes femmes à travers son Initiative pour les adolescentes (AGI), soutenue par l’Australie, le Danemark, la Norvège, le Royaume-Uni et la Suède ainsi que la fondation Nike.

Elle a aussi évalué cinq des projets pilotes lancés en Afghanistan, en Jordanie, en Haïti, au Libéria, au Népal, en RDP lao, au Rwanda et au Soudan du Sud. Seul le projet du Soudan du Sud, également administré par le BRAC, suit le modèle des clubs ougandais.

Les programmes pilotes ont cherché à lutter contre les freins à l’entrée des jeunes femmes sur le marché du travail, en offrant un ensemble de services (notamment formation professionnelle et commerciale et acquisition de compétences pour la vie), avec des fortunes diverses, rappelle Sarah Nedolast, coordinatrice de l’AGI (a), qui a pris fin depuis : « L’un des éléments frappants dans tous ces programmes, c’est leur niveau exceptionnel de rétention. Cela prouve que les filles les appréciaient et que lorsqu’ils sont conçus pour répondre à leurs besoins, les obstacles à leur participation peuvent être surmontés. »

Retour à Kikaaya. Nous sommes en juin, les filles disputent une partie de volley-ball dans la cour, avant de se retrouver pour une séance de lecture. Il y sera question de viol et le récit sera choisi parmi plusieurs ouvrages abordant des questions délicates, comme les grossesses à l’adolescence, les maladies sexuellement transmissibles ou les dangers associés aux drogues illicites.

Jazirah Namukose nous explique combien le fait de rejoindre le club l’a aidée à sortir de sa coquille, tandis que ses camarades chantent à tue-tête par derrière : « Comme elles m’apprécient, j’ai appris à parler aux autres. J’ai aussi découvert que ce n’est pas parce qu’on a un handicap ou un problème qu’il faut avoir peur. Je compte bien devenir femme d’affaires et pouvoir aider ceux qui en auront besoin », conclut-elle.

Image
Grâce au club, Belindah Malutoaya a obtenu de petits prêts pour son entreprise de volaille.© Stephan Gladieu/Banque mondiale

À quelques pas du club, nous partons à la rencontre de Belindah Malutoaya, 21 ans. Cette jeune mère célibataire élève 200 poules, dont elle vend ensuite les œufs et la viande dans des supermarchés. « D’ici cinq ans, je voudrais avoir une exploitation immense avec, pourquoi, pas, un millier de volailles. Oh oui, ce serait vraiment bien », nous confie-t-elle.

À 19 ans, Nakand Maimunah parraine quant à elle d’autres filles du club et se dit convaincue que les jeunes femmes ont plus de pouvoir qu’elles ne l’imaginent : « ici, dans le Buganda [un royaume au sein de l’Ouganda], les filles sont en général sous-estimées. On pense qu’elles sont incapables de faire certains métiers, comme le travail de bureau, qui serait réservé aux hommes… Et au nom de quoi certains postes seraient-ils exclusivement masculins ? Nous avons les mêmes droits et, ce qu’un homme fait, je peux tout à fait le faire. »



MULTIMÉDIA