ARTICLE

Objectifs d’énergie durable : où en sommes-nous ?

18 mai 2015


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • S’ils sont sur la bonne voie, les objectifs fixés sont encore loin d'être atteints : assurer l'accès universel aux énergies modernes, doubler l'efficacité énergétique et la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial.
  • Pour atteindre ces objectifs, il faudra tripler les investissements annuels mondiaux et les porter à 1 250 milliards de dollars.
  • Afin de stimuler les actions nationales, il est important de se doter des bonnes politiques et de la technologie la plus récente.

Alors que la communauté internationale a pour ambition de garantir une énergie durable pour tous d'ici 2030, un rapport publié aujourd'hui tire le bilan des efforts consentis : certes, nous sommes sur la bonne voie, mais la promesse ne pourra être tenue que si les pays accélèrent radicalement la cadence et qu’ils ont accès aux dernières technologies et à des investissements supplémentaires.

Intitulée Progress Toward Sustainable Energy: Global Tracking Framework 2015, la nouvelle publication fait le point sur les progrès accomplis dans le monde pour réaliser les trois grands objectifs de l’initiative Énergie durable pour tous (SE4All) : assurer un accès universel à des services énergétiques modernes, multiplier par deux le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique, et doubler la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial. Ce rapport de suivi révèle aussi le travail qui reste à faire pour atteindre ces objectifs.

Mais d’abord, que s'est-il passé entre 2010 et 2012 du côté de l'électrification ?

On signale des percées notables, surtout en Inde, mais les progrès sont beaucoup trop lents en Afrique.

  • La progression annuelle de l'accès à l'électricité a atteint 0,6 %, ce qui s'approche de la cible de 0,7 % requise pour réaliser l'accès universel en 2030.
  • Le nombre de personnes ayant accès à l'électricité a augmenté de 222 millions. Grâce à cette avancée, la proportion de la population mondiale qui a accès à l'électricité est passée de 83 à 85 %, alors que le nombre de personnes privées de cet accès a chuté de 1,2 à 1,1 milliard.
  • Le nombre de personnes ayant accès à des combustibles de cuisine propres a grimpé de 125 millions. Mais 2,9 milliards d’habitants utilisent encore des combustibles issus de la biomasse, comme le bois et les déjections animales ; ils habitent pour la plupart dans des zones rurales de l’Afrique subsaharienne, de l’Asie du Sud et de l’Asie de l'Est.



L'évolution de l'efficacité énergétique dans le monde entre 2010 et 2012 :

On a fait des progrès considérables pour réduire l'intensité énergétique primaire ; malheureusement, leur rythme ne représente que les deux-tiers de celui qu’il faut suivre pour atteindre l'objectif fixé.

  • Le taux annuel d'amélioration de l'efficacité énergétique, mesuré en fonction de l'intensité énergétique primaire, a atteint 1,7 % pendant la période de suivi, ce qui est beaucoup mieux que pendant la période de référence 1990-2010. Cependant, ce rythme est beaucoup plus lent que le taux d'amélioration annuel de 2,6 % inscrit dans l'objectif SE4All pour 2010-2030.
  • On a économisé 20 exajoules d'énergie en 2012, soit davantage que la consommation du Japon pour la même année.
  • On contrôle mieux les pertes d'énergie dans les réseaux de transmission et de distribution, et beaucoup de pays ont mis en service des centrales thermiques au gaz d’un meilleur rendement énergétique.

La consommation mondiale d'énergie renouvelable entre 2010 et 2030 :

La consommation finale d'énergie renouvelable a continué de croître à un rythme accéléré, mais il faudra encore doubler cette croissance pour atteindre l'objectif SE4All.

  • La part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial est passée de 17,8 % en 2010 à 18,1 %, mais cette croissance n’est pas à la hauteur de la hausse de 0,89 point de pourcentage requise pour atteindre l'objectif.
  • La croissance annuelle de la consommation d'énergies renouvelables modernes (ce qui exclut les biocarburants solides utilisés à des fins traditionnelles) s'est située à 4 %. Elle doit atteindre 7,5 % pour pouvoir réaliser l'objectif fixé.
  • Le volume annuel de la consommation d'énergie renouvelable est passé à 2,9 exajoules, soit l'équivalent de la consommation du Pakistan ou de la Thaïlande en 2012.
  • La hausse de la capacité de production totale est attribuable, pour moitié, aux technologies d’énergie renouvelable. La baisse du coût des technologies, en particulier celui des piles photovoltaïques, y a contribué.

En conclusion, il y a donc de grands rattrapages à effectuer. Mais on peut y parvenir en prenant les mesures qui s'imposent :

  • Les investissements annuels mondiaux en énergie doivent tripler pour atteindre jusqu’à 1 250 milliards de dollars. Sur ce montant, entre 40 et 100 milliards seront nécessaires chaque année pour garantir une électrification universelle. En revanche, l’accès universel à des combustibles de cuisine modernes ne demande que 4,3 milliards par an.
  • Les pays dont la capacité est la plus faible devront avoir accès aux meilleures technologies vertes et aux connaissances qui s'y rapportent.
  • Pour atteindre les objectifs d'énergie durable, il est essentiel de comprendre les liens qui existent entre l'énergie et d’autres secteurs comme l’eau, l'agriculture, le genre et la santé.

Api
Api