ARTICLE

Rwanda : la sensibilisation à l’utilisation d’ampoules écoénergétiques porte ses fruits

06 novembre 2014

Image

LES POINTS MARQUANTS
  • La compagnie nationale d’électricité du Rwanda a lancé une campagne originale de lutte contre la pauvreté énergétique, avec la distribution d’ampoules fluorescentes compactes qui permettent de réduire la demande d’énergie et, ce faisant, d’améliorer l’accès à l’électricité
  • Le fort taux d’adoption parmi les ménages, qui se convertissent aux économies d’énergie, a entraîné une économie de 64 GWh par an pour les utilisateurs finals, équivalant à 14,5 millions de dollars
  • Ce projet — le premier au Rwanda à obtenir des crédits carbone — contribue également à la lutte contre le changement climatique, à travers la réduction annuelle de 24 000 tonnes d’émissions de CO2, ce qui correspond au retrait de la circulation de 5 000 véhicules

Le Rwanda est l’un des pays d’Afrique les moins avancés et les plus densément peuplés, avec un taux de pauvreté de 45 %. Les coupures d’électricité sont monnaie courante, et pour ces populations et communautés, chaque watt compte. En 2009, 6 %  seulement des Rwandais avaient accès à l’électricité. La majorité des ménages devaient, soit vivre dans le noir, soit s’éclairer avec des lampes au kérosène ou à piles.

Soucieux d’améliorer l’accès à l’électricité et d’économiser l’énergie, le gouvernement du Rwanda a adopté une stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté visant à porter à 70 %  la part des habitants raccordés à l’électricité à l’horizon 2018.

En 2012, près de 18 %  des ménages rwandais étaient raccordés au réseau. Grâce à l’évolution des comportements, les gaspillages d’énergie diminuent, le prix du kilowattheure baisse et les économies réalisées à l’échelle nationale augmentent, ce qui permet d’améliorer l’alimentation en électricité des zones rurales pauvres. À travers un projet soutenu par la Banque mondiale, plus de 200 000 ménages (soit pratiquement 1,5 million d’individus) ont reçu des ampoules éconergétiques qui ont par ailleurs permis au Rwanda de connaître sa première émission de crédits carbone.

Comment le pays s’y est-il pris ?

Des ampoules fluorescentes compactes au service de l’efficacité énergétique

À travers le Projet de distribution d’ampoules fluocompactes, la compagnie nationale d’électricité du Rwanda, le Rwanda Energy Group (anciennement Electrogaz) a organisé une ambitieuse campagne de distribution de 800 000 ampoules éconergétiques de qualité, qui sont jusqu’à 75 % plus efficientes que des ampoules à incandescence. L’entreprise a acheté ces ampoules au prix de gros, la moitié des frais étant financée par le Projet d’amélioration de l’accès à l’électricité de la Banque mondiale, le reste correspondant à une avance sur les futurs crédits carbone qui seront acquis par le Fonds carbone pour l’aide au développement de proximité de la Banque mondiale.

L’éclairage à haut rendement peut faire diminuer la consommation d’électricité et, partant, compenser les augmentations de prix liées à l’extension du réseau. Les ampoules fluocompactes distribuées allègent la facture et permettent à davantage de personnes pauvres d’accéder à l’électricité. Cela contribue également à la réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) et rend le projet éligible aux crédits carbone prévus au titre du Mécanisme de développement propre des Nations Unies.

« Notre partenariat avec la Banque mondiale a fait économiser à nos utilisateurs 64 GWh par an, soit l’équivalent d’environ 14,5 millions de dollars, avec une réduction de la demande d’énergie proche de 30 MW », souligne Jean Bosco Mugiraneza, directeur général de Rwanda Energy Group. « L’extension du réseau aux zones rurales a limité l’emploi de la biomasse et des lampes à pétrole pour s’éclairer et diminué les émanations de fumée. Elle a également permis de créer des emplois dans la charpenterie, la soudure ou la couture et d’avoir des moulins motorisés pour transformer le manioc séché et les céréales en farine. Certains villages deviennent de véritables petits centres commerciaux ouverts tard le soir. »


Image


De l’importance de la sensibilisation et de l’éducation du public

L’énergéticien national a organisé une campagne tous azimuts de sensibilisation aux économies d’énergie et aux différentes qualités d’ampoules fluocompactes (certaines se cassant au bout de quelques mois seulement) en s’appuyant sur les journaux et les panneaux d’affichage. L’aspect qualité est un facteur de succès important du projet : si le marché est inondé d’ampoules fluocompactes bas de gamme, les consommateurs se tournent à nouveau vers les ampoules à incandescence, moins chères.

Entre 2012 et 2014, 95 000 ménages ruraux supplémentaires ont été raccordés au réseau électrique, chacun recevant avec son nouveau compteur entre 3 et 4 ampoules éconergétiques. Dans les villes, les 109 000 ménages déjà raccordés ont pu échanger leurs anciennes ampoules contre des ampoules fluocompactes de qualité au tarif avantageux de 200 francs rwandais pièce (soit environ 37 cents). Leur facture d’électricité s’en trouve allégée et leur consommation diminuée alors qu’ils peuvent s’éclairer plus longtemps chez eux ou dans leurs boutiques.

Pour s’assurer que la distribution soit efficace et adaptée au consommateur, différentes stratégies ont été adoptées selon le lieu de résidence. Les centres de distribution ouverts en ville pour échanger les ampoules à incandescence contre des ampoules éconergétiques ne pouvaient pas fonctionner pour les habitants des campagnes, qui n’avaient pas les moyens de faire le déplacement. Rapidement, ce sont donc les distributeurs qui ont fait le voyage dans les villages isolés. Résultat, 204 000 ménages rwandais (de sept personnes en moyenne) s’éclairent aujourd’hui avec des ampoules fluocompactes de qualité.

Les Rwandais adoptent les ampoules à haut rendement

Les Rwandais ont fait leur révolution énergétique : désormais, citadins et ruraux préfèrent acheter sur le marché des ampoules éconergétiques en lieu et place des ampoules à incandescence. Ils ont également retenu les enseignements de la campagne pour réduire leur facture et pensent à éteindre la lumière dès qu’ils quittent une pièce. La demande d’électricité est ainsi parfois jusqu’à 30 MW inférieure aux niveaux enregistrés auparavant, ce qui permet au Rwanda Energy Group de raccorder davantage de ménages.

Les premiers crédits carbone jamais émis au Rwanda

En octobre, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a validé et émis 22 000 réductions d’émissions certifiées en faveur du projet pour la période allant de mai 2010 à juillet 2012. C’est une première à double titre : pour le Rwanda, qui n’a jamais eu de crédits carbone auparavant, et pour l’Afrique, qui n’avait jamais bénéficié de projet portant sur des ampoules éconergétiques. La vente des crédits au Fonds carbone de la Banque mondiale va créer un flux de trésorerie qui permettra de financer le recours à des technologies plus propres.

Le concept et l’évolution du projet de l’énergéticien rwandais participent également indirectement à l’atténuation mondiale du changement climatique, puisqu’il devrait contribuer à la réduction d’environ 24 000 tonnes de dioxyde de carbone par an, l’équivalent du retrait de la circulation aux États-Unis de quelque 5 000 véhicules.

Dans le cadre du volet sur la finance carbone, une nouvelle méthodologie, associée au Mécanisme de développement propre, a été mise au point en coopération avec la Banque mondiale pour les « activités axées sur la demande de technologies d’éclairage à haut rendement », qui permet d’estimer la réduction des émissions de gaz à effets de serre découlant de plus de 37 projets d’éclairage éconergétique de par le monde.