ARTICLE

Avec l’aide d’IFC, la Thaïlande est devenu un pays en pointe dans les technologies solaires

25 novembre 2014

Image
le Solar Power Company Group

LES POINTS MARQUANTS
  • Le prix « Momentum for Change » décerné par l’ONU a récompensé en 2014 l’action entreprise par un groupe thaïlandais pour doter le pays de grandes centrales solaires.
  • Afin d’obtenir un financement mixte pour ce qui était alors considéré comme un secteur nouveau en Thaïlande, ce groupe a travaillé en partenariat avec IFC et avec le Fonds pour les technologies propres.
  • Le projet issu de cette collaboration accroît la capacité de production d’énergie à partir de sources propres, tout en favorisant la croissance économique de l’une des régions les plus pauvres de la Thaïlande.

En 2008, l’énergie solaire ne représente guère en Thaïlande qu’une capacité installée (a) de 2 mégawatts (MW), et le marché est au point mort. Mais les coûts des technologies énergétiques renouvelables commencent à diminuer, et l’État met en place des mesures incitatives pour le développement de ce secteur. Wandee Khunchornyakong y voit une opportunité prometteuse...

Cette retraitée qui a été cadre chez un fabricant de panneaux solaires souhaite aider son pays à moins dépendre des importations d’énergie ; elle est aussi convaincue qu’en construisant de grandes centrales solaires elle peut contribuer à la croissance économique de l’une des régions les plus pauvres du pays. Le financement apporté par la Société financière internationale (IFC) donnera à son entreprise, le Solar Power Company Group (SPCG), l’élan nécessaire pour attirer les investisseurs dans un secteur entièrement nouveau en Thaïlande.

Six années plus tard et après avoir installé une capacité de 250 MW, Wandee Khunchornyakong et sa société sont récompensées par le secrétariat des Nations Unies pour le changement climatique : elles reçoivent aujourd’hui le prestigieux prix Momentum for Change - Women for Results (a). Ce prix distingue, dans le monde entier, des projets d’atténuation du changement climatique et d’adaptation — les « Lighthouse Activities » (a) — qui, plus globalement, permettent de remédier à des problèmes économiques, sociaux et environnementaux.



« Le financement climatique mixte est l’un des instruments dont dispose IFC pour promouvoir ce type de projets de mutation qui inciteront le secteur privé à investir dans des solutions climato-intelligentes  »

Kruskaia Sierra-Escalante

Responsable du service d’investissement de l'IFC


Le financement mixte à l’œuvre

Avant que ses efforts soient reconnus par les Nations Unies, Wandee Khunchornyakong a dû faire preuve de détermination et de clairvoyance. Il a également fallu que le gouvernement thaïlandais comprenne la nécessité d’un approvisionnement énergétique diversifié et sans impact délétère sur l’environnement. Aujourd’hui, la Thaïlande ambitionne de produire à l’horizon 2022 au moins 20 % de son énergie à partir de sources renouvelables.

En 2009, Wandee Khunchornyakong avait obtenu l’autorisation de construire 34 parcs solaires, avec pour objectif de parvenir à une capacité photovoltaïque de 200 MW dans les zones rurales ensoleillées du Nord-Est de la Thaïlande.

Mais voilà le hic : elle ne disposait pas des financements nécessaires. Elle a dû convaincre des investisseurs qui hésitaient à engager des capitaux sur un marché dont le potentiel n’était pas encore démontré. C’est pourquoi, en 2010, IFC est intervenue pour financer deux projets pilotes représentant une capacité solaire installée d’environ 20 MW.

Une fois que ces projets initiaux ont été lancés, Wandee Khunchornyakong s’est attachée à lever des fonds supplémentaires pour le financement à long terme de projets qui devaient permettre au SPCG de développer ses activités.

Afin de soutenir cette dynamique, IFC (a) lui a accordé un prêt de 8 millions de dollars, « couplé » à un financement concessionnel de 4 millions de dollars provenant du Fonds pour les technologies propres (FTP). Le FTP est un fonds multidonateurs qui procure aux pays à revenu intermédiaire des ressources à des conditions favorables pour la réalisation de projets axés sur les énergies renouvelables et sur la maîtrise de l’énergie. Ce financement mixte a permis au SPCG d’obtenir auprès de trois banques locales un montant suffisant pour finaliser des projets représentant une capacité supplémentaire de 12 MW. Cet appui financier a également envoyé un signal positif aux marchés locaux des capitaux et il a rendu les investisseurs plus confiants dans le potentiel des grandes centrales solaires photovoltaïques.

En quelques années, Wandee Khunchornyakong et son entreprise ont attiré plus de 800 millions de dollars d’investissements et doté la Thaïlande d’une capacité solaire photovoltaïque de 250 MW. Cette nouvelle capacité de production permet d’éviter l’émission de plus de 200 000 tonnes d’équivalent CO2 par an, ce qui équivaut au retrait de plus de 40 000 véhicules de la circulation ou à la consommation de près de 500 000 barils de pétrole de moins chaque année.

« Le financement climatique mixte est l’un des instruments dont dispose IFC pour promouvoir ce type de projets de mutation qui inciteront le secteur privé à investir dans des solutions climato-intelligentes », explique Kruskaia Sierra-Escalante, à la tête de ce service d’investissement chez IFC. « Nous avons été très heureux de travailler avec Wandee pour l’aider à concrétiser ses ambitions, et nous sommes convaincus qu’en accompagnant des entrepreneurs visionnaires comme elle grâce à un financement mixte, nous pouvons contribuer à libérer le potentiel de certains marchés. »

Un modèle pour d’autres pays

En Thaïlande, le succès financier des premiers projets solaires photovoltaïques encourage les investissements privés dans le secteur des énergies propres, au point que les analystes de ce secteur ont considéré que ce marché était l’un des plus attractifs dans le monde émergent.

Pionnière du déploiement des technologies solaires à grande échelle, et, aujourd’hui, du développement des systèmes solaires à installer sur les toitures, Wandee Khunchornyakong considère ses centrales solaires comme un modèle pour d’autres pays.

« L’énergie solaire, c’est de ‘l’électricité illimitée’, une énergie propre et disponible, qui ne coûte rien », affirme-t-elle. « D’autres pays peuvent s’inspirer de ce que nous avons fait en Thaïlande et opérer ce type de mutations dont bénéficiera leur population. »

Chaque année, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) sélectionne et récompense des activités qui peuvent, par leur exemplarité, montrer la voie. Dans ce cadre, le prix Women for Results distingue des activités qui mettent en avant le leadership et la participation essentiels des femmes à des projets de lutte contre le changement climatique. Wandee Khunchornyakong est l’une des lauréates sélectionnées dans cette catégorie par un comité consultatif de 25 membres. La plateforme Momentum for Change bénéficie du soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates et de la Fondation Rockefeller, entre autres partenaires.